Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 18:13

Une démarche culturelle originale.

Quelques généralités : ce qui est en question

Loin de croire à l’exclusive priorité de l’action politique, strictement entendu, Gramsci, lui, ne manquait pas d’insister sur son insuffisance. D’où sa comparaison entre un Occident riche en éléments culturels dynamiques, susceptibles de déterminer un esprit général, et un « Est de l’Europe » où l’Etat était « Tout » et le corps social culturellement « gélatineux ». En clair, et selon Gramsci lui-même, c’est parce qu’en Russie la société civile était culturellement hybride que Lénine a pu s’emparer aussi facilement du pouvoir, tandis qu’en Occident les choses sont loin d’être analogues : pas de prise de pouvoir politique sérieuse sans conquête préalable de la puissance idéologique et culturelle. Comme l’a d’ailleurs démontré la Révolution de 89. Laquelle aurait été impossible sans cette révolution dans les esprits opérée par la Philosophie des Lumières, au cœur même de ces milieux aristocratiques et bourgeois qui représentaient alors les vrais centres d’influence et de détermination.

« Un groupe social, écrit Gramsci, peut et même doit être dirigeant dès avant de conquérir le pouvoir gouvernemental : c’est une des conditions essentielles pour la conquête même de ce pouvoir ».(col. 1, p. 31)

On comprend dès lors l’importance décisive de l’action culturelle qui se déroule autour de nous. Action culturelle dont bien peu comprennent l’inspiration, l’étendue et la gravité. Le plus grand nombre n’y veut voir qu’un accessoire, un enjolivement superficiel du seul véritable combat qui, à leurs yeux, est et ne saurait être que politique.

Lisez la suite de l'article de Jean Ousset...

Partager cet article
Repost0

commentaires