Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

6 mars 2021 6 06 /03 /mars /2021 17:02

Reçu d’EVR

Le Saint Père François a entamé vendredi 5 mars une visite de trois jours  en Irak. Le pape rencontrera la minorité chrétienne du pays passée en vingt ans de 1,5 million de membres à moins de 400 000 au gré des violences et des crises. Une occasion pour mettre le projecteur sur les chrétiens persécutés en terre musulmane. Les deux textes ci-dessous nous aident à comprendre la situation : le premier de Sa béatitude Louis Raphaël Sako, patriarche de l'Église catholique chaldéenne et le second du professeur agrégé de droit , Aram Mardirossian , sur les sources de la domination sur les non-musulmans.

 

  • Nous sommes là depuis deux mille ans, bien avant les musulmans, nous devons nous imposer. Nous avons le droit d'exister et nous avons à nous exprimer sur les sujets sociaux et économiques.(…).

Le salut ne peut venir que de l'intérieur. (…).Nous devons être attentifs à l'influence étrangère en général, qui nous a fait beaucoup de mal. En réalité, elle a détruit l'Irak. Politiquement, économiquement, où est la fortune de l'Irak? C'est une destruction profonde, sociologique. Il y a des responsables, un jour, il faudra juger ces gens. (…) Il faut d'abord reconstruire notre pays. Garantir l'unité des Irakiens avec un gouvernement fort, un véritable État, capable de s'imposer. Aujourd'hui, l'anarchie et la confusion règnent, les conditions ne sont pas réunies pour que cela soit possible. (…)

Je crois que l'Occident ne pense plus à aider les chrétiens en tant que chrétiens. C'est une position très cynique. L'Occident poursuit ses intérêts économiques, donc il ne considère pas avoir un avantage à nous aider particulièrement. La sécularisation est devenue votre religion. Les musulmans l'ont d'ailleurs bien vu, ils considèrent que l'Occident n'a plus de religion, parce que les chrétiens ont échoué.(…)

Notre église est marquée par (le martyre). Nous avons beaucoup payé ces dernières années, le prix fort : 1250 morts, l'hémorragie de nos communautés. Mais on a l'espoir qu'ils reviendront et reconstruiront le pays. (…) Ce qui a été fait ici doit être une occasion pour nos frères de revoir leurs positions, d'approfondir leur foi et leurs traditions.(…).

Je crois qu'il y a un danger pour l'Europe (dans la présence croissante de l’Islam en Europe). Cela tient au fait qu'il y a un accueil des musulmans, mais qui se fait sans prendre la peine de les éduquer à s'assimiler à la société occidentale et à ses traditions. La conséquence est qu'ils s'enferment dans des ghettos. C'est cette mentalité qui est le principal danger, et il faut la changer. En attendant, nous avons besoin de vos prières, (…). Nous avons besoin de votre proximité, de votre aide, et nos prières vont aussi vers vous, nos frères d'Occident.

Extrait de l’entretien de Sa Béatitude Louis Raphaël Sako dans Le Spectacle du Monde du 19 septembre 2019)

  • L’expansion militaire foudroyante (de l’Islam, en à peine un siècle à partir de l’hégire (622))  est légitimée par le principe de "guerre légale" (djihad, littéralement "effort", en l'occurrence guerrier) qui constitue un devoir absolu pour chaque musulman. Tous les croyants doivent œuvrer dans la mesure de leurs moyens à la diffusion de la vraie religion à l'humanité entière. Plus encore, celle-ci étant la "religion naturelle" (din al-fitra) de l'humanité, tous ceux qui la refusent sont des apostats qui se rebellent contre Allah. Rapidement, d'innombrables populations passent sous domination musulmane. (…) Le statut des non-musulmans — pour beaucoup des chrétiens — qui vivent désormais en terre d'islam va être fixé par le Coran (9, 29) : « Combattez ceux qui ne croient point en Allah ni au Dernier Jour, [qui] ne déclarent pas illicite ce qu'Allah et Son Apôtre ont déclaré illicite, [qui] ne pratiquent point la religion de Vérité, parmi ceux ayant reçu l'Écriture! [Combattez-les] jusqu'à ce qu'ils payent la djizîa, directement et alors qu'ils sont humiliés. »

Ainsi, en terre d'islam, les "gens du Livre" (ah/ al-kitab) — globalement, les juifs et les chrétiens — jouissent de la "protection tutélaire" contractuelle (dhimma), à la double condition de reconnaître la domination de la communauté (oumma) musulmane en contractant un "pacte d'allégeance" et de payer un lourd tribut. Il s'agit en réalité d'un acte unilatéral que l'autorité musulmane peut révoquer à tout moment en proclamant le djihad contre les infidèles (kafirun) indociles. (…)

Au fil des siècles, en Orient, la dhimmitude diminuait le nombre des chrétiens pour augmenter de façon mécanique celui des musulmans. Pour échapper à leur statut dégradant, certains chrétiens embrassèrent à contrecœur l'islam, d'autres préférèrent l'exil, tandis que des massacres ponctuels rappelaient aux restants que le simple fait pour eux de pouvoir vivre en terre d'islam constituait déjà un immense privilège. Au fil des siècles, les dhimmis ont développé comme une véritable seconde nature la crainte, l'humilité voire la servilité. A la veille de la Première Guerre mondiale, les chrétiens représentaient encore environ un quart de la population du Proche-Orient. Le génocide des Arméniens et de l'ensemble des chrétiens commis par les Turcs ottomans entre 1915 et 1923 réduisit ce chiffre dans des proportions drastiques. (…)

Les musulmans intégralistes (plutôt qu’islamistes) ont quasiment gagné, bientôt la terre d'Orient qui a accueilli l'incarnation du Fils de Dieu ne sera plus foulée par un seul de ses fidèles. La lumière aurait pu venir de l'Occident. Las, de la catastrophique quatrième croisade (1204) jusqu'aux récentes campagnes militaires américano-européennes destructrices, les chrétiens d'Orient ont toujours été in fine les perdants de l'histoire. Ici, la faute des Occidentaux est double. En abandonnant leurs coreligionnaires orientaux à leur funeste sort, ils se sont mis eux-mêmes en danger comme l'a clairement rappelé en 2014 Mgr Amel Shimoun Nona, alors archevêque chaldéen catholique de Mossoul: « Notre souffrance est un prélude à ce que vous-mêmes, chrétiens européens et occidentaux, souffrirez dans un futur proche. » En Orient, la partie semble perdue, ici pas encore, mais le temps presse et seul un sursaut radical permettra à l'Occident de ne pas être à son tour islamisé. Écoutons saint Paul: « Mes frères, fortifiez-vous dans le Seigneur, et en sa vertu toute-puissante. Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, pour pouvoir vous défendre des embûches » (Ephésiens 6, 10-11).

Extrait de l’article d’Aram Mardirossian dans Le Spectacle du Monde du 19 septembre 2019)

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires