Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

20 septembre 2007 4 20 /09 /septembre /2007 20:57

 

Dans Présent de samedi, Jeanne Smits analyse le film primé à Cannes, qui sort le 29 août. Elle constate un double scandale :

  • Le ministre de l'Education, Xavier Darcos, s'est soumis à la pression des syndicats et s'en était remis à la classification retenue par la commission de censure des oeuvres cinématographiques, qui a classé le film « tous publics ». "Est-il possible de montrer à des enfants [...], une mère qui fait tuer son propre enfant à naître ? Les images, mais aussi le propos de ce film sont trop froids, trop crus, trop durs ? et trop gynécologiques."
  • L'interprétation du message du film qui sera servie aux collégiens et lycéens qui verront ce film dans le cadre de l'Education nationale, sera très certainement pro-mort.

Néanmoins, Jeanne Smits estime

432 "que le jeune réalisateur roumain, Cristian Mungiu, n'a pas volé sa Palme d'Or. [...] La scène centrale du film [...] est constituée par les longues secondes où la caméra s'attarde sur la découverte macabre du foetus avorté gisant sur le sol de la salle de bains [...] : elle voit [...] la tête et les épaules d'un poupon parfaitement formé [...]. Un être humain, à l'évidence. [...] Le choix du réalisateur est juste, pourtant : il montre et souligne le choc affectif vécu par les deux jeunes femmes conscientes d'avoir tué. [...]

« Tu l'enterreras ? » En trois mots, tout est dit. Ottilia ne peut pas répondre, puisque l'avorteur lui a bien recommandé, pour que les chiens ne la retrouvent pas, d'aller jeter «la chose» dans le vide-ordures d'un immeuble à l'autre bout de la ville, de préférence du dixième étage. Ainsi le film suggère, effleure ou étale avec insistance les nombreux aspects destructeurs de cet avortement, de tout avortement.

  • L'absence de choix. [...]
  • L'absence de père, ou d'homme digne de ce nom. [...]
  • Le mépris exprimé par l'avorteur. [...]
  • Le dégoût de soi et des autres. [...]
  • Le remords trop lourd à porter. Il éclate avec une grande violence visuelle et psychologique dans la dernière scène du film où Ottilia, s'étant débarrassée de l'enfant avorté, retrouve Gabita dans le restaurant de l'hôtel. Scène macabre et grotesque où la jeune femme se voit apporter un plat de fête pris sur le menu du mariage « nouveau riche » qui se déroule à côté : des viscères cuites, de la cervelle panée qui pour le coup, par une sorte d'effet de miroir très calculé, évoquent irrésistiblement le sort du tout-petit qui vient de mourir. Gabita chavire, puis demande : « Tu l'as bien enterré ? » Ottilia répond, avec une sorte de fureur retenue : « Désormais, nous ne parlerons plus jamais de tout cela. Il n'en sera plus question. Plus jamais. » Et un écran noir occulte brusquement la scène. Parce qu'il n'y a pas de pardon possible dans ce pays d'où Dieu a été aussi chassé ?

Cristian Mungiu n'a peut-être pas voulu faire un film contre l'avortement. Mais ce qu'il dénonce au bout du compte, ce n'est pas d'abord l'absence de liberté des femmes, mais les ravages d'un régime qui étouffe la conscience morale, et peut-être pour longtemps."

Quelle différence entre le régime de Ceaucescu et le notre ?

Michel Janva                                                       http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/                       

24 août 2007

Partager cet article
Repost0

commentaires