Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 18:45

 

une soirée électorale, ça ne sert à rien.

 

20:45
Envoyer à un ami
Le train de 16h50

Se faisant passer pour une domestique, Miss Marple tente d'élucider un crime commis dans un train.

DÉTAILS
ARD / © HR/DEGETO
dimanche, 17 juin 2012 à 20:45

Rediffusions : 
28.06.2012 à 15:00
Le train de 16h50
(Royaume Uni , 1961, 82mn)
ARTE
Réalisateur: George Pollock
Scénariste: David Osborn, nach einem Roman von Agatha Christie
Image: Geoffrey Faithfull
Musique: Ron Goodwin
Montage: Ernest Walte
Acteur: Margaret RutherfordStringer DavisArthur KennedyMuriel PavlowJames Robertson JusticeThorley WaltersCharles 'Bud' TingwellConrad PhillipsJoan HicksonRonnie Raymond,Gerald CrossMichael Golden
Production: George H. Brown ProductionsMGM British Studios
Producteur: George H. Brown

VOST16 / 9Version multilingueHD natif

Se faisant passer pour une domestique, Miss Marple élucide un crime commis dans un train. Humour et suspense dans ce film de  George Pollock, l'adaptateur attitré d'Agatha Christie.

le train repasse le 28 juin à 15h... 

Partager cet article
Repost0
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 08:22

une lettre ouverte de Bernard Debré, député, ancien ministre.

 

Lettre ouverte à Valérie Trierweiler

Madame,
Lorsque vous êtes apparue aux côtés de François Hollande, après qu’il eut quitté Ségolène Royal, les citoyens français ont accepté votre présence, certains avec interrogation, d’autres avec un petit sourire, mais la plupart avec gentillesse. En France, l’amour est roi et les nouveaux couples qui se forment, surtout en politique, attirent plutôt la bienveillance.

Nicolas Sarkozy avait bénéficié de cette même « grâce » lorsque Cécilia était partie. Il s’en était expliqué, peut-être un peu trop, en conférence de presse et s’était marié avec Carla Bruni. Autre temps, autre mœurs, diriez-vous. Effectivement, qu’il s’agisse du général de Gaulle avec « tante Yvonne », de Giscard d’Estaing et d’Anne-Aymone, de François Mitterrand et de Danielle ou même de Jacques Chirac et de Bernadette, ces femmes versaient plutôt dans le caritatif discret que vers l’émergence
people tapageuse.

Il est vrai cependant que la presse, pour François Mitterrand, a laissé tomber un manteau de discrétion sur sa double vie qu’il n’a révélée qu’à ses dernières heures. Déjà, il paraissait (mais qui a osé en parler ?) tout à fait anormal que sa deuxième « épouse » et sa fille soient prises en charge par l’État : appartement officiel sur le Quai Branly, voitures, chauffeurs, gardes du corps, cuisines et cuisiniers.

Bref ! Les frasques de François Mitterrand, gardées secrètes par des journalistes complices, ont coûté quelques 8 à 10 millions d’euros au budget de l’État
Carla Bruni n’a pas agi dans ce sens ni Bernadette Chirac. Mais vous voilà arrivé et avec vous, comme le dit la gauche, la modernité, ringardisant tout ce qui s’est passé avant.

Après tout, François Hollande a le droit d’avoir comme amie qui il veut et le temps qu’il le désire. Quant au titre de « première dame », il est usurpé. Ce statut n’existe pas et a été monté de toutes pièces par des journalistes avides de sensationnel. Vous n’avez, Madame, aucune existence légale d’autant plus que vous n’êtes ni mariée, ni pacsée. Que dirait-on d’un président de la République qui accumulerait les « premières dames » comme on accumule des amies ou des flirts ?

... la suite ...

Partager cet article
Repost0
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 16:00

 

le critère de choix ...

Retour sur un article de 2007

Dans un discours aux participants au congrès promu par le Parti populaire européen tenu le 30 mars 2006, Benoît XVI a évoqué trois points non négociables par l'Église et les catholiques dans leurs rapports avec les responsables politiques :

Bxvi1"En ce qui concerne l'Église catholique, l'objet principal de ses interventions dans le débat public porte sur la protection et la promotion de la dignité de la personne et elle accorde donc volontairement une attention particulière à certains principes qui ne sont pas négociables. Parmi ceux-ci, les principes suivants apparaissent aujourd'hui de manière claire: 
la protection de la vie à toutes ses étapes, du premier moment de sa conception jusqu'à sa mort naturelle;
la reconnaissance et la promotion de la structure naturelle de la famille - comme union entre un homme et une femme fondée sur le mariage - et sa défense contre des tentatives de la rendre juridiquement équivalente à des formes d'union radicalement différentes qui, en réalité, lui portent préjudice et contribuent  à  sa déstabilisation, en obscurcissant son caractère spécifique et son rôle social irremplaçable;
la protection du droit des parents d'éduquer leurs enfants.
Ces principes ne sont pas des vérités de foi, même si ils reçoivent un éclairage et une confirmation supplémentaire de la foi; ils sont inscrits dans la nature humaine elle-même et ils sont donc communs à toute l'humanité".

la suite ...

Partager cet article
Repost0
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 15:53

 

         Jean-François Chemain sait qu’il n’est pas «politiquement correct». Après vingt ans d’audit international dans la finance, ce père de famille habitué à un certain niveau de vie s’est converti au Christ et a décidé de revenir à sa passion d’enfance : l’histoire. Après avoir obtenu le Capes puis l’agrégation d’histoire, il entre à l’éducation nationale pour enseigner dans un collège de la banlieue lyonnaise, en zone prioritaire d’éducation (ZEP).

   Dans son livre, il commence par raconter, avec humour, son année à l’Institut universitaire de formation des maîtres (IUFM), au cours de laquelle la plupart des sujets étudiés (le totalitarisme, la colonisation, la traite des Noirs, la Shoah…), se font à travers une même grille de lecture, à savoir «la culpabilité de la France, de l’Occident, des chrétiens et de la droite». Il témoigne ensuite sans fard de son quotidien d’enseignant depuis 2006, à travers une semaine type, entre classes de « 3e A » ou de « 6e D » et discussions avec ses élèves, musulmans à 70%, qui abordent à «tout bout de champ» de questions religieuses. C’est Ismaïl qui brandit le Coran en pleine classe sous prétexte qu’il s’agit d’«un talisman porte-bonheur». Cest Nassim qui affirme qu’«un saint c’est quelqu’un qui a tué beaucoup de gens». C’est Rayann qui triomphe à l’évocation de ses ancêtres barbaresques et pilleurs de navires dans la Méditerranées, du XVe au XVIIIe siècle… Au-delà de ces provocations parfois abruptes, Jean-François Chemain parle surtout du «bonheur intense» qu’il peut éprouver au contact de ces jeunes des cités, dès lors qu’il refuse tout à la fois la victimisation censée justifier leurs violences et la détestation incompatible avec le message évangélique. «Je veux faire aimer la France à mes élèves ; cela n’est possible qu’autant que je les aime moi-même», résume-t-il, en estimant que «la jeunesse de banlieue a, plus que toute autre, soif d’amour et de vérité». Persuadé qu’une bonne partie de la colère de ces jeunes «prend sa source dans le refus de notre société d’épancher sa soif d’absolu», Jean-François Chemain en appelle à l’espérance et à la confiance.

Claire Lesegretain, La Croix, 2 février 2012

Kiffe la France

Partager cet article
Repost0
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 15:47

 

 

VIDÉOS - Le commentateur devait une grande partie de sa réputation à ses «bons mots» qui, lâchés en direct à l'antenne, ont souvent nourri la polémique.

 

Partager cet article
Repost0
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 15:21

 

BAC--1630515666.jpg

Partager cet article
Repost0
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 15:09

 

« Je vous défie de soutenir jusqu’au bout votre thèse qui repose sur l’égalité, la liberté, l’indépendance des races inférieures. Messieurs, il faut parler plus haut et plus vrai ! Il faut dire ouvertement que les races supérieures ont un droit vis à vis des races inférieures. » , Jules Ferry (1832-1893 ; Débats parlementaires du 28 juillet 1885)

« Il existe entre les Noirs et les Blancs une différence physique qui, je le crois, empêchera toujours les deux races de vivre en des termes d'égalité sociale et politique. Dans la mesure où elles ne peuvent pas vivre ainsi, alors même qu'elles restent ensemble effectivement, l'une doit être supérieure à l'autre, et comme n'importe qui d'autre je suis partisan d'attribuer cette position supérieure à la race blanche » , Abraham Lincoln, 1858, dans Gould « L’égalité 8, Systema materna).

« Les Blancs sont supérieurs à ces Nègres, comme les Nègres le sont aux singes, et comme les singes le sont aux huîtres. » , Voltaire ( in "Traité de Métaphysique") 
Partager cet article
Repost0
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 10:42
Partager cet article
Repost0
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 23:32

 

Homélie de monseigneur Ravel : "Ils donnent leur vie. Ils osent prendre un rude chemin, celui de l’action"

AfgMagnifique, insécable homélie prononcée ce matin dans l'église Saint Louis des Invalides :

"Au moment où une peine très vive se mélange à une admiration profonde pour ces hommes qui ont donné leur vie pour notre patrie, je voudrais m’adresser à celles qui restent. Mères, sœurs, compagnes, filles, amies de nos militaires.

Il y a quelques mois, un aumônier m’envoyait des lettres de son grand père, écrites entre le 6 août 1914 et le 8 octobre 1914, jour où il meurt pour la France, laissant sa femme et une toute petite fille. J’y trouve ces mots où s’entend déjà le grondement des canons : « Je ferai tout ce qu’il faut pour être fort… Il faut être énergique et surmonter ses peines, comme tu le feras toi aussi, douce chérie, car ton devoir est aussi noble à remplir que le mien. » (Patriote et de bon cœur. Dominique Rézeau, lettre du 6 août 1914) Deux jours plus tard, il complète : « si je ne te reviens pas demain, je partirai faire mon devoir avec toi sur mon cœur, ne te quittant pas un instant dans ma mémoire. » (8 août 1914).

Par ces mots, femmes de France, tout est dit de ce que pensent vos militaires chéris. S’ils appartiennent à la nation par leur état, s’ils savent s’arracher à votre tendresse pour une aventure incertaine, si leur attention se concentre sur les ordres, leur amour les porte vers vous. Si leur vie est à la France, leur cœur est à vous.

Et personne n’oublie que certaines d’entre vous affrontent les mêmes risques.

S’ils servent leur pays, c’est parce que vous êtes là et qu’ils vous aiment. Et c’est parce qu’ils vous aiment quela France est belle. Malheur à ceux dont les yeux aveugles ne savent plus lire les cœurs. Nous savons, nous, qu’il n’y a pas un centimètre de ces guerres monstrueuses qui ne soit habité par la tendresse des hommes.

 L’armée ne vous les prend pas. Pas plus le hasard ou la folie délirante de ceux qui détournent le nom de Dieu. Ils donnent leur vie. Ils osent prendre un rude chemin, celui de l’action. Ils ne veulent pas assister impuissants à la débâcle de l’humanité. Le maréchal Lyautey écrivait : « il y a deux catégories d’êtres, ceux qui absorbent, les parasites, ceux qui rayonnent, l’élite. » (Lyautey, Maréchal de France, 1954, p. 24) Rayonner comporte toujours un risque : ici, il est mortel. Avec l’amour, le goût du risque habite le cœur du soldat.

Peut être alors, dans un cœur de mère ou de femme, se glisse-t-il maintenant ce soupçon que je sentis quelque fois chez ma propre mère : pourquoi ce goût du risque ? Ne serait-il pas irresponsable ?

la suite ...

Partager cet article
Repost0
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 08:40

 

... de Léonard de Vinci, restaurée, au Louvre : à ne pas manquer avant le 25 juin !

Cliquez sur les images ...

 

P1110024.JPG

P1110022.JPG

photos Petrus Angel

Partager cet article
Repost0
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 11:07

 

Lourdes, Fatima, la Terre Sainte, Saint-Jacques de Compostelle ...
Pourquoi fait-on un pèlerinage ?
Les motivations sont propres à chacun, et parfois confuses.
On peut pèleriner avec une grande question, à laquelle on espère une réponse à l’arrivée.
On peut le faire avec un besoin plus ou moins clair de cheminement spirituel.
Ou avec une envie de silence, de nature, de dépense physique.
Pour fuir ce monde moderne dont Bernanos nous dit qu’il est “une conspiration permanente contre toute espèce de vie intérieure”.

P1060317.JPG
Partager cet article
Repost0
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 08:44
Dans les démocraties modernes, l’engagement politique passe aussi par la dimension électorale. Il importe de savoir ce qui relève ou non de notre responsabilité en matière électorale. Sans oublier pour autant que l’essentiel du combat politique passe d’abord par l’engagement de chaque jour, là où on se trouve, pour revitaliser la société de l’intérieur.

Aller à la pêche ou déposer consciencieusement son bulletin de vote dans l’urne : voilà les termes du débat intime qui agite nombre d’électeurs potentiels, lorsque revient pour la République le temps de solliciter leur suffrage. ... la suite ...

Partager cet article
Repost0
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 23:52

 

... du 15 juin au 16 septembre

Lu ici :

A"Chaque soir, à la tombée de la nuit, du mercredi 15 juin au dimanche 16 septembre inclus, le public retrouvera sur le parvis Notre-Dame, le spectacle gratuit « Amiens, la cathédrale en couleurs ». Commentaire descriptif et pièces musicales évoquent le temps où les portails étaient peints de couleurs vives et éclairés la nuit par des lampes à huile… Depuis décembre 1999, « Amiens, la cathédrale en couleurs » a déjà été vu par 1,9 million de personnes. Un public qui ne se lasse pas de ce spectacle redonnant vie à la polychromie de la façade occidentale de la cathédrale.

Début du spectacle : En juin : 22h45 En juillet : 22h30 En août : 22h En septembre : 21h45"

 

A voir !

Partager cet article
Repost0
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 23:44

 

na-chinois
un dessin de mauvais goût
Partager cet article
Repost0
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 16:31

 

P1100379.JPG

Partager cet article
Repost0
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 11:16

 Le nouveau rebelle est très facile à identifier : c’est celui qui dit oui. Oui à Delanoël. Oui aux initiatives qui vont dans le bon sens, aux marchés bio, au tramway nommé désert, aux haltes-garderies, au camp du progrès, aux quartiers qui avancent. Oui à tout.

Sauf à la France d’en bas, bien sûr, et aux ploucs qui n’ont pas encore compris que la justice sociale ne débouche plus sur la révolution mais sur un séjour d’une semaine à Barcelone défiant toute concurrence.  Par opposition à son ancêtre le rebelle-de-Mai, ou rebellâtre, on l’appellera rebelle à roulettes. Car la glisse, pour lui, est une idée neuve en Europe. Le rebelle-de-Mai est d’ailleurs mal en point, par les temps qui courent. Ce factieux assermenté, qui riait de se voir éternellement rebelle en ce miroir, ce spécialiste libertaire des expéditions plumitives sans risques, écume de rage depuis qu’on s’est mis à l’accuser de complicité avec les « pédocriminels ». 

Le rebelle à roulettes, en revanche, a le vent dans les voiles et vapeurs. C’est un héros positif et lisse, un brave qui défie à vélo les intempéries. Il est prêt à descendre dans la rue pour exiger une multiplication significative des crèches dans les centres-villes (le rebelle à roulettes est très souvent un jeune ménage avec enfants). Il aime la transparence, les objets équitables et les cadeaux altruistes que l’on trouve dans les boutiques éthiques. Il applaudit chaque fois que l’on ouvre une nouvelle brèche législative dans la forteresse du patriarcat. Il s’est débarrassé de l’ancienne vision cafardeuse et médiévale du couple (la différence sexuelle est quelque chose qui doit être dépassé). Il veut que ça avance. Que ça avance. Que ça avance. Et que ça avance. 

Et ce n’est vraiment pas à son intention que Bernanos écrivait, peu après la dernière guerre : « Ce monde se croit en mouvement parce qu’il se fait du mouvement l’idée la plus matérielle. Un monde en mouvement est un monde qui grimpe la pente, et non pas un monde qui la dégringole. Si vite qu’on dégringole une pente, on ne fait jamais que se précipiter, rien de plus. » 

Le rebelle à roulettes descend et il croit qu’il bouge. C’est pour ça qu’il est entré dès son plus jeune âge dans la secte des Avançistes du Septième Jour. À Paris, il a voté Delanoël, rebelle d’Hôtel de Ville. Car, comme ce dernier, il est contre le désordre. À fond. « Nous sommes les candidats de l’ordre », avait d’ailleurs proclamé le Delanoël dans son dernier meeting de campagne. 

Et en effet, il n’y a plus qu’un désordre, plus qu’une anarchie : ne pas être en phase avec l’idéologie du rebelle à roulettes. »

Philippe Muray, (1945-2006), Exorcismes spirituels III , éd. Les belles lettres, 2002. 

 

Partager cet article
Repost0
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 11:13

 

a-tous-les-electeurs.jpg

Partager cet article
Repost0
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 11:11

 

P1100831.JPG

Capitalistes, fascistes, marxistes, tous ces gens-là se ressemblent. Les uns nient la liberté, les autres font encore semblant d'y croire, mais qu'ils y croient ou n'y croient pas, cela n'a malheureusement plus beaucoup d'importance, puisqu'ils ne savent plus s'en servir... la suite ....

Partager cet article
Repost0
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 09:29

Au mois de juin auront lieu en Artois de nombreuses manifestations dédiées à Georges Bernanos, après la réussite de l’évènement qui lui fut consacré en juin 2011. La Communauté de Communes du Canton de Fruges et son Office de Tourisme renouvellent donc cette belle fête bernanosienne en privilégiant cette fois-ci son aspect "humaniste et voyageur".

Les principales manifestations qui se dérouleront de juin à septembre sont ICI

Notez notamment le "voyage bernanosien" du samedi 23 juin.    

Le pays de Bernanos vu en automne par Petrus AngelAu pays de Bernanos

Un petit film, Chemins de l'Artois     

 

BERNANOS--20100406BQ3.jpg

Partager cet article
Repost0
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 11:04

 

internetsempe.jpg

Partager cet article
Repost0
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 07:46

KONK LUNE 1048208

Partager cet article
Repost0
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 07:45
Un jeune sur cinq souffre de solitude

Pour la huitième année, la Société de Saint-Vincent-de-Paul lance une campagne nationale de lutte contre la solitude, destinée à sensibiliser le grand public.

La première difficulté pour les jeunes qui se disent seuls est de trouver des personnes à qui se...

(Corinne Mercier/Ciric)

La première difficulté pour les jeunes qui se disent seuls est de trouver des personnes à qui se confier.

L’association a choisi de sonder la solitude des jeunes, à travers une étude que  La Croix    publie en exclusivité. Selon celle-ci, 19 % des 18-35 ans disent ressentir une solitude « subie »   . 

Au total, 45 % ont connu des épisodes de solitude. S’il existe un lien certain entre précarité et solitude, celle-ci touche aussi des jeunes considérés comme favorisés et insérés.

 

Avec cet article

 

C’est le temps des amis, des conquêtes, de l’ouverture aux autres et au monde. C’est aussi, pour certains, celui du douloureux apprentissage de la solitude. Tel est l’enseignement de l’étude Mediaprism pour la Société de Saint-Vincent-de-Paul que La Croix  publie en exclusivité. 

Réalisée le mois dernier auprès d’un millier de personnes âgées de 18 à 35 ans,  cette enquête montre que 19 % de ces jeunes souffrent de la solitude. Au total, 45 % déclarent ressentir de la solitude souvent ou occasionnellement, celle-ci pouvant être choisie. Parmi eux, 42 % affirment qu’elle est « subie »,  autrement un jeune sur cinq.

la suite ...

Partager cet article
Repost0
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 05:16

 

      avec Saint Jacques ...

800px-Stjacquescompostelle.pngP1000008.JPGP1000027.JPGP1000041.JPGP1000166.JPGP1000347.JPGP1000403.JPGP1000181.JPG

P1000130.JPG

Partager cet article
Repost0
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 22:59

 

Sainte Clotilde, Reine de France (476-545) 

Sainte Clotilde était fille de Chilpéric, roi catholique d'une partie de la Bourgogne, et nièce du prince arien Gondebaud. Appelée par Dieu à la grande mission du salut de la France, elle fut élevée au palais de son oncle, assassin de sa famille. Mais elle eut le bonheur de se préserver de l'hérésie. La mère de Clotilde avait déposé dans son coeur, avec la foi, les germes de la piété; aussi, sut-elle résister à toutes les sollicitations de Gondebaud et conserver la foi de son baptême.

Clovis, roi des Francs, entendit parler de la beauté, des vertus et de toutes les grandes qualités de la jeune princesse et la fit demander en mariage à Gondebaud, qui n'osa la refuser. Le mariage eut lieu en 493. Clotilde comprit qu'elle n'avait été appelée à partager le trône d'un roi païen que pour remplir les vues de Dieu sur un peuple généreux mais non éclairé de la lumière de l'Évangile.

Elle eut soin de gagner les bonnes grâces d'un époux magnanime, mais violent et barbare; elle usa de son influence pour lui parler de Jésus-Christ. Clovis l'écoutait avec intérêt; toutefois, il ne se hâtait pas; il lui permit cependant de faire célébrer le culte catholique dans le palais et consentit au baptême de son premier-né. Clotilde mettait sur la tête de cet enfant toutes ses espérances pour la conversion de son peuple, quand Dieu, dont les desseins sont impénétrables, le ravit à la terre. A la colère du roi, à ses reproches, la douce reine répondit: "Je remercie Dieu de ce qu'Il m'a jugée digne de mettre au monde un fils qui est maintenant dans le Ciel." Un second enfant fut baptisé encore et tomba malade. Nouvelle et plus terrible colère de Clovis; mais les prières de Clotilde furent entendues, et Dieu envoya des Anges guérir tout à coup le petit agonisant. Le moment de la grâce était venu.

A la bataille de Tolbiac
, après un choc terrible, les Francs pliaient, quand Clovis, dans une illumination soudaine, s'écria: "Dieu de Clotilde, donne-moi la victoire et Tu seras mon Dieu!" Le courage renaît à ses soldats et bientôt la victoire des Francs est complète. Peu après, Clovis était baptisé par saint Rémi, à Reims; ce fut le signal du baptême de la nation entière.

Clovis mourut en 511, à l'âge de quarante-cinq ans. Les divisions qui s'élevèrent dans sa famille et surtout le meurtre des deux fils aînés de Clodomir, commis par Childebert et Clotaire, achevèrent de rendre le monde insupportable à notre sainte.

Clotilde, dégoûtée du monde, éprouvée dans ses enfants, quitta bientôt la cour pour aller finir sa vie dans les larmes, les prières les aumônes, au fond d'un couvent à Tours, auprès du tombeau de Saint Martin. Prévenue du jour de sa mort, elle fit venir ses enfants, leur adressa ses dernières recommandations, et alla recevoir au Ciel sa récompense, le 3 juin 545.

 

Sources:

(1) Per Ipsum, service de calendrier liturgique tridentin (de 1962)

 (2) Vie des Saints pour tous les jours de l'année avec une pratique de piété pour chaque jour et des instructions sur les fêtes mobiles, Alfred Mame et Fils éditeurs, Tours 1867

Partager cet article
Repost0
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 18:10

 

Il est certainement parmi vous de ces hommes du dehors que scandalise profondément la sécurité des chrétiens médiocres, sécurité qui ressemble à la légendaire sécurité des imbéciles, probablement parce que c’est la même. Mon Dieu, croyez-moi, je ne me fais pas tellement d’illusions sur la sincérité de certains incroyants, je n’entre pas dans tous leurs griefs, je sais que beaucoup d’entre eux s’efforcent de justifier leur propre médiocrité par la nôtre, rien de plus. Mais je ne peux pas m’empêcher de les aimer, je me sens terriblement solidaire de ces gens qui n’ont pas encore trouvé ce que j’ai reçu moi-même sans l’avoir mérité, sans l’avoir seulement demandé, dont je jouis dès le berceau, pour ainsi dire, et par une sorte de privilège dont la gratuité m’épouvante.

Georges BERNANOS , Nos amis les saintsbernanos_motoj.jpg

P1040233-copie-1.JPG

Partager cet article
Repost0