Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 15:32

 

Ancien anarchiste ayant côtoyé et soutenu le milieu gay avant sa conversion, Dominique Morin répond à Présent :

"Dès la victoire de la gauche de 1981 a eu lieu la première Gay Pride à laquelle je participais. Bien qu’anarchiste à l’époque, j’avais été surpris de la sexualité particulièrement déréglée des homosexuels, que sanctionnera durement le SIDA, « recevant en leurs personnes l’inévitable salaire de leurs égarements » (Romains 1, 27). Après cette douloureuse leçon d’une nature qui est sans pitié quand on la viole, le plus élémentaire bon sens aurait dû les inciter à remettre en cause leurs pratiques. Ils se sont au contraire servis du sida pour revendiquer l’« égalité des droits », criminaliser toute critique jugée « homophobe », puis, allant toujours plus loin dans la déraison, exiger le « droit » au mariage et à l’adoption.

Mon expérience dans des milieux où ils étaient nombreux m’a permis d’observer que les homosexuels côtoyés étaient tous des blessés de la vie. Une jeune femme brillante et généreuse, violée par son père enfant et à juste titre traumatisée, était devenue lesbienne militante, malgré son attirance évidente pour les hommes, faute d’avoir guéri de cette blessure et retrouvé sa liberté. Un adolescent, violé par un cousin durant la puberté, se croyait déterminé par ce qu’il avait subi à mutiler son identité d’homme en devenant homosexuel. Un père souvent absent, la plupart avaient un parcours personnel et familial chaotique et des blessures à fleur de peau. Il y a beaucoup de résignation fataliste chez les militants homosexuels. Nous sommes comme cela et nous n’y pouvons rien, disent-ils, tout en prétendant servir de modèle à des jeunes pour se construire psychiquement et affectivement. Or, l’être humain n’est pas déterminé, comme l’animal, il peut toujours surmonter ses peurs et dépasser ses blessures. L’affirmation homosexuelle met clairement en cause cette éminente dignité de l’être humain que défend l’anthropologie chrétienne.

On parle aussi souvent d’une déficience du père dans l’explication de la tendance homosexuelle ?

Beaucoup de jeunes d’aujourd’hui n’ont pas connu de modèle paternel pour se construire grâce à l’autorité d’un cadre familial rassurant et aimant. De plus en plus, garçons ou filles, à l’âge où on se cherche, sur les réseaux sociaux, dans des soirées ou ailleurs, peuvent être facilement séduits par l’immaturité d’adultes flattant avec outrance le mal-être de jeunes gens naïfs et influençables. Peut très vite s’en suivre, j’ai des témoignages, une dérive de rapports sexuels qui mène à une résignation à « être homosexuel » une fois passé à l’acte.

Quel est le danger d’une « normalisation » de l’homosexualité par la loi et notamment le « mariage » homosexuel ?

Le fatalisme militant des homosexuels une fois « normalisé » par la loi prétendra nous interdire alors de dire à ces jeunes qu’ils demeurent libres de choisir ce qui est bon et juste pour eux.

Leur quête éperdue de reconnaissance se sert de la famille et des enfants comme d’un moyen et non d’une fin. Nous connaissons trop bien les conséquences causées par des parents immatures ou absents. Des personnalités fragiles et centrées sur elles pour éducatrices seront désastreuses pour l’avenir de la famille et des enfants. L’autorité parentale qui fait défaut, la souffrance de ne pas connaître ses origines, la tyrannie du désir promue par la société de consommation et qui enferme sur soi, entraînent directement la violence croissante des jeunes, leur fuite du réel, l’incapacité à devenir adulte et à se projeter dans l’avenir. Il faut être particulièrement déraisonnable ou formidablement orgueilleux pour prétendre fonder une société sur des modèles qui portent en eux toutes ces carences. [...]"

Michel Janva  sur  le salon beige

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 15:29

 

Google Doodle : 200ème anniversaire de Paul Abadie, architecte du Sacré-Cœur

 Pour les plans de la célèbre basilique parisienne, Paul Abadie s'est inspirée de la Cathédrale Saint-Front de Périgueux et de la Basilique Saint-Marc de Venise.

Le Doodle de Google rend hommage à l'architecte du Sacré Coeur Paul Abadie.

Le Doodle de Google rend hommage à l'architecte du Sacré Coeur Paul Abadie. Crédit Google

Le père du Sacré-Cœur fêterait ses 200 ans ce vendredi. Paul Abadie, resté célèbre pour être l'architecte de la basilique de Montmartre à Paris, est en effet né le 9 novembre 1812 dans la capitale française. Son père, qui s'appelait également Paul Abadie, était par ailleurs aussi architecte. Une famille de bâtisseur donc ! Si Paul Abadie est resté dans l'histoire pour avoir été l'architecte de la basilique du Sacré-Cœur, il a bien évidemment fait beaucoup d'autres choses avant de décéder le 3 août 1884 à Chatou. 

Lu ICI

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 07:35

 

La suite de cet article :

Intox N°4 : "La question de l'homoparentalité est distincte de la question de l'homoconjugalité"(Patrick Bloche), "Cela n'a rien à voir !" (Martine Billard)

Danger

Par "homoparentalité" (rappel sur l'origine du néologisme), il faut entendre l'accès de futurs couples homosexuels "mariés" à l'adoption et à la procréation artificielle.

Or ces politiques savent parfaitement que si le mariage est redéfini pour inclure les couples de même sexe,  l'accès de ces derniers à l'adoption sera automatique, toute distinction entre les couples mariés hétérosexuels et les couples "mariés" homosexuels devenant automatiquement illégale, en application tant de la législation européene que de la loi de 2004. Les conséquences seront dramatiques, comme aux Etats-Unis où des oeuvres d'adoption catholiques ont dû fermer pour cette raison.

Mais pourquoi les partisans de la redéfinition du mariage feignent-ils de voir une distinction ?

Parce que même le sondage Canal + qui donnait une majorité en faveur du "mariage homosexuel" révélait que le taux d'opposition augmentait de 12 points quand était abordée la question de l'adoption par des couples de même sexe (pdf, p. 7). De plus, l'intensité des opinions était bien plus forte chez les opposants : 23 % des répondants étaient "tout à fait opposés" à l'adoption, contre 14 % seulement "tout à fait favorables".

Les pro-gays sont dans la dissimulation, comme ils l'étaient lors des débats sur le Pacs en 1999.

Intox N°5 : La France est "à la traîne" en Europe (Le Monde), et "accuse un retard injustifiable" (Homosexualité et Socialisme).

Il y a deux composantes de cette intox :Gay-marriage-map-europe

  • La France serait isolée en Europe. C'est pourtant l'inverse : 5 Etats sur les 27 de l'UE ont étendu le mariage aux couples de même sexe. Ils représentent moins de 20 % de la population de l'UE (dont 10 % pour la seule Espagne). 
  • Derrière la formule, il y a l'historicisme qui est au coeur de la pensée de gauche (cf Bachelot : "de toute façon, cela se fera"). Comme l'écrit ce blog :

"Il faut cesser avec cette histoire de « progrès »de « modernité », au sujet de laquelle on pourrait être « en avance » ou « en retard ». Il n’y a pas de « sens de l’histoire » qui, comme par hasard, épouserait toutes les thèses de la gauche."

L'histoire récente montre pourtant que les mouvements d'opinion ne sont pas irréversibles. Il y a 5 ans, la croisade anti-CO2 paraissait par exemple impossible à arrêter - alors qu'elle a depuis nettement marqué le pas.

Lire aussi :

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 21:14

 

Que ferait Saul Alinsky ?

Thierry QUINQUETON

Que ferait Saul Alinsky ?
Robin des bois des faubourgs de Chicago, modèle proposé dans les manuels de morale catholique, disciple de Karl Marx ou de Lénine pour certains, sujet de la thèse d'Hillary Clinton, suppôt de Satan, complice de Lucifer pour quelques autres, ami du philosophe catholique français Jacques Maritain : cela fait beaucoup pour un seul homme ! 
Saul Alinsky (1909-1972) exercera pendant une quarantaine d'années, un peu dans toutes les grandes métropoles des États-Unis, son métier d' « agitateur professionnel », avec le projet de transformer des populations qui subissent leur condition en des groupes de pression incontournables. Impertinence, non-violence, humour, utilisation du conflit, grand sens tactique: telles étaient ses armes « pour que les plus pauvres, les sans-pouvoir, les have not, puissent devenir partie prenante de ce qui décide de leur vie ». 
Cette figure haute en couleurs est un incontournable de la culture politique des progressistes américains, et un épouvantail pour la droite conservatrice.

Interview Radio

 

"Suppôt de Satan" ?, "Complice de Lucifer" ? A vous de juger.
Pour vous aider un peu, voici un extrait du Manuel de l'animateur social   :

Qu'on me pardonne d'avoir au moins une 

pensée pour le premier révolutionnaire de 

toutes nos légendes, de notre mythologie, de 

notre histoire (et qui dira où finit la 

mythologie et où commence l'histoire -ou qui 

est qui), le premier révolutionnaire que 

l'homme ait connu, qui se soit rebellé contre 

le pouvoir établi et l'ait fait de façon si 

efficace qu'il a pu au moins créer son propre 

royaume. Lucifer.  

SAUL ALINSKY  

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 13:03

 

C'est un communiste  qui devrait être élu Président

de la République Populaire de Chine en 2013

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 12:01

 

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 10:20

 

G"On vous dit : mariage pour « l’égalité des droits » ou    « mariage pour tous ». Et on vous vante la « tolérance à la différence ». Ce sont de magnifiques concepts désincarnés qui font pleurer sur les plateaux télé. Sans nier bien sûr la douleur des homosexuels, nous affirmons que l’on ne peut pas satisfaire les revendications de quelques lobbys gays sans dégâts « pour tous », justement.

Nous vous proposons donc de parcourir notre chronique « Tendance gay, avenir sombre ». Loin des idées creuses et des projecteurs, vous verrez les conséquences des faits proposés par les lobbys :

  • savez-vous que la médecine moderne a découpé la procréation comme Taylor a décomposé le travail ? Et que, de la même manière que l’on fabrique des parties d’un aspirateur aux quatre coins du monde, on peut fabriquer un enfant avec un père donneur, une mère donneuse, une mère porteuse, un médecin et divers laborantins pour assurer l’assemblage sur cette dernière, et enfin des «co-parents » adoptifs qui pourraient d’ailleurs changer dans le temps ? C’est ça, techniquement parlant, l’homoparentalité.
  • savez-vous que des mères porteuses mettent aux enchères la location de leur corps pour une grossesse ? Après la taylorisation, le boursicotage est la suite logique.
  • savez-vous que des homosexuels sont prêts à payer 150 000 dollars pour fabriquer des bébés à l’aide de mères donneuses et de mères porteuses ? C’est la dure loi du marché.
  • savez-vous que des associations de militants de la cause (!) homosexuelle, grassement subventionnées via vos impôts, vont dans les écoles, y compris primaires, pour « lutter contre l’homophobie » ? C’est la redistribution des richesses en subventions.
  • savez-vous que des lesbiennes françaises vont se faire inséminer en Belgique, privant leur enfant de la possibilité de connaître leur père ? C’est le marché commun !
  • savez-vous que les enfants de couples homosexuels sont plus victimes d’abus et ont moins de facilité d’emploi que les autres ? Précarité familiale, précarité sociale !
  • savez-vous que les formulaires administratifs ne demanderont plus à vos enfants les noms et prénoms de leur père et de leur mère parce que l’on veut les remplacer par les concepts abscons de « parent1 » et « parent2 » ? Eh oui, le « mariage pour tous », c’est un changement pour tous !"

lu sur le salon beige

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 10:16

 

lu sur le blog d'un étudiant protestant évangélique :

 

Mariage homosexuel, homoparentalité et adoption : Perspective chrétienne contemporaine sur l'homosexualité
Salut tout le monde !

C'était une promesse de campagne de François Hollande et elle est en passe de devenir réalité : le 31 octobre, le Conseil des Ministres examinera un projet de loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe et permettant à ces couples d'adopter des enfants. Le gouvernement à donc décidé d'avancer dans le sens de cette réforme à hauts risques, malgré les inquiétudes des maires, qui devront célébrer ces unions (et qui demandent au moins une clause de conscience, ce qui serait effectivement la moindre des choses...), du Conseil supérieur de l'adoption, de psychologues, de professionnels de l'enfance, de laCaisse Nationale des Allocations Familiales, de juristes, de journalistes comme le fondateur de Reporters sans frontières, des différentes églises chrétiennes (catholiqueorthodoxesprotestantes,évangéliques) et des autres communautés religieuses, voire même...des homosexuels eux-mêmes ! Alors, n'en déplaise aux nouveaux Inquisiteurs de la pensée unique qui au nom d'une fausse laïcité voudraient que la liberté d'expression soit pour tous les citoyens, à l'exception de ceux d'entre eux qui sont croyants, je vais moi aussi prendre position pour exprimer mon opposition à cette dangereuse évolution de la société.

Ma réflexion sur ce sujet est assez longue.   ... la suite ...
Partager cet article
Repost0
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 11:19

 

« On peut parfaitement imaginer l’Église ainsi qu’une vaste entreprise de transport, de transport au paradis, pourquoi pas ? Eh bien, je le demande, que deviendrions-nous sans les saints qui organisent le trafic ? Certes, depuis deux mille ans, la compagnie a dû compter pas mal de catastrophes, l’arianisme, le nestorisme, le pélagianisme, le grand schisme d’Orient, Luther… pour ne parler que des déraillements et télescopages les plus célèbres. Mais, sans les saints, moi je vous le dis, la chrétienté ne serait qu’un gigantesque amas de locomotives renversées, de wagons incendiés, de rails tordus et de ferrailles achevant de se rouiller sous la pluie. Aucun train ne circulerait plus depuis georges bernanoslongtemps sur les voies envahies par l’herbe. Oh ! je sais bien que certains d’entre vous se disent en ce moment que je fais la part trop belle aux saints, que je donne trop d’importance à des gens tout de même un peu en marge, et que j’ai tort de comparer à de paisibles fonctionnaires, d’autant plus qu’en dépit de toute tradition administrative, ils bénéficient de l’avancement au mérite et non pas à l’ancienneté, qu’on les voit passer brusquement du modeste emploi d’homme d’équipe à celui d’inspecteur général ou de directeur de la compagnie, alors même qu’ils en ont été fichus brutalement à la porte, comme Jeanne d’Arc, par exemple. »

Georges Bernanos (1888-1948)
extrait de "Nos amis les Saints", conférence de 1947
Partager cet article
Repost0
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 23:04

 

todos-los-santos-630x350

 

Dans la grande tourmente ...  Homélie prononcée par le Très Révérend Père Dom Jean Pateau, Abbé de Notre-Dame de Fontgombault, le 1er novembre 2012

 

" Réjouissez-vous et exultez, car votre récompense est grande dans les cieux "

(Mt 5, 12)

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 09:03

 

Apprendre à voir par la peinture

des réunions animées par Nicole Buron


Des grottes de Lascaux au Moyen Age

      samedi 10 novembre , 15h-18h30

Base 49 - 49 rue Des Renaudes - 75017 Paris


                                                                            

 

S'inscrire

Présentation de l'"Apprendre à voir"

NB : 2e réunion, le samedi 1er décembre :

La peinture de la Renaissance

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 00:24

 

     par le Pr Gladys Sweeney 

Dans Le Cep n°14, la confession du Dr William Coulson (un psychothérapeute américain, disciple de Rogers) avait montré quel effet destructeur la psychologie peut exercer sur la foi (en l’occurrence celle d’une congrégation féminine enseignante). Cette entrevue avec le Pr Sweeney montre qu’une autre psychologie est possible, ouverte à l’anthropologie chrétienne et donc respectueuse  des richesses intérieures que  procurent la prière ou les sacrements. Au lieu de s’opposer stérilement à la foi, cette approche apportera en revanche un véritable réconfort à ceux qui souffrent de réels troubles psychologiques.                                                           

Un entretien donné à l’Agence Zénit le 16 janvier 2005 

 Une psychologie enracinée dans une vision chrétienne de la personne humaine est non seulement fidèle à la science mais aussi à Dieu. C’est ce que déclare Gladys Sweeney, recteur de l’« Institute for Psychological Sciences », qui cherche à intégrer la psychologie dans la foi et la raison. Gladys Sweeny a fait part à Zénit de sa conviction selon laquelle la science de la psychologie se met au service de l’Eglise dans la mesure où elle rend les personnes plus libres d’être de meilleurs chrétiens et de bénéficier d’une vie sacramentelle. 

- Zénit : Que peut faire un catholique souffrant de dépression ?  

- G. Sweeney : Souvent la dépression ou d’autres formes de maladies mentales constituent un obstacle au libre arbitre. Un traitement psychologique efficace est très utile, parce qu’il est destiné essentiellement à libérer la personne, non seulement pour la rendre capable de voir le « bien » d’une manière plus réaliste, mais également de choisir le « bien ».  Traditionnellement il existait une méfiance réciproque entre la psychologie et les catholiques. La psychologie tendait à voir la foi comme un comportement superstitieux, alors que les croyants tendaient à voir la psychologie comme une science inutile pour eux. Une foi suffisamment forte devait pouvoir venir à bout de tous les problèmes, quels qu’ils fussent. Aucune de ces deux positions ne reflète la vérité. Une psychologie enracinée dans la vision catholique de la personne humaine n’est pas seulement fidèle à la science mais aussi à Dieu. La science de la psychologie a beaucoup à offrir aux personnes dont le libre arbitre s’est affaibli. Prenons par exemple le cas d’une personne excessivement scrupuleuse. Cette personne pourrait en effet être affectée d’une « névrose obsessionnelle compulsive ». Si elle n’est pas soignée correctement, ce désordre psychologique peut s’aggraver au point de la rendre  incapable de vivre normalement.  Des catholiques, bons et fidèles, pourraient par exemple cesser d’aller se confesser pour éviter l’impression d’avoir fait une confession invalide, ayant oublié de confesser « tous » leurs péchés. Ils pourraient en fait cesser d’aller communier par crainte de recevoir le Seigneur de manière indigne. Ce désordre est facilement diagnostiqué et soigné.  La science de la psychologie est au service de l’Eglise : en aidant cette personne à retrouver une vie normale, elle la libère de la névrose. Mais la liberté  n’est pas seulement  une « liberté de », mais également une « liberté pour » : une liberté pour être de meilleurs chrétiens et pour pouvoir bénéficier d’une vie sacramentelle.  Si l’on pose correctement le problème, il n’existe aucun conflit entre une psychologie fondée sur une saine anthropologie et les enseignements de l’Eglise. Le défi est de trouver des psychologues bien formés, dans cette perspective, qui ont la volonté de respecter les valeurs religieuses de leurs patients, sans jamais les mettre en danger. 

- Zénit : Quelles sont aujourd’hui les erreurs les plus courantes dans le traitement de la dépression ?  

- G. Sweeney : L’une des erreurs les plus graves et les plus courantes dans le traitement de la dépression est la conviction que « seul » un traitement médical peut soulager la dépression...

                     ... la suite dans la revue Le Cep n° 32. 3ème trimestre 2005 


 

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 00:15

 

P1130133.JPG     P1130134.JPG

un numéro de la revue "Permanences" disponible ICI 

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 17:10

 

« Avoir la foi et pratiquer sa religion prolongerait de 29% l’espérance de vie ».

Cette conclusion inattendue est le résultat « d’une compilation de 42 recherches portant sur l’engagement religieux et la longévité, réalisée par l’épidémiologiste David Larson (…).» La mécanique scientifique est simple. La prière ou la méditation « active l’hypothalamus. Or, cette partie du cerveau joue un rôle clé pour ce qui est du rythme cardiaque et de la pression artérielle ; elle régule aussi la sécrétion d’hormones comme le cortisol (lié au stress) et influe sur le fonctionnement du système immunitaire. »  

« Se plonger dans un roman ou prendre un bain relaxant provoque aussi des effets physiologiques bienfaisants. Mais ils sont beaucoup plus faibles que ceux observés lors d’une prière fervente ou d’une méditation intense. » 

Un véritable cauchemar pour les anticléricaux !.... 

    Le Courrier international du 9 septembre 2004

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 16:28

 

71.jpg

 

 

Sans doute, chacun de nous y songe, plus ou moins fréquemment, plus ou moins réellement, mais n'y échappe pas. (On y est bien forcé quand les rangs s'éclaircissent autour de soi.)

 

Mais à quoi bon mettre en commun nos peurs, nos dégoûts, nos espoirs, nos doutes, attendu que, si nous sommes livrés à nous-mêmes, les conclusions ne sauraient représenter que des hypothèses dont nous sentons bien, les premiers, la fragilité et qui sont surtout des moyens provisoires dont nous nous gratifions afin de nous supporter de de poursuivre ce dur chemin?

 

Pascal - il est difficile de réfléchir là-dessus sans recourir bientôt à lui - a exprimé en trois monosyllabes définitifs l'impuissance humaine à l'entr'aide mutuelle dans ce moment crucial:" On meurt seul". Ceux qui ont éprouvé, pour leur compte, l'ironie cruelle qu'il y a dans l'expression courante "assister les mourants", savent bien qu'il faut en convenir; les gestes, la présence, les veilles, tout ce que l'amour invente au chevet d'un moribond, ne comble tout de même pas le gouffre qui se creuse. Nulle part ne se vérifie davantage la vérité du constat de Rainer-Maria Rilke: " Pour ce qui est de l'essentiel, nous sommes indiciblement seuls."

 

...

 

Au fond, la mort n'est rien, c'est mourir qui est la grande affaire.


la suite sur le blog du Petit Placide

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 16:24
Partager cet article
Repost0
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 10:31

 

 

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 10:20

 

Ces jours-ci, on a pu voir un grand film à la télé ... A voir ou à revoir en "streaming"
   20:50  Les grandes gueules
Comédie dramatique (1965) - Durée : 2 h 05
Sous-titrage malentendant 16:9 TP 
Acteur : 
Bourvil
Lino Ventura
Jean-Claude Rolland
Réalisateur : 
Robert Enrico
Un Français, installé depuis longtemps au Canada, décide de revenir en France pour faire revivre la petite scierie vosgienne dont il a hérité de son père.

 

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 10:14

 

On se moque de savoir qui marchera à nos côtés pour le combat commun

L'humeur de Pasquin, dans L'Homme nouveau :

P

Michel Janva dans  le salon beige
Partager cet article
Repost0
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 09:40

 

JLe père Jean-Philippe Chauveau, membre (l'un des premiers) de la communauté St Jean, vient de publier un livre racontant son histoire et ses divers apostolats : « Que celui qui n’a jamais péché ».

Enfant battu par des parents alcooliques, abusé sexuellement à l'âge de 12 ans, le père Jean-Philippe a connu une adolescence troublée, de la délinquance en pension puis en maison de correction. Embauché chez Peugeot, il y rencontre un chrétien qui lui donnera des conseils et une affection qui lui a tant fait défaut. Devenu chrétien, il fréquentera les foyers de charité et l'oeuvre de Jean Vanier, avant de découvrir sa vocation. Il est ordonné prêtre à 32 ans. Sa vie l'a semble-t-il un peu préparé à faire de l'apostolat pour les paumés. Sa première mission est de s’occuper de toxicomanes. Puis, après un bref séjour en Afrique, il arpente en habit le bois de Boulogne à la rencontre des prostituées. Aujourd'hui, l’association Magdalena souhaite accueillir et accompagner celles qui veulent s'en sortir.

la suite est ICI ...

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 09:27
Partager cet article
Repost0
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 09:25

 

visitez  Tesson illustrateur !

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 08:43
Partager cet article
Repost0
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 08:25

 

"LA LIBERTÉ POUR QUOI FAIRE ? ou la proclamation aux imbéciles", libre adaptation de La liberté pour quoi faire ? et de La France contre les robots de Georges Bernanos, par Jacques ALLAIRE et Jean-Pierre BARO, spectacle joué un peu partout en France...

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 08:22

 

" Déçue par le cinéma qui ne sait pas lui proposer autre chose que des nanars érotiques, Sylvia Kristel devient dépressive. En 2006, elle rend publique sa lente descente aux enfers. Dans son livre Nue, elle dévoile sa dépendance à l'alcool et à la drogue. Le malheur attirant souvent le malheur, sa vie affective est tragiquement marquée, en 2004, par la disparition brutale de son compagnon, Freddy de Vree, un peintre hollandais de renom. En 2002 et 2004, elle fait face à deux cancers, du poumon et de la gorge.

Sylvia Kristel n'a pas eu la carrière qu'elle méritait. Prisonnière, malgré elle, d'un rôle emblématique, Emmanuelle, cette femme distinguée, belle - trop belle peut-être -, intelligente (enfant, elle avait sauté quatre classes), a mené sa carrière et sa vie à contre-emploi. " Le Figaro 

L'érotisme et la pornographie apportent-ils vraiment la libération, la joie et le bonheur ?

Partager cet article
Repost0