Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 10:27


Les agriculteurs redoutent l'échéance du 8 juin, jour de la Saint-Médard :



Quand il pleut à la Saint-Médard,
Il pleut quarante jours plus tard.

Il est bien probable que ce dicton remonte beaucoup plus haut que l'établissement du calendrier grégorien : or, quand on a introduit ce calendrier dans l'usage officiel, on a supprimé, pour une fois seulement, les fêtes de douze saints, ce qui a avancé de douze jours celles de tous les autres saints. La fête de la Saint-Médard tombait donc autrefois vers le 20 juin, jour voisin du solstice d'été. Or, à cette époque de l'année, le soleil occupe pendant quelques jours la même position par rapport à la terre ; la chaleur envoyée par le soleil reste la même durant cette période et, les conditions météorologiques variant peu, on doit supposer que le temps ne changera pas pendant quelques jours. Si donc il pleut à cette époque, la pluie a quelque chance de durée.

Si nos agriculteurs se sont inquiétés aussi vivement de l'influence de saint Médard, c'est, il faut le dire, parce qu'ils redoutent en juin l'abondance des pluies, ainsi que l'attestent certains proverbes agricoles :

Juin pluvieux vide celliers
Et greniers.
Quand il pleut pour Saint-Médard
La récolte diminue d'un quart.

Eau de Saint-Jean ôte le vin
Et ne donne pas de pain.

Nous pourrions multiplier ces dictons populaires, qui se résument en ceci : les agriculteurs désirent un mois de juin moins pluvieux et plus chaud que le mois de mai.

http://www.retraite-active.lesclesdumidi.com/forum/viewtopic,t,10673.html
Partager cet article
Repost0
8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 10:18


Médard naquit, vers l'an 457, à Salency, en Picardie puis fit ses études à l'école-cathédrale de Vermand, ville romaine près de Saint-Quentin. C’était un homme doux et bon, un prêtre évangélisateur des campagnes. Il était aussi disciple de saint Rémi, qui le consacra évêque de Vermand en 530.  

 

Mais la ville fut ravagée par des raids barbares et il dut transférer le siège de l’évêché à Noyon. Il accepta de  diriger le diocèse de Tournai qui n’avait pas d’évêque et il fut donc un évangélisateur des Flandres. Il mourut à Noyon en 560. Très populaire saint Médard a donné son nom à plus de 30 localités en France et à un dicton climatique célèbre...
http://prenomdujour.over-blog.com/330-index.html




    Les frères Jacques en ont fait une chanson ...   A la saint-Médard ...
Partager cet article
Repost0
8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 01:39
Aujourd'hui c'était la journée nationale de la pêche
P Et ce n'est pas une blague !

L'abstention aux élections européennes devrait atteindre 60%, contre 57,2% lors des dernières européennes de 2004.

Michel Janva


7 juin |
Lien permanent | Commentaires (3)

Partager cet article
Repost0
7 juin 2009 7 07 /06 /juin /2009 23:03


vu sur "Science et Foi" n° 91, revue du CESHE, B.P. 1055 59011 Lille Cedex

 

http://ceshe.chez.com/

Partager cet article
Repost0
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 19:59

Réseaux et "amitiés" sur le net : l'urgence d'éduquer

Un document très intéressant d'une religieuse qui commente le message du Pape adressé aux participants d'un congrès organisé fin avril à l'Université pontificale du Latran sur le thème du Message est en ligne sur Zenit. On y lit beaucoup de points à méditer au regard de son usage personnel du net (Facebook, chats, etc).
  • Risques sur la vérité :
Toile "Ne voyant pas l'autre, on peut s'exprimer avec plus de liberté, mais peut-être aussi dire des choses qui ne sont pas vraies, perdant ainsi d'une certaine façon son identité personnelle, son authenticité. Il est important d'être conscients que nous nous portons nous-mêmes sur le réseau, avec notre histoire, nos espoirs, nos relations personnelles".
  • Risque de s'exhiber et donc de susciter l'envie de voir :
"Jeunes et adolescents sont habitués à dire, écrire ou se présenter à travers des textes, messages, images et vidéos. Parfois ils ne semblent pas conscients de ce qu'ils écrivent ou téléchargent sur le réseau. Une fois publié, tout le monde peut le voir, et c'est alors qu'on peut perdre le contrôle de l'endroit où peut aller ou arriver l'information. Ils ne savent pas toujours que toutes les données qu'ils fournissent concernant leur propre profil, comme les goûts, les intérêts, constituent des informations d'une importance capitale pour le marché, la publicité".
  • Risque de dénaturer les vraies relations :
"Un risque que nous courons tous est de multiplier les relations, d'avoir une multitude d'amis en ligne mais d'oublier le nom de la personne qui est près de nous et que nous rencontrons tous les jours".
  • Risque de perdre son temps, premier don de Dieu :
Tpsnet "Il y a un autre risque : le temps passé sur le réseau. Les jeunes, et même les adultes, passent de plus en plus de temps sur Internet".
  • Risque d'y laisser des pans de culture :
"il est difficile de comprendre le langage des jeunes du Net. Les enseignants sont inquiets car, à l'école, garçons et filles ne savent plus écrire dans leur propre langue, font des fautes d'orthographe et de grammaire.
Cette contraction des mots et la possibilité de s'exprimer se répercute sur la capacité d'exprimer ses propres sentiments, de laisser de la place à son intériorité, de raconter ses propres expériences".
  • Risque de perdre le vrai sens de l'Amitié :

 "Mais il est important de s'interroger sur le lien que ces amitiés ont avec la vie réelle. Le pape dans son Message demande aux jeunes d'être attentifs à ne pas banaliser l'amitié, à respecter l'autre, à grandir avec lui. Les environnements du Réseau sont multiples, ils dépeInternndent du type d'amitié, du degré de maturité de la communication : les jeunes sont « nomades » et passent d'un espace à l'autre, émigrent d'une ressource à l'autre, mais toujours en quête d'espaces dans lesquels échanger des informations, communiquer, entrer en relation, se raconter. Les plus petits pourront préférer Twitter, MySpace, Netlog. Les plus grands, Facebook, pour ensuite se rencontrer sur Instant Messaging, jugé plus personnel".

  • La solution : éduquer aux nouvelles technologies

"La première étape est de comprendre qu'Internet est un des canaux mis à notre disposition aujourd'hui pour communiquer, l'un des canaux mais pas l'unique. Eduquer donc dans la « continuité » de la communication : je peux rencontrer mes amis sur le Net, mais je n'oublie pas ceux de ma classe, du groupe, du sport, etc.

Un second aspect, éduquer à la relation : chaque interaction nécessite du temps pour croître et mûrir, sur le Net ou en dehors. La découverte de l'autre n'est pas instantanée. Chaque rencontre a besoin de temps. Donc, éduquer à ne pas fuir la fatigue de la communication : il est souvent plus facile de joindre un ami avec un simple click que d'attendre et avoir la patience d'attendre que l'autre sourie, parle, s'ouvre.

Enfin, ne pas laisser seuls les jeunes, les enfants, dans ces expériences en ligne ; mais rester à leurs côtés, peut-être même surfer ensemble à la découverte d'Internet".

                           lu sur http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/
Partager cet article
Repost0
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 13:02

Partager cet article
Repost0
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 11:18

"L’Europe de peut pas et ne doit pas renier ses racines chrétiennes. Elles sont une composante dynamique de notre civilisation pour avancer dans le troisième millénaire."

Benoît XVI, 7 septembre 2007.

 

L’événement

Luciano Pavarotti : adieu à un géant

Actualité

Parlons clerc : Douceur et patience

Médias : Le sacre médiatique de Nicolas Sarkozy

Défense de la vie : L’arbre qui cache la forêt

Vie Internationale : Soudan, ces autres Darfour

Dossier

Europe, Europe, quand tu nous tiens !



Traité modificatif : une manœuvre sans précédent

Le Traité modificatif est-il facultatif ?

Préserver l’identité nationale

Préférence communautaire : le bon sens contre l’idéologie

Construction européenne : est-il déjà trop tard ?

Culture

Découvrir : La jeune fille à la baguette de Pissaro

Initiatives

Tous biens pesés : Revendication et action

                                                à commander sur www.ichtus.fr

Partager cet article
Repost0
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 11:25

Lécologie ne serait-elle pas seulement une idéologie brandie, de façon récurrente par la gauche, pour faire trembler les "bonnes gens" et instaurer un nouveau totalitarisme ? Ou bien est-ce la recherche d’un équilibre harmonieux dans la Création pour favoriser l’avenir des générations ?

Si l’on considère la richesse de l’enseignement chrétien, on ne peut réduire l’écologie à la connaissance et au respect des équilibres naturels. Il faut également prendre en compte le respect des lois de la nature physique, morale et sociale de l’homme. Une vision de la création à la base de notre civilisation occidentale.

La revue Permanences (juin-juillet 2005) nous livre un numéro double consacré à l'écologie. Ce numéro est disponible sur commande auprès de : Permanences - 49 rue des Renaudes - 75017 Paris, ou directement sur http://www.ichtus.fr

Au sommaire : Notion chrétienne de l’écologie - Sainte Hildegarde : un modèle d’écologie - Vers une implosion énergétique - Une contrainte additionnelle : le réchauffement climatique - Charte de l’environnement, principe de précaution, développement durable - Bien commun universel et mondialisme - L’écologie, enjeu politique et idéologique - L’antispécisme, la pensée de Peter Singer - En Verts et contre tous - Prendre des risques pour refonder l’agriculture - Bio : la meilleure ou la pire des agricultures ? - Une vie pour préserver la vie - Que faire ? développer le sens du concret au contact de la nature.

Partager cet article
Repost0
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 09:52

 


Trois verres, bonjour les dégâts !

Partager cet article
Repost0
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 16:44
Partager cet article
Repost0
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 16:40
Partager cet article
Repost0
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 19:55
Vient de paraître
Permanences n°460

 

 

Nationalité ? Républicain !

Parlons clerc

Désespoir et miséricorde

Analyse

à propos de l’ouvrage de D. Sureau Pour une nouvelle théologie politique,

Radicalement peu orthodoxe

Actualité

Statut du beau-parents : Un retrait provisoire mais stimulant

Christianophobie : Pourquoi me frappes-tu ?

Jérusalem : Le reproche continuel du sang versé, extraits de Benoît XVI

Brésil : Communion plutôt que révolution

Dossier : quel avenir pour la jeunesse

No future generation ?

Le plus pauvre des pauvres

La jeunesse vue par le philosophe

Etre jeune aujourd’hui : entre désarroi et espérance

Témoignage : L’élève, un être en construction

Lettre à la jeunesse qui suit

La jeunesse pour l’Eglise : un temps d’Espérance

« Accepter de porter le feu au monde »

Culture

Expo : Les primitifs italiens, Amélie Brachet

Famille de paysans dans un intérieur de Le Nain

Lire : Comment notre monde est devenu chrétien,

La pensée unique

La révolte est-elle juste ?

La grande falsification - L’art contemporain

Chroniques

On vous fait un monde plus beau

Le monde selon Darwin

D'autres numéros
Partager cet article
Repost0
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 08:03

« Hommes de Galilée, pourquoi restez-vous ainsi à regarder le ciel ? »
http://catholique-rouen.cef.fr/spip.php?article192

Partager cet article
Repost0
20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 10:59
Partager cet article
Repost0
20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 10:04
Partager cet article
Repost0
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 23:26

Le tombeau de saint Pierre au Vatican : les fouilles archéologiques

Relique de Pierre dans la Basilique
Saint-Pierre
de Rome


La tradition localise la tombe de Pierre sur l'emplacement d'une nécropole située au nord du Circus Vaticanus, dont elle était séparée par une route secondaire : la via Cornelia.
L'empereur Constantin y fit édifier une première basilique (occupant le site de la édifice actuel) et dont l'abside fut construite autour de l'emplacement de la tombe, cela malgré les difficultés considérables du terrain, à flanc de colline, obligeant à d’énormes travaux de terrassement, et bien qu'il ait fallu modifier un cimetière.

Les fouilles qui ont été effectuées au XXe siècle dans les Grottes du Vatican, ont mis en évidence, au-dessous de l'autel et à la verticale exacte du sommet de la coupole, un monument cultuel au-dessus d’une tombe, trouvée vide, du premier siècle (tombe thêta). Ce mémorial, qui serait le « trophée de Gaïus », est inclus dans un monument d'époque constantinienne.

Sur l'un des murs de soutien (mur rouge) a été incisé un graffito dont subsistent les quatre caractères grecs ΠΕΤR, c’est-à-dire les quatre premières lettres du nom de Pierre, et au-dessous EN(I), ce qui serait, selon Margherita Guarducci, la forme abréviative de εν εστι, mot à mot « dedans est ». Jérôme Carcopino, qui défendait l'hypothèse d'un transfert temporaire des reliques lors de la persécution de Valérien, lisait au contraire EN(Δ), ενδει « il manque ».

Une cachette aménagée sur un mur perpendiculaire (mur G) contenait les ossements d'un individu de sexe masculin âgé de soixante à soixante-dix ans, mais qui ne permettent pas de tirer de conclusion.

tiré de Wikipédia

nécropole située au nord du Circus Vaticanus, dont elle était séparée par une route secondaire : la via Cornelia.
Partager cet article
Repost0
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 11:17

« Je hais mon époque de toutes mes forces. L'homme y meurt de soif.

« Ah !... général , il n'y a qu'un problème, un seul de par le monde: rendre aux hommes une signification spirituelle, des inquiétudes spirituelles.. Faire pleuvoir sur eux quelque chose qui ressemble à un chant grégorien. Si j'avais la foi, il est bien certain que, passée cette époque de « job nécessaire et ingrat », je ne supporterais plus que Solesmes.

« On ne peut plus vivre de frigidaires, de politique, de bilans et de mots croisés, voyez-vous... On ne peut plus.

«On ne peut plus vivre sans poésie, couleur ni amour. Rien qu'à entendre un chant villageois du XVe siècle, on mesure la pente descendue. Il ne reste rien que la voix du robot de la propagande (Pardonnez-moi !) Deux milliards d'hommes n'entendent plus que le robot, ne comprennent plus que le robot, se font robots. Tous les craquements des trente dernières années n'ont que deux sources: les impasses du système économique du XIX. siècle, le désespoir spirituel... Les hommes ont fait l'essai des valeurs cartésiennes; hors les sciences de la nature, ça ne leur a guère réussi !

« Il n'y a qu'un problème, un seul : redécouvrir qu'il est une vie de l'esprit, plus haute encore que la Vie de l'intelligence, la seule qui satisfasse l'homme... Et la vie de l'esprit commence là où un être «un», est conçu au-dessus des matériaux qui la composent. L'amour de la maison, - cet amour inconnaissable aux Etats-Unis, - est déjà de la vie de l'esprit. Et la fête villageoise et le culte des morts. (Je cite ça, car il s'est tué, depuis mon arrivée ici, deux ou trois parachutistes; mais on les a escamotés: ils avaient fini de servir). Cela, c'est de l'époque, non de l'Amérique: L'HOMME N'A PLUS DE SENS. 

Il faut absolument parler aux hommes.
Saint-Exupery
le texte complet est ici : http://petrus.angel.over-blog.com/article-4534942.html

Partager cet article
Repost0
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 11:12


Le mot est sur toutes les lèvres, utilisé à tout propos, volontiers mis à toutes les sauces. N’entend-on pas parler de "culture rock" ou de "culture rap" ?... C’est que, voyez-vous, rejetant le religieux, fatiguée du social, déçue par la politique, notre fin de siècle se découvre "culturelle"... Au risque de penser qu’à la façon de Monsieur Jourdain, nous aurions fait du "culturel" sans le savoir pendant des millénaires. Pour être certain de "conscientiser" le phénomène nous avons même créé des "maisons de la culture" et nous nous sommes affublés d’un "ministère" de la culture.

Reste à savoir ce qui se cache réellement derrière cette réalité que le pape Jean-Paul II nous demande de "défendre comme la prunelle de nos yeux", et derrière ce mot qui, pour faire l’unanimité ne fait pas pour autant l’union sur le fond.



la suite est ici ...  http://www.ichtus.fr/article.php3?id_article=116

Partager cet article
Repost0
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 09:23

 

"Alexander Rybak, le Brad Pitt Norvégien a largement remporté le Concours Eurovision de la chanson avec Fairytale,  un vrai conte de fée donc pour le chanteur d'origine biélorusse âgé de 23 ans dont les refrains tourbillonnants et les violons tziganes ont fait mouche.Les Fatal Picards, 22ème en 2007. Sébastien Tellier 18ème en 2008. Et Patricia Kaas 8ème. La France remonte doucement mais c'est pas encore ça. Saluons pourtant l'interprétation sobre et classe de la chanteuse, très qualité française, robe noire, voix nue, qui avait fait avec ce slow langoureux, S'il fallait le faire, un contre choix. (...) Toutes les dix secondes environ, les deux commentateurs de la soirée, Julien Courbet et Cyril Hanouna prononçaient le nom de Patricia Kaas. Mais bon, ça n'a pas pris. Quand on pense que les finlandais de Lordi avaient gagné en 2006 avec Hard Rock Halleluja et leurs masques de monstres à la Kiss, tout est possible. "

Partager cet article
Repost0
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 08:59


Rassurez-vous. C'était en 2006 ...
mais ils avaient gagné ...



des paroles :

" J’ai des ailes dans le dos
Et des cornes au front
J’ai des crocs acérés
J’ai les yeux rouges
Je ne suis pas vraiment un ange
Ou alors l’ange déchu
Viens avec nous on va en enfer
Hard rock alléluia ! "

Anodin ?

Partager cet article
Repost0
15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 20:46

 

Cannes Mode ou Cannes de Collection,
Canne en bois, canne en métal, canne décorée, toutes les cannes sur festival des cannes.
Partager cet article
Repost0
15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 17:09

 

Partager cet article
Repost0
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 17:40
 

une chorégraphie de Zhao Limin, "Hand in Hand". 
5 mn 
Partager cet article
Repost0
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 12:01
Partager cet article
Repost0
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 11:48

 

Le roman est passionnant, le suspense génial, la maestria du conteur indiscutable. Il vous empoigne par le revers de la veste et ne vous lâche plus jusqu’à la fin de son histoire : trois heures de lecture trépidante garanties. En outre il surfe sur des images cool : le droit des femmes, l’autorité de la science.

Donc la majorité du public tire son chapeau à l’auteur : bravo l’artiste !

Comment ne pas s’y laisser prendre ? Comme vous êtes captivé, vous acceptez tout.

Sa perversité est là, car combien vont croire que l’Eglise a réellement pourchassé les hommes de science ? Dan Brown l’annonce comme un fait avéré. Le Vatican est malfaisant par nature, l’Eglise ment par essence.
...  la suite  .... 
http://www.pjd17.com/

Renaissance, 2005)



(Sources : « Les démons de Dan Brown » Victor Loupan, Alain Noël ;
Presses de la
Renaissance )


Partager cet article
Repost0