Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 17:46


PREMIERE APPARITION DE LA SAINTE VIERGE A FATIMA

13 MAI 1917

 

 
 

http://www.hermas.info/

Partager cet article
Repost0
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 12:42

 J.L. – (…) La cuisine, comme la culture, ne vit que de bonne malice. En ce sens, je veux bien donner mon âme au Diable ! 

P.- L’avez-vous déjà frôlé ?

J.L. – Je l’espère, car il est source d’invention permanente, si l’on sait en faire usage.

 

Interview de Jack Lang, « Tribune Juive », juillet-août 1988 

 

Partager cet article
Repost0
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 11:38

 


Un cavalier apocalyptique («First Rider») et douze «Anges et Démons» ne manquent pas de distiller le doute chez le piéton lillois : les anges paraissent bien démoniaques et on adopterait volontiers un petit démon… s’il ne faisait pas six mètres de hauteur !

« Nous présentons une parade apocalyptique qui ne constitue en rien la fin d’un vieux monde. C’est le commencement d’un nouveau : les Anges et les Démons en sont des enfants (...).

La différence claire entre anges et démons qui existe entre toutes les cultures n’existe pas ici. Le Mal peut ressembler au Bien et vice-versa.

Bienvenue dans le new age ».
http://www.lille3000.fr/

Partager cet article
Repost0
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 11:32
Partager cet article
Repost0
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 22:39



La langue de bois se cache partout dans notre belle langue française, pas seulement dans le discours de nos hommes politiques ! Déguisement inconscient ou volontaire, elle pare nombre d’expressions, cherchant à amoindrir des effets douloureux, à contourner le tabou… ou à faire rire plus encore. Martine Chosson s’amuse à traquer le double langage dans tous ses états, s’appuyant sur nos auteurs sérieux ou décadents, des plus téméraires aux plus timides.

lu ici : http://deflandres.over-blog.com/ , le blog de la "guerre des mots"
Partager cet article
Repost0
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 16:42
Partager cet article
Repost0
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 17:37

Partager cet article
Repost0
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 16:22

 

Quelques faits historiques rappelant la gratitude des Juifs à l'égard de Pie XII.
 

• 13 février 1945, Israële Zolli (1881-1956), Grand Rabbin de Rome, se converti au catholicisme et prend pour nom de baptême Eugène, en hommage à Eugène Pacelli, alias Pie XII.

• 7 septembre 1945. Giuseppe Nathan, commissaire de l’Union des communautés israélites, rend grâce « au souverain Pontife, aux religieux et aux religieuses qui n’ont vu dans les persécutés que des frères, selon les indications du Saint-Père" (L’ Osservatore Romano, 8-9-1945) ».

• 21 septembre 1945. Le docteur Leo Kubowitski, secrétaire du Congrès Juif Mondial, est reçu par Pie XII afin de lui présenter ses remerciements pour l’oeuvre effectuée par l’Eglise Catholique dans toute l’Europe en défense du peuple juif. (L’ Osservatore Romano, 23-9-1945).

• 11 octobre 1945. Le Congrès juif mondial offre 20 000 dollars au Vatican en reconnaissance des efforts de la Sainte Eglise catholique romaine dans le sauvetage des Juifs persécutés par le nazisme et le fascisme (New-York Times, 11 octobre 1945).

• 29 novembre 1945. Le pape reçoit 80 délégués des réfugiés juifs, provenant de camps de concentration allemands, « très honorés de pouvoir remercier personnellement le Saint-Père, pour la générosité qu’il leur a démontrée pendant la terrible période nazie ».

• 26 mai 1955. 94 musiciens juifs, de l'orchestre philharmonique d'Israël, sous la direction de Paul Kletzki, ont joué sous les fenêtres du Vatican « en reconnaissance de l’œuvre humanitaire grandiose accomplie par le Pape pour sauver un grand nombre de juifs pendant la seconde guerre mondiale ».

• 9 Octobre 1958. A la mort de Pie XII, le Premier Ministre Israélien Golda Meir déclare : « Pendant la décennie de terreur nazie, quand notre peuple a subi un martyre terrible, la voix du pape s’est élevée pour condamner les persécuteurs… Nous pleurons un grand serviteur de la paix ».

• 10 Octobre 1958. Le Dr. Elio Toaff, Grand Rabbin de Rome, déclare : « Les juifs se souviendront toujours de ce que l’Eglise catholique a fait pour eux sur l’ordre du Pape au moment des persécutions raciales ». Il ajouta : « de nombreux prêtres ont été emprisonnés et ont sacrifié leur vie pour aider les juifs ». (Le Monde 10.10.1958).

• 1963. M. Pinchas Lapide, consul d’Israël à Milan du vivant de Pie XII, déclare au journal Le Monde : « Je peux affirmer que le pape, le Saint-Siège, les nonces et toute l’Eglise catholique ont sauvé de 150.000 à 400.00 juifs d’une mort certaine… L’église catholique sauva davantage de vies juives pendant la guerre que toutes les autres églises, institutions religieuses et organisations de sauvetage réunis ». (Le Monde le 13.12.1963).

• 1975. Le Dr Safran, Grand Rabbin de Roumanie, a estimé à 400.000, les juifs de Roumanie sauvés de la déportation par l’œuvre de St Raphaël organisée par Pie XII. « La médiation du Pape sauva les juifs du désastre, à l’heure où la déportation des Roumains était décidée » (Pie XII face aux nazis, Charles Klein - S.O.S. 1975).

• 16 Février 2001. Le grand rabbin de New York, David Dalin, déclare que Pie XII était injustement attaqué alors qu’il peut être considéré comme “un juste”, aux yeux des Juifs. « Il fut un grand ami des Juifs et mérite d’être proclamé “Juste parmi les Nations” parce qu’il a sauvé beaucoup de mes coreligionnaires, bien plus même que Schindler… Selon certaines statistiques, au moins 800.000". Il rend hommage à l’écrivain Antonio GASPARI pour son ouvrage "Les juifs sauvés par Pie XII" et rappelle qu’"au cours des mois où Rome a été occupée par les nazis, Pie XII a donné pour instruction au clergé de sauver des juifs par tous les moyens". Lorsqu’on a remis au cardinal Palazzini la médaille des "justes" pour avoir sauvé des juifs, il affirmait : "le mérite en revient entièrement à Pie XII" ». Le Grand Rabbin Dalin conclut : « Jamais un pape n’a été autant félicité par les Juifs. Immédiatement après la Seconde Guerre Mondiale et durant les années qui ont suivi, des centaines de manifestations d’estime envers Pie XII ont été apportées à son égard de la part des plus hautes autorités d’Israël depuis Mme Golda Meir et le Grand Rabbin de Jérusalem, jusqu’au Grand Rabbin de Rome, Elio Toaff » (Interview au Weekly Standard).

• 13 Octobre 2008 : Plusieurs Juifs italiens témoignent devant les caméras avoir été sauvés par des membres de l'Eglise, avec le soutien de Pie XII, lors des persécutions nazies. Parmi eux, Emanuele Pacifici, le fils de Riccardo Pacifici, rabbin de Gênes durant la guerre (lire ici).

Partager cet article
Repost0
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 16:07

10 mai :
"Journée des mémoires de la traite négrière, de l'esclavage et de leurs abolitions"

Partager cet article
Repost0
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 09:30

UN PEU D'HUMOUR NOIR :

   

DIX MOYENS DE TUER UNE ASSOCIATION  !

   

1)      N'allez pas aux réunions, si vous y allez, arrivez en retard.

2)     Critiquez le travail des dirigeants et des membres.

3)     N'acceptez jamais de responsabilités
car il est plus facile de
critiquer que de réaliser.

4)     Fâchez-vous si vous n’êtes pas membre du Comité;
si vous en faites
partie, ne venez pas aux réunions
et si vous y venez, ne faites
aucune proposition.

5)     Si on vous demande votre opinion sur un sujet,
répondez que vous
n'avez rien à dire.

6)     Après la réunion, dites à tout le monde que vous n'avez rien appris

ou bien dites comment les choses auraient du se faire.

7)     Ne faites que ce qui est absolument nécessaire
mais quand les autres
retroussent leurs manches ;
plaignez-vous que l'association est dirigée
par une clique.

8)     Payez votre cotisation le plus tard possible.

9)     Ne vous souciez pas d'amener de nouveaux adhérents.

10)   Plaignez-vous qu'on ne publie presque jamais rien sur ce qui vous

intéresse mais n'envoyez jamais d'article, ne faites jamais de

suggestions, ne recherchez pas l'amélioration …

Partager cet article
Repost0
6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 14:42

Bonnes adresses


MAISONS ET LIEUX DE VACANCES FAMILIALES

près du Puy-en-Velay : http://chadenac43.free.fr  


à St Pierre-Quiberon : http://www.relaisdelocean.com/

Partager cet article
Repost0
6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 13:30

 

Jésus, interne à l’école Saint-Philippe, rentre de Nazareth avec son bulletin du deuxième trimestre. Franchement, ce n’est pas bien. Sa mère a déjà vu ce bulletin mais elle n’a rien dit, "méditant toutes ces choses dans son cœur" (Lc 2,51).

Mathématiques : Ne sait quasiment rien faire, à part multiplier les pains et les poissons (Mt 14,20 et Jn 10,30). Même pas le sens de l’addition : il affirme que son Père et lui ne font qu’un.

Français : N’a jamais son cahier et ses affaires, il est obligé d’écrire sur le sol (Jn 8,6).

EPS : Au lieu d’apprendre à nager comme tout le monde, il marche sur l’eau (Mt 14,25).

Physique-Chimie : Ne fait pas les expériences demandées. Dès qu’on a le dos tourné, il transforme l’eau en vin pour faire rigoler ses camarades (Jn 2,9).

Expression orale : De grosses difficultés à parler clairement, s’exprime toujours en paraboles (Lc 8,10 ; Mt 13,10 ; Mt 22,1).

Morale : A perdu toutes ses affaires à l’internat. Déclare sans honte qu’il n’a même pas une pierre comme oreiller (Lc 9,58).

Conduite : Fâcheuse tendance à fréquenter les pauvres, les étrangers, les galeux (Mt 9,10-15 ; Lc 14,13).

Discipline : A de la difficulté à vivre en groupe. A même fait une fugue de trois jours (Lc 2,46).

Avis du conseil de classe : Doit faire ses preuves à l’examen.

Partager cet article
Repost0
6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 12:56


ne manquez pas l'animation ICI : http://ma.planete.qc.ca/blog/view/id_2805/title_Nos-Croix/

Pas croyable !!!

Nous nous plaignons des croix que nous avons à porter,


mais ne réalisons pas qu'elles nous préparent pour les travers


de la route que Dieu voit et que nous ne voyons pas!


Quelque soit votre croix, quelle que soit votre souffrance,


il y aura toujours du soleil après la pluie...


Il se peut que vous trébuchiez, que vous tombiez même;


mais Dieu est toujours là pour entendre votre appel...


Il connaît tous vos chagrins, voit chacune de vos larmes,


et un seul mot de ses lèvres


peut apaiser vos peurs...


Vos peines peuvent s'attarder dans votre nuit,


mais soudainement se volatiliser au petit matin...


Le Sauveur est là, quelque part au-dessus,


pour vous combler de sa Grâce, et vous imprégnez de son Amour...


Dieu nous promet une arrivée paisible,


mais pas un parcours tranquille.


Auteur inconnu .

Partager cet article
Repost0
3 mai 2009 7 03 /05 /mai /2009 10:06

Partager cet article
Repost0
2 mai 2009 6 02 /05 /mai /2009 14:53

 

Quelques vérités à propos de la presse

 

Nos lecteurs savent que pour endiguer la crise qui frappe toute la presse, le gouvernement a émis en début d'année une série de propositions sonnantes et trébuchantes. A ceux de nos amis et adversaires qui n'aiment rien tant que donner des leçons et proposer des solutions, nous avons maintes fois répondu que la baisse des lecteurs est générale dans la presse d'information politique et religieuse. Est-ce une

simple question de génération, d'assujettissement aux techniques nouvelles? sans doute. Mais nous avons déjà souligné que le journal - et davantage la revue - apportent le recul indispensable devant la masse des événements. L'éclairage et la mise en perspective demeurent une démarche indispensable. Démarche qui n'a jamais été la plus courante mais qui demeure la seule pertinente pour ouvrir les intelligences. Même si les preuves chiffrées de désintérêt sont indéniables, on trouve toujours une foule de solides lecteurs désirant comprendre les hommes et les événements.


Ces vérités de bon sens, je les ai retrouvées dans un entretien donné par le philo
sophe Marcel Gauchet au quotidien Le Monde ( 07/02/09). Historien et philosophe, rédacteur en chef de la revue Le Débat, il est l'auteur de nombreux essais, par exemple Le Désenchantement du monde (Gallimard, 1985 et Folio) ou Les conditions de l'éducation (Stock, 2008). Il estime que la crise du journal-papier n'est pas seulement due à la chute de la publicité et de la demande mais aussi de l'offre : « ... je crois, a-t-il

confié, qu'on a fait fausse route en supposant que tous les lecteurs étaient rentrés dans l'ère du «zapping» - brièveté, proximité, images. On est parti d'une définition très étroite de la demande pour constater à l'arrivée qu'elle n'est pas au rendez-vous. On a d'un côté des lecteurs à la recherche d'un contenu qu'on ne leur offre plus, et de l'autre, une presse à la recherche d'un public qui n'existe pas ».

M. Gauchet estime que les efforts des journaux qui cherchent à flatter les «jeunes lecteurs» en réduisant constamment la taille des articles, en privilégiant le « vécu », en se privant de « l'expertise de journalistes hautement compétents », ces efforts sont suicidaires. Et plutôt que de chercher à tout prix de « nouveaux lecteurs » hypothétiques, il juge plus judicieux de ce « recentrer sur le lectorat motivé ». A la journaliste qui objecte que, ce faisant, il penche vers « une presse élitiste », il l'admet : « Que demande quelqu'un qui cherche à comprendre l'actualité?^Pas qu'on lui répète ce qu'il peut trouver partout. Il demande de la mise en perspective et du recul, autrement dit de l'histoire et de la géographie ». Comme nous, il déplore le niveau général de la presse, se limitant à une actualité « de plus en plus dépourvue de mémoire » et une domination de l'information domestique. Il pense que la presse écrite va, peut-être pour un temps, devenir plus confidentielle, mais que ses qualités vont apparaître: fournir des clés, être capable d'exploiter les ressources proposées par les nouvelles technologies. Au moment où à travers le Net, des milliers de personnes multiplient les interventions et avis divers, on a plus que jamais besoin de voir clair. Là est bien la question. Devant la dictature du superficiel et de l'insignifiant, il faut choisir.

 

P.R., in Lectures françaises, n°624, avril 2009

Partager cet article
Repost0
1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 13:59
 
ICHTUS
 
 
 

Le CLC vous invite à profiter d'une

VENTE EXCEPTIONNELLE 
Soldes jusqu'à 50 % et plus

  sur de nombreux ouvrages, pour tous ceux et celles qui tiennent à compléter leur argumentation pour une action au service de la cité.

Vous trouverez ci-dessous la liste-bon de commande.
 
               Veuillez compléter ce document et nous le renvoyer soit par mail (courrier@ichtus.fr)
soit par courrier poste (sans règlement) au CLC : 49, rue Des Renaudes - 75017 Paris.


Les livres sont aussi disponibles sur place.
Partager cet article
Repost0
1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 12:48
  

La résurrection de la chair ! Déjà qu'il est difficile de croire à l'immortalité de l'âme, comment prêter crédit à cet article de la foi juive et chrétienne ? C'est de la naïveté : on a trop peur de perdre sa carcasse. C'est de la cruauté : nous river pour toujours à cette glèbe, à cette pesanteur ! Une noble pensée grecque estimait que le corps était un tombeau : la résurrection pour elle serait une inhumation sans espoir. Quant à l'hindouisme, il juge non seulement que notre corps actuel est de peu de valeur, puisque, d'une vie à l'autre, nous pouvons en changer comme de chemise, mais aussi que le nirvana consiste à échapper au cycle des réincarnations : la résurrection pour lui serait un emprisonnement irrémédiable.

 

Pour la religion athée, enfin, c'est une impiété terrible : on irait là d'une part contre le dogme du néant, et, d'autre part, contre le credo de l'indéfinie pourriture. Ne voit-on pas que notre viande est vouée à la cendre ou aux vers ? Est-ce qu'il ne saute aux yeux qu'à la fin il ne reste que des os qu'aucun chien ne voudrait et dont on ne peut envier de plus beau sort que de servir à l'anatomie des facultés de médecine, ou bien d'être exposé, dans quelques siècles, en la vitrine d'un Musée de l'homme, remplacé depuis par une espèce plus performante ?...

 

Or, le judaïsme, le christianisme nous parlent quand même de retourner à la chair, comme s'ils nous disaient, contre toute attente, que l'homme forme un tout indéchirable et que plus il est spirituel, plus il se doit d'être charnel aussi. Le libertin ne va pas aussi loin : de sa chair, il ne fait qu'un instrument de plaisirs. Le matérialiste n'y est pas si attaché : il la réduit à un objet de consommation. La cover-girl elle-même ne la chérit pas autant : elle l'aplatit en une affiche publicitaire. L'Évangile seul a cette audace d'y reconnaître un Temple de l'esprit. On comprend que ce soit un scandale.

 

Au fond, si on y réfléchit un peu, cette croyance en la résurrection a de quoi nous mettre en rage, nous faire trembler même. Les gnostiques le savaient bien : à dissocier la chair et l'esprit, les choses sont plus faciles. Selon la secte, les uns pouvaient livrer leur corps à la débauche, les autres à d'effroyables mortifications, sans préjudice, pensaient-ils, pour la fine pointe de leur âme, toujours unie à l'éternel. Mais la mortification haineuse rejoint la débauche lénifiante (qui veut faire l'ange fait la bête) : les uns et les autres considèrent le corps comme une défroque. Ils pensent que l'on peut tremper par un bout dans le Ciel tandis que par l'autre on trempe dans la fange. C'est pourquoi, puritains ou luxurieux, ils ne peuvent que se cabrer devant ce verset de saint Paul : «Le corps est pour le Seigneur, et le Seigneur pour le corps» (1 Co 6,13).

 

L'apôtre exhorte ici, si j'ose dire, à une authentique position du missionnaire, à un érotisme de feu. Notre chair, selon ses mots, doit devenir l'ostensoir de l'amour. Énorme exigence ! Quand nous mastiquons notre pain, quand nous marchons dans la rue, et jusque quand nous allons aux toilettes (saint Augustin, dit-on, y chantait les psaumes des montées), nous avons à charge d'y faire resplendir justice et vérité. Notre gros orteil, en nous portant vers le pauvre, a soudain quelque chose de divin. Nos poumons ont pour vocation de servir le mystère du souffle, de dire le poème de la respiration. Nos vessies mêmes peuvent devenir lanternes, pour peu que nous ayons bu à la bonne parole. Quant à nos mains, ces mains qui tiennent le journal, leur tâche est de se tendre, de se joindre, de se donner, enfin de vivre leur vie de colombes spirituelles. Comment, sachant cette merveille qui nous appelle, ne nous sentirions-nous pas encore affreusement lourds ?

 

Il faut ajouter deux remarques. La première, c'est que la notion de résurrection, à la différence de celle d'immortalité de l'âme, implique la nécessité de la mort. Il faut être mort pour pouvoir ressusciter : dénier la mort c'est dénier la possibilité de s'en relever. Or, il est probable que nous avons peur de la résurrection, non seulement parce que nous sentons l'exigence morale qu'elle implique dès à présent, mais aussi parce que nous ne voulons pas regarder en face la fatalité du trépas.

 

La seconde remarque relie ces deux perspectives : le Christ ressuscite avec ses plaies. La splendeur de la gloire assume l'obscurité de la blessure. On peut même dire que c'est à travers la blessure que passe la lumière. Comment saisir ce paradoxe où la mutilation devient source de beauté ? C'est que la gloire est toujours celle du combat pour la justice. L'auréole sera d'autant plus lumineuse qu'ici-bas l'on aura lutté dans les ténèbres ; la chair sera d'autant plus belle qu'elle aura été mise au service de la miséricorde, quitte à devoir en subir le supplice des cent plaies. L'esprit peut transfigurer toutes les difformités, l'absence d'esprit, défigurer toutes les beautés plastiques. Un handicapé brisé dans son fauteuil, rayonne plus, par sa patience, que le top model qui s'exhibe par vanité. Et l'obèse qui aura porté son ventre comme sa croix le verra briller devant lui comme un astre de lumière.

 

De fait, tous les corps aspirent à leur résurrection. En nous, ça y croit, même si nous n'y croyons pas. La preuve, c'est que dès que nous cessons d'y tendre, nous nous mettons à la chercher sous des formes parodiques et dégradées. On voudra s'embaumer vivant par la chirurgie esthétique. On cherchera, par l'eugénisme, à fabriquer le corps parfait. On s'efforcera, par le virtuel, d'oublier son propre corps avachi sur son siège au profit de ce cybercorps qui semble au-delà des limites de l'espace et du temps, alors qu'il s'enfonce dans la binarité d'une puce. De plus en plus on s'en aperçoit, notre pauvre chair humaine nous place à une charnière : il faut qu'elle se laisse ou bien transfigurer par l'esprit, ou bien défigurer par la technique. La fête de Pâques nous demande de choisir.

Fabrice Hadjadj

Philosophe, essayiste et dramaturge, il enseigne la philosophie et la littérature en lycée, en faculté et au séminaire de Toulon, auteur de Réussir sa mort. Anti-méthode pour vivre (Presses de la Renaissance), grand prix catholique de littérature 2006.
Un article publié dans la rublique "Opinions" du Figaro, le 13 avril 2006

 

Partager cet article
Repost0
1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 10:20

  Prière de Pie XII pour le 1er mai

Le 1er mai 1955, le Pape Pie XII annonçait aux travailleurs catholiques rassemblés sur la Place saint-Pierre que cette journée serait désormais la fête liturgique de Saint Joseph artisan. Voici la prière qu'il composa à cette occasion :

O glorieux Patriarche saint Joseph, humble et juste artisan de Nazareth, qui avez donné à tous les chrétiens, mais spécialement à nous, l’exemple d’une vie parfaite dans le travail constant et dans l’admirable union à Marie et à Jésus, assistez-nous dans notre tâche quotidienne, afin que, nous aussi, artisans catholiques, nous puissions trouver en elle le moyen efficace de glorifier le Seigneur, de nous sanctifier et d’être utiles à la société dans laquelle nous vivons, idéals suprêmes de toutes nos actions.

Obtenez-nous du Seigneur, ô notre très aimé protecteur, humilité et simplicité de cœur, goût du travail et bienveillance envers ceux qui sont nos compagnons de labeur, conformité aux divines volontés dans les peines inévitables de cette vie et joie dans leur support, conscience de notre mission sociale particulière, et sentiment de notre responsabilité, esprit de discipline et de prière, docilité et respect à l’égard de nos supérieurs, fraternité envers les égaux, charité et indulgence pour nos subordonnés. Soyez avec nous dans nos moments de prospérité, quand tout nous invite à goûter honnêtement les fruits de nos fatigues ; mais soutenez-nous dans les heures de tristesse, alors que le ciel semble se fermer pour nous et que les instruments du travail eux-mêmes paraissent se rebeller dans nos mains.

Faites que, à votre exemple, nous tenions les yeux fixés sur notre Mère Marie, votre très douce épouse, qui, dans un coin de votre modeste atelier, filait silencieusement, laissant errer sur ses lèvres le plus gracieux sourire ; faites aussi que nous n’éloignions pas notre regard de Jésus, qui peinait à votre établi de menuisier, afin que nous puissions ainsi mener sur terre une vie pacifique et sainte, prélude de celle éternellement heureuse qui nous attend dans le ciel, durant les siècles des siècles.

Ainsi soit-il.

P.S. : le site de la Famille de Saint-Joseph : Accueil du site > Prières

Partager cet article
Repost0
29 avril 2009 3 29 /04 /avril /2009 21:43

La variété des dons dans l’Eglise  


"L
’âme enflammée d’amour pour ma vérité qu’elle veut faire aimer de tous, collectivement et individuellement, à divers degrés, ne cesse pas de contribuer au bien du monde entier. 

L’union d’amour qu’elle a contractée avec moi et qui lui fait aimer l’univers l’incline à étendre son amour aux nécessités du monde entier. Après s’être améliorée elle-même, en concevant les vertus qui lui donnent la vie de la grâce, elle s’efforce de porter son regard sur les nécessités particulières de ses proches. Lorsqu’elle commence à agir ainsi en vertu de son amour de charité envers toute créature raisonnable, elle vient à l’aide de ses proches selon la diversité des grâces que je lui ai données à dispenser. En effet, j’accorde à l’un la vertu d’enseigner, de porter la parole, en donnant au prochain de justes conseils, sans se soucier d’autrui. Un autre a la grâce de donner le bon exemple. Mais chacun est très strictement obligé d’édifier son prochain par le par­fait exemple d’une vie sainte et louable. 

Telles sont les vertus et bien d’autres qui sont engendrées par l’amour du prochain. Je les ai faites si différentes que je n’ai pu les donner toutes à un seul homme. J’accorde en particulier à l’un celle-ci, à l’autre celle-là. 

Pourtant on ne peut avoir l’une sans les autres parce que toutes les vertus sont liées entre elles. Mais il y en a beaucoup que j’accorde comme têtes de file des autres: j‘accorderai à l’un principalement la charité, à l’autre la justice, à celui-ci l’humilité, à celui-là une foi vive, à cet autre la prudence, la tempérance, la patience, et à cet autre enfin une force invincible. 

Tous ces nombreux dons, ces grâces des vertus ou d’autres avantages, qu’il s’agisse du corps ou de l’esprit, sont distribués de façon diverse. (Quand je parle de dons d’ordre corporel, il s’agit de ce qui est nécessaire à la vie de l’homme). Si je les répands de façon si variée — car je ne les donne jamais tous au même individu — c’est pour qu’on soit obligé d’exercer la charité les uns envers les autres.

Car j’aurais bien pu doter les hommes de tout ce qu’il leur fallait, pour le corps et pour l’âme. Mais j’ai voulu que l’un eût besoin de l’autre et qu’ils deviennent ainsi mes gestionnaires chargés de dis­tribuer les dons et les grâces qu’ils ont reçus de ma bonté. Bon gré mal gré l’homme ne peut pas éviter la nécessité de recourir à l’action charitable du prochain, pourtant si une telle action ne se fait pas sous mon regard, elle ne lui procure aucun profit de grâce."  

Du Dialogue de sainte Catherine de Sienne  

Préparé par l’Université Pontificale URBANIANA

Partager cet article
Repost0
28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 09:38

 

 

 

Partager cet article
Repost0
18 avril 2009 6 18 /04 /avril /2009 14:05

La joie est un des premiers fruits de l’Esprit : « charité, joie paix, patience » (Ga 5, 22). Elle se manifeste dans la gratitude de l’homme envers son Dieu : « Tout le culte de Dieu, disait saint Augustin, consiste principalement en ce point que l’âme ne lui soit point ingrate ».

Et pourtant, dans les œuvres de Bernanos comme dans la vie, ceux-là mêmes qui sont censés annoncer cette joie ne la portent pas sur eux. Un de ses personnages, le Curé de Torcy, s’en défend :

« Je voudrais tenir un de ces savantasses qui me traite d’obscurantiste, je lui dirais : Ce n’est pas ma faute si je porte un costume de croque-mort. Après tout, le Pape s’habille bien en blanc, et les cardinaux en rouge. J’aurais le droit de me promener vêtu comme la reine de Saba, parce que j’apporte la joie. Je vous la donnerais pour rien, si vous me la demandiez. L’Eglise dispose de la joie, de toute la part de joie réservée à ce triste monde. ... Est-ce que je vous empêche, moi, de calculer la précession des équinoxes ou de désintégrer les atomes ? Mais que vous servirait de fabriquer la vie même, si vous avez perdu le sens de la vie ? » (Journal d’un curé de campagne).

Ce thème de la joie est propre au temps de Pâques. Le malentendu vient du fait que la joie chrétienne n’a que faire du succès à la manière du monde : « la charité ne trouve pas sa joie dans l’injustice mais elle met sa joie dans la vérité » (1 Co 13, 6). Elle puise en effet aux deux sources du dialogue et du pardon. Le Ressuscité est Vivant. Il apparaît aux disciples : il leur parle et il leur pardonne. Les deux sources de la joie : le dialogue et le pardon.


Père Christian Lancrey-Javal

avril 2009

Espace Georges Bernanos   http://www.espace-bernanos.com/edito.php
Partager cet article
Repost0
18 avril 2009 6 18 /04 /avril /2009 13:41

Partager cet article
Repost0
18 avril 2009 6 18 /04 /avril /2009 13:20


Avant ...

Après ...
 

No comment ...

Partager cet article
Repost0
17 avril 2009 5 17 /04 /avril /2009 20:38

Y a t-il une vérité en politique ?
Telle est la question à laquelle Jean Ousset entreprend de répondre
dans ce livre de formation civique.

LA VERITE DANS L'ORDRE HUMAIN

  • Le problème des universaux
  • Exigences de la vérité au plan social et politique

FINALITE DE L'HOMME ET ORDRE SOCIAL

  • " Si Dieu n'existe pas, tout est permis "
  • Rôle de la société
  • Il n'y a pas de cité catholique idéale

LA LIBERTE

  • La " Liberté " des libéraux et des anarchistes
  • Vraie liberté des " enfants de Dieu "
  • Liberté vraie et intelligence de l'ordre divin

L'AUTORITE

  • " Tout pouvoir vient de Dieu "
  • Inégalités et hiérarchie sociale

    en vente ici :  www.ichtus.fr
Partager cet article
Repost0
16 avril 2009 4 16 /04 /avril /2009 10:00


Jeudi 16 avril : Joyeux anniversaireS à notre si cher Saint-Père !
En ce jour anniversaire de Benoît XVI, né Josef Ratzinger le 16 avril 1927, et en la fête de Saint Benoît-Joseph (!), patron des pauvres, des exclus et des SDF,
les catholiques s'unissent dans la joie et la prière pour souhaiter un très joyeux anniversaire à leur Pape , l'assurer de leur indéfectible affection et remercier Dieu du cadeau extraordinaire qu'Il leur fait : après Jean-Paul II, pape du charisme et du geste, Il a envoyé à plus d'un milliard de catholiques, Benoît XVI, pape de l'humilité et de la parole.

Que le Bon Dieu le garde longtemps parmi nous afin que notre pape bien-aimé (même si certains le lui rendent mal) continue d'accomplir pleinement sa mission fondamentale : affermir, dans la Vérité et l'Amour du Christ, la foi de l'Eglise catholique.

http://www.facebook.com/event.php?eid=72154918025&ref=share

Dimanche 19 avril, jour anniversaire du pontificat de Benoît XVI et dimanche de la Miséricorde Divine, de multiples manifestations sont prévues pour fêter ce double anniversaire, regroupées sous la bannière du Benoithon® http://fr-fr.facebook.com/event.php?eid=60904584751)

                                   http://www.facebook.com/group.php?gid=54223942483
Partager cet article
Repost0