Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 19:08


Le débat autour du salaire des grands patrons me paraît bien emblématique de la manière consumériste de poser les problèmes économiques et sociaux d'aujourd'hui.

Eliminons l'éternel rêve d'une société sans classe prônée par le marxisme. Léon XIII, dans la première encyclique de doctrine sociale Rerum Novarum, à la fin du 19° siècle, avait déjà réfuté cette idée.

Mais sa réfutation ne repose pas sur un principe capitalistique du type "il faut des tables de riches pour que leurs miettes nourrissent les pauvres", mais sur le fait que la société naturelle est une société d'ordre et organique ; entendez que la société est, par analogie à la personne humaine, ordonnée en fonctions et activités différentes.

Cette nuance est fondamentale, car un corps est nourri selon ses besoins par le réseau sanguin. De même, les salaires doivent être dispensés selon les besoins, et non selon d'autres règles pernicieuses.

La première est celle du pouvoir, car n'ayons pas trop d'illusions : celui qui gouverne se sert et il se sert bien. Souvenez-vous de la gauche caviar ou de la retraite de nos élus à la chambre des députés.

La deuxième est celle de la rentabilité. Voyez nos traders et nos joueurs de foot, le premier joue avec un capital qui ne lui appartient, pas le deuxième est une marionnette de la publicité.

La troisième et la quatrième règle sont la responsabilité et la compétence ou le talent. Il me semble que, là aussi, la donne est faussée car responsabilité et compétence ne sont jamais exercées seules et s'intègrent.

En réalité, ce ne sont pas elles qui déterminent les salaires, nous l'avons vu à l'aune de la crise, mais le marché du travail qui les régule avec cet argument rabâché de limiter la fuite des cerveaux ou des managers.

Alors, au final, y a-t-il de bonnes règles ? Pour commencer, il faut distinguer la rémunération du travail de la personne et celui du capital. Il y a souvent confusion, confusion entretenue par la volonté de contourner les règles fiscales plus féroces parfois pour le capital que pour le salaire. De même, pour faire pied au débat Parisot / Sarkozy, le principe de subsidiarité ne peut interdire de limiter les excès par la contrainte de la réglementation : c'est le principe pour un corps de ses limites.

Au final, deux règles encadrent le juste salaire : s'inscrire dans des limites sociales, et surtout répondre aux besoins des personnes conformément à leur dignité.

Pour les limites, il y a une institution qui les gère bien c'est l'institution militaire. Les salaires sont structurés selon une échelle de 1 à 8, c'est-à-dire que le plus haut gradé ne touchera jamais plus de 8 fois le salaire du soldat.!

Pour la dignité, il est évident que la taille de la famille et le handicap sont - par exemple - des éléments qui devraient entrer dans le calcul du salaire. La recette entretenue par le consumériste individualiste "gagner plus, c'est consommer plus" va peut être changer, espérons le !
une chronique radio de Jean Soubrier
Tous les textes de ses chroniques sur la Doctrine Sociale de l'Eglise sont ICI :
Chronique de la Doctrine Sociale de l’Eglise

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 19:08


Faites-en l’expérience auprès de vos jeunes relations et amis : au premier regard, cette scène d’intimité familiale, appartenant d’évidence à une époque révolue, séduit leur regard, touche leur coeur mais n’évoque chez la plupart d’entre eux aucune réminiscence religieuse ! Pourtant, même s’il est vrai que Murillo n’a pas cru bon de souligner, par des auréoles couronnant chacun des personnages représentés, leur éminente sainteté, un strict minimim de culture occidentale ou française aurait dû leur permettre de reconnaître immédiatement, sous le pinceau de Murillo, le thème tant de fois traité de la Sainte Famille !
Tragique ignorance qui trahit deux fois ce petit chef d’oeuvre du XVIIe siècle espagnol. Murillo a trente-deux ans lorsqu’il commence ce tableau et, pour lui comme pour ses contemporains, il n’est nul besoin d’auréoler ses trois personnages pour que chacun retrouve immédiatement, dans l’élégance de leur dignité et l’évidence de leur profonde union, la famille par excellence, même représentée dans les atours et le décor familier de leur époque. Sainte Famille « moderne » en quelque sorte pour les contemporains de Murillo.

la suite
 
http://www.ichtus.fr/article.php3?id_article=497

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 18:11
vient de paraître ... "Permanences" n°466

(JPEG)
Evénement

Il y a 20 ans, la chute du Mur de Berlin

Actualité

Clair & net : Zoom sur la cathosphère

Parlons clerc : Le temps de l’attente

Dossier : Nos appartenances

. L’homme et ses appartenances

. Famille et identité

. Le métier, un enracinement qui unit les hommes

. Les petites patries

. L’engagement corollaire du sentiment d’appartenance

. Héritage et héritiers

. Enracinement par la culturel

. Le fait religieux est-il identitaire ?

. La doctrine sociale de l’Eglise : enracinement dans la réalité humaine,

Culture

. Exposition : L’âge d’or des Hollandais

. Exposition : Renoir au XXè siècle

. Apprendre à voir : La Sainte Famille de Murillo

. Lire : Le dernier empereur de Jean Sévillia

. Lire : Anatomie d’un désastre, Enyo

Les Chroniques

. Alerte ! Grippe A

. Déboires juridiques et... politiques !

d'autres numéros
Partager cet article
Repost0
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 16:05

 

N'avez-vous pas vendu votre âme, sans même vous en apercevoir ?
Car voilà : le PC, ou tout autre ordinateur personnel, n'est-il pas devenu un dieu domestique moderne ?
C'est un objet cher, dont on cherche à justifier l'utilité à la maison.
Qui se décide se convertit à son culte. Aux rites initiatiques d'abord. Puis la révélation venant, on endosse éventuellement la tenue de Saint Thaxe l'évangéliste.
La foi réside dans la croyance à un avenir meilleur, plus rapide, plus graphique.
Il faut y croire, renouveler les dons en échange d'une idole meilleure.
La révélation est au bout du (long) chemin.
L'orthodoxie est constituée autour de deux piliers : Intel et Windows, la fameuse Sainte Binarité "Wintel", avec ses mystères. Elle est au-delà de votre compréhension, contentez-vous de croire.
Elle a son pape : le très riche Bill Gates.
Ces dissidents sectaires : AMD, Cyrix, Netscape, Sun
Et ses réfractaires : Apple
Des lieux saints, qui vont de la chapelle à la cathédrale, déguisés en magasins, dans lesquels officient des prêtres au savoir variable et eux-mêmes travestis en vendeurs.
Ils font commerce d'indulgences, appelées "licences". Plus vous en avez, plus votre initiation progresse et moins vous aurez à craindre les foudres du Dieux vengeur BéhésSA.
Il est des périodes à grand regain de ferveur, comme Noël par exemple, où l'on voit la nouvelle religion se calquer sur des croyances anciennes, s'en approprier les fêtes.
Le fidèle rend à son idole un véritable culte. Elle est souvent installée dans une pièce ou un coin de pièce dédié; son sanctuaire.
Il ne la touche qu'avec grand respect.
Voyez sa posture devant la Divine; dos courbé et bouche bée devant les icônes de l'écran, angoissé avant la Révélation; la réponse tant attendue viendra-t-elle ?
Il implore l'amélioration de son savoir, de sa connaissance, de sa richesse! Pauvre mortel, quelle vanité !
Le fidèle communie avec les autres fidèles dans des sabbats nommés "Websurf".
Il s'y produit des apparitions, des miracles.
Certains tombent en transe, en extase.
Les mécréants nomment cela "épilepsie" et serait due à des lumières trop changeantes. Pauvres fols !
Il arrive que le diable s'en mêle et envoie ses démons "bugs" et "virus". L'exorciste est alors nécessaire.
Plus pernicieuses sont les sorcières dénudées qui apparaissent lors d'une communion. Elles cherchent à détourner les fidèles de leurs chastes intentions, vers des abîmes de perdition.
Certains fidèles les invoquent à dessein, ce sont des hérétiques ! Heureusement les évêques veillent et menacent de la sainte Censure.
Maintenant que cela vous a été révélé il est trop tard pour reculer ! Nul ne doit trahir les secrets de l'Informatique.
Ne vous y avisez pas !
De versions en versions je vous le dis :
Les archanges Diskfailure et Filenotfound, cruels héritiers de Némésis veillent aux félons.
Vous continuerez donc à rendre le culte et le dissimulerez comme il vous a été dissimulé.
Cliquez en paix.

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2009 3 09 /12 /décembre /2009 23:45

 

En quelques mots l'auteur résume la campagne précédant... (Photo Reuters)            

                         Photo Reuters

L'image de cette petite et riche enclave au coeur de l'Europe célèbre pour sa fondue, sa raclette, son chocolat, et enviée partout dans le monde pour ses stations de ski et ses lacs paisibles, miroirs où se reflètent des paysages et jardins bucoliques, serait-elle en train de changer? Que dire de sa flore humaine? Les Suisses auraient-ils subi des mutations biologiques accélérées pour célébrer le deux centième anniversaire de Darwin et sa théorie de l'évolution? Les Suisses, d'habitude si «pragmatiques», s'enflammeraient pour quatre minarets ? Seraient-ils tout simplement trouillards ou plutôt courageux ? Et s'ils étaient ni l'un ni l'autre? Se pourraient-ils qu'ils craignent tout simplement la montée fulgurante de l'islamisme politique partout dans le monde et en particulier en Europe ?

Une chose est sûre, les Suisses viennent de créer un précédent en assénant un coup de massue populaire à la gent politique. En effet, leur vote massif pour l'interdiction des minarets n'est pas tant une victoire de l'extrême droite qu'une défaite des politiques, incapables de recentrer le débat sur les valeurs fondamentales de la démocratie, à savoir la laïcité, l'égalité entre les hommes et les femmes et l'égalité des chances. Il est évident que ce suffrage traduit un écart de plus en plus profond entre le bon peuple et l'élite bien pensante qui avale, cette fois-ci bien difficilement, la pilule. Faut-il pour autant annuler le vote comme le réclame certains ? Et pourquoi ne pas changer de peuple ? Y a-t-on pensé ?

un point de vue de Djemila Benhabib, auteur de Ma vie à contre-Coran (vlb éditeur), récipiendaire du Prix des écrivains francophones d'Amérique et finaliste du prix du Gouverneur général 2009, i
n LE SOLEIL , journal québécois

                                                                                                                 la suite ICI

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2009 3 09 /12 /décembre /2009 15:46

 

Ecoutez l'entretien passionnant du 24 novembre de Dominique Tassot, invité par Louis Daufresne sur Radio Notre Dame, à propos de l’évolutionnisme à l’occasion de l’anniversaire de la parution de l’ « Origine des espèces » de Darwin.

 

ICI :   http://www.radionotredame.net/rnd_player_plus.php?date=2009-11-24&url=http://radionotredame.s3.amazonaws.com/legrandtemoin_20091124.mp3&title=Le+Grand+T%C3%A9moin&MimeType=application/x-mplayer2

   

Dominique Tassot, ingénieur des Mines, docteur en Philosophie, agriculteur en agriculture biologique,  est l’auteur d’un petit livre récent passionnant : « L’évolution, une difficulté pour la science, un danger pour la foi »

Il est président de l’association Centre d'Etudes et de Prospective sur la Science (CEP), qui a un site Internet  http://le-cep.org



Si, cent cinquante ans après Darwin, on n’admet plus que l’homme descende du singe, on continue à penser que l’évolution est à l’origine du développement de l’univers, que l’homme est un animal évolué, que création et évolution ne sont pas incompatibles.

En effet, pourquoi Dieu n’aurait-il pas créé selon l’évolution ? Et, dans ce cas, l’harmonie supposée des origines ne serait-elle pas plutôt à venir ? Le progrès observé chez l’individu ne serait-il pas à attendre de l’espèce elle-même ?

La théorie de l’évolution s’est imposée dans le milieu scientifique, économique, politique et, un peu plus tard, dans la pensée chrétienne. Elle justifie depuis longtemps certains comportements éthiques et sociaux, entraîne des compromis théologiques et une vision de Dieu très éloignée de celle de la Bible, ce qui n’est pas étonnant puisque Darwin est célébré pour avoir produit ” la justification intellectuelle qu’attendaient les athées ”.

Aujourd’hui pourtant, nombre de scientifiques reconnaissent que l’évolution n’est ”ni prouvée ni prouvable”. A leur suite, Dominique Tassot, ancien élève de l’Ecole des Mines de Paris, montre de façon claire et rigoureuse que les prétendues ” preuves ” de l’évolution sont toutes fallacieuses, et ce pour des raisons strictement scientifiques... Il permettra ainsi au lecteur soucieux de vérité de s’affranchir de ce que le biologiste Jean Rostand nommait ”un conte de fées pour grandes personnes”, restaurant ainsi l’image de l’homme dans ses privilèges originels.

dès 18 ans et Adultes
 

 

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 23:22

 

par Benoît XVI



Rome, Palais Apostolique du Vatican, Chapelle Pauline, le 1er décembre 2009

Chers frères et sœurs, les paroles du Seigneur que nous venons d’entendre dans le passage de l’évangile (Luc 10, 21-24) sont pour nous, théologiens, un défi ou peut-être, pour mieux dire, une invitation à faire un examen de conscience : qu’est-ce que la théologie ? Nous, théologiens, que sommes-nous ? Comment bien faire de la théologie ? Nous avons entendu le Seigneur louer le Père d’avoir caché le grand mystère du Fils, le mystère trinitaire, le mystère christologique, aux sages, aux savants - ils ne l’ont pas connu - mais de l’avoir révélé aux tout-petits, aux "nèpioï", à ceux qui ne sont pas savants, qui n’ont pas une grande culture. C’est à eux qu’a été révélé ce grand mystère.

Par ces paroles, le Seigneur décrit simplement un fait de sa vie ; un fait qui commence dès l’époque de sa naissance, quand les Mages de l’Orient demandent aux gens compétents, aux scribes, aux exégètes, quel est le lieu de la naissance du Sauveur, du Roi d’Israël. Les scribes le savent parce que ce sont de grands spécialistes ; ils peuvent dire tout de suite où naît le Messie : à Bethléem ! Mais ils ne se sentent pas invités à y aller : pour eux cela reste une connaissance académique, qui ne touche pas leur vie ; ils restent en dehors. Ils peuvent donner des informations, mais l’information ne devient pas formation de leur vie.

Puis, pendant toute la vie publique du Seigneur, on trouve la même chose. Il est impossible, pour les savants, de comprendre que cet homme qui n’est pas savant, qui est un galiléen, puisse être vraiment le Fils de Dieu. Il reste inacceptable, pour eux, que Dieu, le grand, l’unique, le Dieu du ciel et de la terre, puisse être présent en cet homme. Ils savent tout, ils connaissent aussi Isaïe 53, toutes les grandes prophéties, mais le mystère reste caché. Au contraire il est révélé aux petits, depuis la Vierge Marie jusqu’aux pêcheurs du lac de Galilée. Ils savent, comme le capitaine romain sous la croix sait : celui-ci est le Fils de Dieu.

la suite  http://eucharistiemisericor.free.fr/index.php?page=0712091_magister

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 23:06


Bernadette Soubirous affirme que, le 25 mars 1858, soit quatre ans après
la promulgation du dogme dont elle n'avait pas connaissance, la dame qui lui est apparue s'est elle-même présentée ainsi, en gascon, dans la grotte de Massabielle (à Lourdes) : Que soy era immaculada councepciou (« Je suis l'immaculée conception »).



lu sur Wikipedia

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 19:10

 


dans l'hebdomadaire "Marianne" du 5 décembre,
"Contre les tabous indiscutés",
un article de Maurice Allais,  Prix Nobel
" inconoclaste... et baillonné " d'économie

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 18:28

Société de Calcul Mathématique, SA

 

 

Le réchauffement climatique et le CO2

 

La position de la SCM sur ces questions est très simple et résulte des diverses études que nous avons menées : en tout temps, en tous lieux, la terre a été l'objet de variations climatiques et il n'y a aucun fait qui permette de penser que les variations actuelles soient particulièrement significatives. Bien au contraire, lorsque des mesures existent, elles montrent que ces variations sont plus faibles (élévation du niveau de la mer : 1 mm par an aujourd'hui, plusieurs cm il y a 20 000 ans).

Il n'existe actuellement aucun moyen d'évaluer la "température moyenne" du globe (pour savoir si elle s'élève ou non) ; nous disposons de bien trop peu de données (quelques dizaines de milliers, qui ignorent des zones entières). C'est encore pire pour le CO2, pour lequel on ne dispose que de quelques centaines de données, alors que le CO2 est aussi variable que la température ou la pression atmosphérique. En bref, toute cette agitation autour du "réchauffement climatique" n'est qu'une mystification, et l'homme n'a, de toute façon, aucun moyen d'agir sur le climat.

On trouvera ci-dessous quelques articles sur ces questions. Il suffit de cliquer sur chaque titre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 23:31

 


Petrus Angel : 4 ans déjà !

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2009 5 04 /12 /décembre /2009 23:56
Partager cet article
Repost0
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 13:46
un article de 2001, pour l'essentiel actuel
GUERIR PAR ELIMINATION : LES AMBIGUÏTES DU TELETHON

13 décembre 2001 | La Fondation de service politique

PARIS, [DECRYPTAGE/information] - Jane Birkin, marraine de l'édition 2001, donnera le coup d'envoi des " 30 heures de fête " 2001 du XVe Téléthon en direct du Parc de la Villette à Paris. Sans douter de la générosité de ses nombreux participants et du succès de certaines de ses réalisations, on peut cependant s'interroger sur la politique médicale suivie par l'Association française contre les myopathies (AFM), à l'origine du Téléthon.

L'AFM est présentée comme une structure finançant " une recherche fondamentale et de qualité sur l'ensemble des maladies génétiques " (Le Monde du 9 décembre 2000). De fait le Téléthon finance la recherche sur les maladies géniques, mais a cessé de s'intéresser aux maladies chromosomiques (soit la moitié des maladies génétiques) depuis 1997. Cette exclusion de la trisomie 21, qui est la première cause de handicap mental dans le monde (50.000 personnes en France), est surprenante. C'est le seul cas d'une maladie qui est loin d'être rare (1/650 naissances) mais qui est orpheline sur le plan financier.

Par ailleurs quand on lit dans le Monde que " l'AFM a partiellement à son actif les grands succès thérapeutiques de l'an 2000 " , notamment " la naissance en France du premier enfant en bonne santé à la suite d'un diagnostic préimplantatoire (DPI) " on doit s'interroger. En effet, Valentin, premier enfant né après DPI, est né indemne d'une maladie qu'il n'a jamais eue et dont la médecine ne l'a jamais ni soigné, ni guéri. Car le DPI est un tri embryonnaire qui permet de réimplanter un embryon sain et de supprimer ceux qui sont malades. Évoquer un succès thérapeutique, dû à la générosité du public, à propos de la naissance de cet enfant qui, rescapé, n'a jamais été malade, est curieux.

Déjà le Pr. Jacques Testart avait mis en garde. Dans Des hommes probables (Seuil, 1999), il écrit : " La mise en scène triomphaliste de victoires toujours promises sur le malheur est un argument qui ne correspond pas à la rigueur scientifique. Le Téléthon a d'abord présenté des enfants myopathes, appelant à la solidarité des téléspectateurs. Après quelques années, on a pu voir apparaître à l'écran des enfants heureux d'être normaux dont l'existence était annoncée comme consécutive à la générosité du public : ces "bébéthons" étaient en réalité les survivants du diagnostic prénatal, lequel les avait démontrés normaux in utero malgré leur conception par des "couples à risques" " …

Mais ce sont surtout les personnes handicapées elles-mêmes qui réagissent face à ce qu'elles perçoivent comme une violence à leur encontre. Dans le livre de Danielle Moyse (pourtant soutenu par l'AFM), les Personnes handicapées face au diagnostic prénatal (Erès), des handicapés témoignent à charge. Jean-Christophe Parisot, myopathe, prévient : " Si on me dit que l'AFM va se consacrer au dépistage anténatal dans un but de favoriser l'élimination prénatale, j'arrête tout de suite de donner et de me mobiliser. " Estelle C. n'a plus confiance : " J'émets une grande réserve quant aux "bébéthons" car on croit que c'est grâce à la recherche qu'ils ont guéri alors qu'ils sont le fruit d'une sélection ; et l'avortement thérapeutique en a fait disparaître bien d'autres. D'où la question : "Et si mes parents m'avaient avorté ?" Je suspecte la recherche scientifique d'être utilisée, non pas pour la recherche thérapeutique, mais pour une suppression des malades. "

Alexandra Kramoroff est révoltée : " Ce qui me gêne, ce sont les "bébéthons" que l'on garde s'ils plaisent, ou que l'on rejette le cas échéant… L'AFM est très ambiguë car elle réclame de façon excessive le matériel le plus cher pour les personnes handicapées et prône en même temps l'élimination des handicapés à venir… Comme si les adultes myopathes n'existaient pas. " Une autre jeune femme s'indigne : " En regardant une émission sur le Téléthon, j'ai compris. Il y avait toujours une kyrielle de beaux bébés qu'ils appelaient les "bébés miracles du Téléthon". […] Dans le bouquin, (sur l'aventure du Généthon) on pouvait lire que grâce au progrès, on pouvait empêcher les enfants de souffrir en ne les faisant pas naître… J'étais révoltée d'avoir envoyé de l'argent pour ça… "

Danielle Moyse et Nicole Diederich, auteurs de l'enquête menée auprès des personnes handicapées face au DPI, n'ont pas caché les effets de cette politique véritablement eugénique : " S'est-on ainsi préoccupé de savoir ce que ressentent les jeunes frères et sœurs myopathes, présentés souriants, des "bébéthons" valides "obtenus" par sélection prénatale ? Un de nos partenaires belges nous dira, à propos de cette comparaison entre "bébéthons" valides et enfants myopathes : "C'est d'une violence inouïe pour l'enfant myopathe !" "



On peut lire aussi 
Tel est le Téléthon
Partager cet article
Repost0
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 10:53

relevé dans un courriel de l'agence ZENITH ...

Le monde des mass media est conditionné par une certaine fascination du mal, par une règle cynique selon laquelle la mauvaise nouvelle est une bonne nouvelle (bad news is good news). Les journaux accordent peu de place aux belles histoires, aux témoignages qui redonnent envie de vivre et d'espérer.

Le travail du journaliste catholique n'est pas facile car il doit chercher à vaincre cette tendance au macabre et au pessimisme en suscitant un intérêt pour ce qui est beau et positif, pour le message de l'Evangile transmis par l'Eglise qui est un message de vie et de bonheur. "


 http://www.zenit.org

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 10:50


retrouvé dans de vieux courriels... mais toujours actuel...

Les occupations excessives conduisent à la « dureté de cœur », affirme le pape

 

Il souligne la primauté de la vie de prière


ROME, Dimanche 20 août 2006 (ZENIT.org) – Le pape Benoît XVI a mis ce dimanche en garde contre les emplois du temps trop chargés qui peuvent conduire à la « dureté de cœur ».

En présence de plusieurs milliers de pèlerins rassemblés dans la cour de la résidence pontificale de Castelgandolfo, Benoît XVI a rappelé la primauté de la prière et de la contemplation au milieu des « tempêtes » de la vie quotidienne.

Le pape a repris les paroles de saint Bernard de Clairvaux (1091-1153), docteur de l’Eglise, fêté ce dimanche 20 août.

S’adressant au pape de l’époque, Eugène III, saint Bernard écrivait : « Voilà où toutes ces maudites occupations qui vous absorbent ne peuvent manquer de vous conduire, si vous continuez… à vous y livrer tout entier, sans rien réserver de vous-même ».

« Il est nécessaire, observe le saint, de se préserver des dangers d’une activité excessive », poursuit Benoît XVI en rappelant que saint Bernard s’adressait au pape de l’époque, mais indirectement « à tous les papes, et à nous tous ».

« Les nombreuses occupations conduisent souvent à la ‘dureté de cœur’ », explique-t-il, toujours en citant saint Bernard.

« Cette mise en garde vaut pour tout type d’occupations, y compris celles qui sont inhérentes au gouvernement de l’Eglise », souligne Benoît XVI.

« La parole que Bernard adresse à ce propos au pontife, son ancien disciple à Clairvaux, est provocatrice : ‘Voilà, écrit-il, où toutes ces maudites occupations qui vous absorbent ne peuvent manquer de vous conduire, si vous continuez… à vous y livrer tout entier, sans rien réserver de vous-même’ ».

« Combien ce rappel de la primauté de la prière est utile pour nous également ! » ajoute Benoît XVI.

Le pape encourage les chrétiens à demander à saint Bernard de les aider à « concrétiser cette primauté de la prière », lui qui « sut concilier l’aspiration du moine à la solitude et au silence du cloître avec l’urgence de missions importantes et complexes au service de l’Eglise ».

Le pape conclut en citant un célèbre discours dans lequel saint Bernard compare Marie à « l’étoile que les navigateurs suivent du regard pour ne pas faire fausse route ».

« En suivant Marie, on ne s'égare point… si elle vous protège, vous n'aurez rien à craindre, si elle vous conduit, vous ne connaîtrez point la fatigue, et si elle vous est favorable, vous êtes sûr d'arriver », affirmait saint Bernard, auquel l’Eglise a donné le titre de « Docteur marial ».

 

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 09:11
 
Vente de livres, dédicaces et expo
 

A l’approche de la fête de Noël, ICHTUS invite Joëlle d’Abbadie, célèbre illustratrice pour l’enfance (Michaëlo le plus petit ange de Dieu, La miche de pain) , dans le cadre de sa traditionnelle vente de livres.

Venez découvrir :
-  son nouveau livre, Resurrexi !, tout juste paru aux éditions du Triomphe
-  vous le faire dédicacer pour vos cadeaux de Noël (dédicace de 15 à 18h00)
-  admirer les planches originales, exposées dans les locaux d’ICHTUS jusqu’au 15 janvier.

D’autres auteurs seront présents :
-  Brunor : Le mystère du soleil froid, Martin : partager la vérité, La question interdite
-  Jacques de Guillebon : Le nouvel ordre amoureux, Pour Benoît XVI
-  Jean-Baptiste Maillard : Dieu est de retour
-  Nicolas Doucet : Les Familius T.1 - Qui a fait ça ?
-  Thibaut Dary : Le trésor du Puy du Fou, Avec Tabarly, Manifeste pour un christianisme engagé

Et téléchargez ici l’invitation à diffuser sans modération.

Renseignements pratiques

La vente de livres se fera toute la journée de 10h00 à 18h00, dans les locaux d’ICHTUS, 49 rue des Renaudes, Paris 17e.

Les dédicaces se tiendront de 15h00 à 18h00.

Si vous êtes en province, ou indisponible ce jour, vous pouvez commander une ou plusieurs dédicaces à l’avance, en contactant à l’avance la librairie d’ICHTUS.

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 12:35

De Mgr Luc Ravel, nouvel évêque aux Armées, ordonné hier :

Quel message spirituel souhaitez-vous faire passer aux militaires en ces temps de guerre en Afghanistan ?
Ce message que l'aumônier de Coëtquidan avait dit pendant mon service militaire : 'Jésus n'a pas trouvé de plus belle foi en Israël que celle du centurion' (cf. Mt 8, 5-13). C'est l'occasion pour les personnes qui ont du mal à se situer vis-à-vis de l'armée ou de la police de se remettre en question en ne confondant pas l'Evangile avec une recherche de la paix béate et inconsciente."

Michel Janva
Partager cet article
Repost0
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 12:33


Ces méduses géantes font leur ré-apparition au Japon.

Mgj


vu ici http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 12:23

un article de 2006, toujours d’actualité ...

 

SidactionLa vérité sur le Sidaction

Du 31 mars au 2 avril, l'univers médiatique se mobilise pour le Sidaction. Cela ne signifie pas pour autant qu'il se mobilise en faveur des malades du Sida. Le Salon Beige ne peut donc manquer d'évoquer cette supercherie médiatico-financière.

Un mouvement créé par et pour le lobby gay :

- le président du Sidaction, Pierre Bergé, multi-millionnaire et ancien ami de Mitterrand, dirige le magazine érotique homosexuel Têtu ;

- le secrétaire général du Sidaction, Olivier Ségot, est directeur de la publication de Têtu ;

- l'un des trois vice-présidents de Sidaction, Jérôme Martin, est le représentant de l'association hyper-violente Act-Up.

Cette détestable officine homosexuelle fait bien sûr partie des associations bénéficiaires des fonds récoltés, au même titre que bien d'autres structures douteuses comme le Groupe Action Gay et Lesbien. (Voir ici, la liste du conseil d'administration; ici le dernier rapport d'activité, celui de 2004, en pdf - la liste des associations soutenues est à la page 17.) Pour en savoir plus sur : les finances de ces groupuscules.

Côté scientifique, le scandale est plus grave.

Cette captation discrète de fonds censés servir à la lutte anti-Sida est une chose, la propagande honteuse en est une autre. Sur la non-fiabilité du préservatif, on pourra se reporter à cette étude assez complète (rubrique Sida-la politique de prévention). Des orifices de 10-12 microns de diamètre sont actuellement répérés dans les préservatifs : 100 virus pourraient y passer de front ! (étude complète ici). L'annonce du ministre de la Santé Xavier Bertrand de proposer le préservatif à 20 centimes dès la rentrée prochaine dans les universités et les lycées rend le gouvernement complice de cet encouragement à la débauche. Le professeur Lestradet, membre de l'Académie de Médecine, soulignait :

Hivx"On sait aujourd’hui avec certitude que chez un homme séropositif, le virus est présent en abondance dans toutes les sécrétions sexuelles, c’est-à-dire non seulement dans le sperme, mais dans toutes les sécrétions prostatiques ou autres, qui apparaissent dès les préliminaires et en tout cas bien avant qu’une érection suffisante permette une mise en place correcte du préservatif. Il en résulte que, lorsqu’un homme séropositif met un préservatif, celui-ci sera automatiquement souillé sur la face externe par les manipulations indispensables. (...) Pour la femme, c’est donc la roulette russe. N’est-ce pas la raison pour laquelle dans le groupe des hétérosexuels, les femmes sont 3 fois plus touchées que les hommes ?".

Il est indéniable que la meilleur protection demeure la fidélité (exemple de l'Ouganda).

Plus largement, comme l'écrivait Jean-Marie Domenach dans France catholique :

"le SIDA est une épidémie de civilisation : il a progressé à cause du vagabondage sexuel et considérer ce vagabondage comme allant de soi, considérer l’homosexualité et la toxicomanie comme allant de soi, c’est, de fait, contribuer à la propagation du mal. (...) L’amour est réduit au contact tous azimuts des corps. (...) Ce qui était, ce qui devait être la pédagogie d’une rencontre existentielle, l’apprentissage du grand amour, devient une recette hygiénique. En vérité, il s’agit moins de morale que de civilisation."

Ce que dit (vraiment) l'Eglise catholique

Ecartons tout d'abord la sempiternelle remontrance de nos médias fanatisés : le pape n'a jamais prononcé le mot 'préservatif'.

Dans l'Evangile de la Vie (Evangelium Vitae) Jean-Paul II a rappelé le message de l'Eglise : la sexualité est ordonnée au don sacré de la Vie et s'exerce dans le cadre du sacrement de mariage. Elle exige donc, pour être pleinement vécue, abstinence avant le mariage et fidélité après. "La fidélité des époux, dans l'unité du mariage, comporte le respect réciproque de leur droit à devenir père et mère seulement l'un par l'autre" (Donus Vitae). C'est le respect du corps, du sien et de l'autre, qui peut enrayer l'épidémie du Sida.

Afrique_sida_1Et le discours que tient l'Eglise n'est pas une lubie. Pour preuve, en Afrique, les pays catholiques sont ceux où la progression du virus est la plus faible (chiffres éloquents).

En ce week-end de totalitarisme médiatique, n'hésitez pas à laisser votre téléviseur éteint et à transmettre ce message.


L'équipe du Salon Beige   http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 16:44


et autres questions concernant l'armée et la défense ....  

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 00:17

Direct à Notre Dame
29/11/2009
120mn

 

ici     kto

mais aussi ...

Consécration épiscopale du nouvel évêque aux Armées Mgr Luc Ravel
présidée par le cardinal André VingtTrois archevêque de Paris
Mgr Ravel est interviewé par le service communication à une semaine de son ordination épiscopale.
Mgr Luc Ravel sera consacré évêque par le Cardinal André Vingt-Trois, dimanche
Partager cet article
Repost0
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 14:43

« Le nom allemand sera déshonoré pour toujours si la jeunesse allemande ne se soulève pas pour venger et expier à la fois ; pour anéantir ses oppresseurs et construire une nouvelle Europe spirituelle... »

Dans une Allemagne plongée dans la Seconde Guerre mondiale, conscients de leur responsabilité, un groupe d'étudiants âgés d'à peine plus de vingt ans et un professeur d'université, Kurt Huber, se dressent contre Hitler sous le nom de la Rose Blanche, avec leur seule arme : la parole. Les tracts distribués dans Munich et dans d'autres villes allemandes mettent en échec, pendant plusieurs mois, les autorités national-socialistes.

Les principaux membres de ce mouvement furent condamnés à mort. Par leur vie, ils ont prouvé que le national-socialisme n'avait pas réussi à endormir la conscience de tous les Allemands.

Ce livre simple se lit d'un trait comme un roman, le lecteur n'a pas d'autre choix que de se situer mentalement dans ces heures les plus sombres de l'histoire de l'Allemagne pour vivre quelques trop brefs instants à la lumière de ces consciences héroïques.

«Je vous félicite pour votre livre, c'est une présentation excellente des principaux aspects de la Rose Blanche. Je trouve particulièrement réussie la présentation du caractère religieux de ce sursaut spirituel, qui a joué - pour la plupart de ses membres - un rôle central. J'ai lu votre récit avec un très vif intérêt et je pense qu'il sera très bien reçu en Allemagne.» (Wolfgang Huber, fils du professeur membre de la Rose Blanche, dans une lettre à l'auteur)

Quatrième de couverture
Partager cet article
Repost0
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 11:52


Le 24 novembre, 150e anniversaire de la parution de "l'Origine des espèces " de Charles Darwin.
Présentons un livre récent dont l'auteur ne sera pas invité par les gros medias ...


Recto 
Darwin est un monstre sacré de notre univers intellectuel : le découvreur de l'Évolution, le champion du struggle for life et de la sélection naturelle, le naturaliste qui a fait de la biologie l'un des fondements de notre laïcité. Mais sait-on qu'il est aussi le père du racisme scientifique, et que ses théories sont explicitement grosses d'une dimension totalitaire ? Qu'il a théorisé sur l'Irlandais malpropre, les abjects habitants de la Terre de Feu, les barbares grossiers, les sauvages ignobles et infects, les idiots microcéphales, les mères de famille australiennes incapables d'exercer leur conscience ? Qu'il a vu dans l'aborigène une sous-espèce intermédiaire entre le singe et l'homme ? Cet ouvrage, qui laisse largement la parole à Darwin lui-même, propose une analyse enlevée mais rigoureuse des pages méconnues de l'auteur de L'Origine des espèces. Il ouvre ainsi des perspectives inattendues sur la philosophie de la transformation des espèces, la genèse du racisme européen, et la responsabilité du scientifique.


lu dans :
Librairie Française de Rome 
Partager cet article
Repost0
22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 21:36

22 novembre, fête du Christ-Roi - Ce que disait Benoît XVI il y a un an

Le 23 novembre 2008, avant de réciter l’Angélus à Rome, le pape Benoît XVI adressait aux pèlerins présents place Saint Pierre cette méditation sur le mystère du Christ-Roi.

Chers frères et sœurs !

Nous célébrons aujourd’hui, dernier dimanche de l’année liturgique, la Solennité de Notre Seigneur Jésus Christ, Roi de l’univers. Nous savons des Évangiles que Jésus refusa le titre de roi comme il était entendu au sens politique, comme « chefs des nations » (Mt 20.24). Par contre, lors de sa passion, il revendiqua une royauté particulière devant Pilate, qui l’interrogea explicitement : « Tu es donc roi ? », et Jésus répondit : « Tu le dis, je suis roi » (Jn 18.37) ; peu avant, cependant, il avait déclaré : « mon royaume n’est pas de ce monde » (Jn 18.36). La royauté du Christ, en effet, est la révélation et la réalisation de celle de Dieu le Père, qui gouverne toutes les choses avec Amour et avec justice. Le Père a confié à son Fils la mission de donner aux hommes la vie éternelle en les aimant jusqu’au sacrifice suprême, et en même temps lui a conféré le pouvoir de les juger, dès le moment où il s’est fait Fils de l’homme, en tout semblable à nous (Jn 5, 21-22.26-27).

L’Évangile d’aujourd’hui insiste justement sur la royauté universelle du Christ juge, avec la superbe parabole du jugement dernier, que saint Matthieu a placée immédiatement avant le récit de la Passion (25.31-46). Les images sont simples, le langage est populaire, mais le message est extrêmement important : c’est la vérité sur notre dernière destinée et sur le critère avec lequel nous serons jugés. « J’ai eu faim, et vous m’avez donné à manger ; j’ai eu soif , et vous m’avez donné à boire ; j’étais étranger, et vous m’avez accueilli » (Mt 25.35) et ainsi de suite. Qui ne connaît pas cette page ? Elle fait partie de notre civilisation. Elle a marqué l’histoire des peuples de culture chrétienne : la hiérarchie des valeurs, les institutions, les multiples œuvres de bienfaisance et sociales. En effet, le royaume du Christ n’est pas de ce monde, mais mène à son accomplissement tout le bien qui, grâce à Dieu, existe dans l’homme et dans l’histoire. Si nous mettons en pratique l’Amour pour notre prochain, selon le message évangélique, alors nous laissons la place au pouvoir de Dieu, et son royaume se réalise parmi nous. Si par contre chacun pense seulement à ses propres intérêts, le monde ne peut qu’aller à sa ruine.

Chers amis, le royaume de Dieu n’est pas une question d’honneurs et d’apparences, mais, comme l’écrit Saint Paul, il est « justice, paix et joie dans l’Esprit Saint » (Rm 14.17). Le Seigneur a à cœur notre bien, c’est-à-dire que chaque homme ait la vie, et que ses enfants, particulièrement les plus « petits » puissent accéder au banquet qu’il a préparé pour nous tous. Il ne sait donc pas que faire de ces formes hypocrites de celui qui dit « Seigneur, Seigneur » et ensuite néglige ses commandements (Mt 7.21). Dans son royaume éternel, Dieu accueille tous ceux qui s’efforcent jour après jour de mettre en pratique sa Parole. Pour cela, la Vierge Marie, la plus humble de toutes les créatures, est la plus grande à ses yeux et est assise comme Reine à la droite du Christ Roi. Nous voulons nous confier encore une fois avec une confiance filiale à son intercession céleste, pour pouvoir réaliser notre mission chrétienne dans le monde.

relevé sur  www.ichtus.fr
Partager cet article
Repost0
22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 21:36
 

(....)  Il est vrai que nous savons déjà que les parents d'élèves sont des "géniteurs d'apprenants" et qu'un ballon (rond !) se dit "référenciel sportif" puisque le ballon ovale de Rugby ou de Jeu à XIII se dit "référenciel sportif rebondissant aléatoire".
Alors qu'un jardin est un "espace végétalisé" et une haie un "mur temporaire végétal".
Lorsqu'un parent d'élève va récupérer le ballon de rugby qui est passé par dessus de la haie dans le jardin municipal il convient donc de comprendre que "le géniteur d'apprenant a eu comme projet effectif la récupération physique du réfécenciel rebondissant aléatoire qui se trouvait alors contrairement à sa destination initiale dans l'espace végétalisé mis gracieusement à la libre disposition des administrés puisqu'il avait malencontreusement franchi le mur temporaire végétal qui borde l'établissement destiné à la scolarisation".
Ou peu s'en faut !

lu ici : Référentiel rebondissant


Et vous pouvez aussi rire en BD ici : Le Pédago Fou

Partager cet article
Repost0