Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

7 juillet 2007 6 07 /07 /juillet /2007 10:53

 



Cliquez pour agrandir
Tours de France : Chroniques de Antoine Blondin
Editeur :
La Table ronde

"Le cycle des légendes bretonnes rapporte que les chevaliers de la Table ronde, avant de partir en expédition, se rassemblaient au plus profond de la forêt de Brocéliande pour s'imposer des épreuves préalables : discuter du choix d'un casque ou d'un destrier et se durcir le coeur au bord des fontaines pétrifiantes. Hier, aux portes de Rouen, on a surtout parlé braquets dans la cuvette forestière criblée de soleil où serpente le circuit des Essarts et, si une épreuve fut effectivement imposée aux champions qui allaient s'élancer vers Caen, elle avait surtout pour objet d'affermir des postérieurs échauffés par trois jours de présence en selle, et que nos paladins eussent volontiers trempés dans la première fontaine venue."

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2007 4 05 /07 /juillet /2007 21:44

" I have loved you with an everlasting love." Jer. 31:3


LIVE quietly with God.
WORK gladly for God.
VIEW things from God's viewpoint.
TALK things over with God.
GLOW with zeal for the glory of God.
FIND your joy in God.
REST deep in the heart of God.


Mother Mary Michaele

group

The present community at the Adoration Convent
of Christ the King in Lincoln
Partager cet article
Repost0
2 juillet 2007 1 02 /07 /juillet /2007 20:55

Jésus de Nazareth est entré au classement des meilleures ventes de l'Express, et se maintient à cette position pour la 4e semaine consécutive - et toujours derrière La Femme Fatale, une chronique de la campagne de Ségolène Royal.

HV

Posté le 2 juillet 2007 à 11h54 | Lien permanent

http://www.lesalonbeige.blogs.com/

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2007 7 01 /07 /juillet /2007 21:59

   "La Reddition de Breda" de Velasquez.  Musée du Prado, Madrid.

 Cet exceptionnel tableau historique de Vélasquez [1] fait de ses spectateurs les témoins d’un double drame. Celui que représente une guerre pour tous ceux qui la font et ceux qui la subissent. Celui de la défaite et donc de la soumission à l’ennemi pour ceux qui la perdent.

Christianiser la fureur des hommes

Sous un ciel magnifique, en camaïeu de gris et bleu, au second plan de cette composition complexe, le drame de la guerre est encore présent dans le fracas de ses armes et la fumée de ses canons, avec la figuration par Vélasquez des dernières escarmouches d’une bataille dont l’issue est déjà certaine. La profondeur de la scène est rendue par une succession de plans et par une gamme variée d’effets lumineux.

Au premier plan, qui occupe en fait plus des deux tiers de la composition, dans un somptueux dégradé de marron, d’ocre et d’or, le drame de l’allégeance des vaincus au vainqueur. En 1625, la ville hollandaise de Breda tombe entre les mains des Espagnols...

... la suite sur http://www.ichtus.fr/article.php3?id_article=314 

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2007 7 01 /07 /juillet /2007 16:09

Musée national du Prado
Nom local Museo nacional del Prado
Pays Espagne Espagne
Madrid Communauté de Madrid
Ville Madrid
Bâtiment Edificio Villanueva
(
XVIIIe siècle)
Tutelle Ministère espagnol de la culture
Collections Peinture espagnole (XIIe-XIXe s.)
Peinture italienne (XVe-XVIIIe s.)
Peinture flamande (XVe-XVIIe s.)
Peinture française (XVIIe s.)
Peinture allemande (XVIe-XVIIIe)
Sculpture
Arts décoratifs
Dessins et estampes
Créé en 1819
Visiteurs / an 1.966.496 (2005)
Adresse Paseo del Prado, s/n
28014 Madrid
Internet Site officiel

Le Musée du Prado (Museo del Prado, prado signifiant pré) à Madrid (Espagne) présente et abrite l'une des plus belles collections, surtout de peintures européennes du XIVe siècle au début du XIXe. C'est un des musées les plus importants du monde.

Les œuvres des peintres Diego Vélasquez, Francisco Goya, et Jérôme Bosch sont les plus célèbres et les plus nombreuses mais il y a aussi celles du Greco, de Pierre Paul Rubens, Raphaël, Titien, Bartolomé Esteban Murillo ainsi que des tableaux de Botticelli, Caravaggio, Albrecht Dürer, Melozzo de Forlì, Rembrandt et Paul Véronèse.

 

Œuvres exposées [modifier]

 

Liens externes [modifier]

extrait d'un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Partager cet article
Repost0
1 juillet 2007 7 01 /07 /juillet /2007 15:10
  
  On dit que la langue française est compliquée, mais
  que dire de l'Anglais !
 
  en français:
  "1H58 à 2H02 : de une heure cinquante-huit à deux
  heures deux."
  en anglais:
  "from two to two to two two"
 
  en français :
  "Trois sorcières regardent trois montres Swatch.
  Quelle sorcière regarde quelle montre Swatch ?"
  en anglais:
  "Three witches watch three Swatch watches. Which witch
  watch which Swatch watch?? "
 
  Et maintenant pour les spécialistes...
  en français:
  "Trois sorcières suédoises et transsexuelles regardent
  les boutons de trois montres Swatch suisses. Quelle
  sorcière suédoise transsexuelle regarde quel bouton de
  quelle montre Swatch suisse?"
  en anglais (accrochez-vous):
  "Three Swedish switched witches watch three Swiss
  Swatch watch switches. Which Swedish switched witch
  watch which Swiss Swatch watch switch?"   
 

  On peut aller se rhabiller avec nos chaussettes sèches
  et notre archi Duchesse.
Partager cet article
Repost0
26 juin 2007 2 26 /06 /juin /2007 21:34
 

Du 11 au 28 juillet 2007, la Chapelle des Pénitents Gris recevra une exposition qui illuminera la Cité des Papes… « Le Linceul de Turin ».
Quand l’histoire et la science vont à la rencontre de la Vérité ...

Communiqué de l’Association Nationale pour le Développement de l’Action Spirituelle :

 

Dominique Daguet, président de l’Andas, auteur du livre Le Linceul du Ressuscité préfacé par le Père Daniel Ange et publié par les Editions du Sarment à Paris, présentera en Avignon, du 11 au 28 juillet 2007, dans la Chapelle des Pénitents Gris, une exposition très riche et très explicite sur le Linceul de Turin, document sans pareil qu’il est impossible aujourd’hui, quand l’on tient compte à la fois des arguments scientifiques et historiques, de considérer comme n’étant pas le dernier vêtement de Jésus de Nazareth.

 

Aux chrétiens, cette exposition leur permet de récupérer un signe d’une grande importance et comme une source d’enseignement incomparable sur la Passion du Christ.
Aux agnostiques et aux athées, elle leur permet de se faire une idée plus précise – et donc plus riche, plus complexe et plus troublante – sur un sujet que les gros médias ont tendance généralement à traiter avec un parti pris négatif et simpliste.  

 

L’exposition peut également servir de support pour des actions d’évangélisation : ce qu’entendent bien faire une cinquantaine de jeunes gens de « Jeunesse Lumière », école d’évangélisation du Père Daniel Ange secondé par le Père René Luc, cela de 11 au 22 juillet. (Ouverture de l’exposition : de 16 h à 2 heures le lendemain matin.)

 

Après cette dernière date, Dominique Daguet donnera deux conférences pour répondre aux questions d’histoire et de sciences, puis une méditation sur la Passion du Christ selon le Linceul et une réflexion qu’impose cette méditation sur le sens du salut dont ce Linceul est le Signe. L’exposition sera alors ouverte le matin de 10 à 12 h et l’après-midi de 16 à 18 h 30.
Calendrier de ces conférences : lundi 23 (l’Histoire extraordinaire du Linceul), le mardi 24 (La science à l’épreuve du Linceul), le mercredi 25 (La science à l’épreuve du Linceul), le jeudi 26 (méditation sur la Passion du Christ selon le Linceul), le vendredi 27 (Le Signe du Salut). Ces conférences seront répétées deux fois : la première à 18 h, la seconde à 21 h 30.

 

Après cette dernière date, Dominique Daguet donnera deux conférences pour répondre aux questions d’histoire et de sciences, puis une méditation sur la Passion du Christ selon le Linceul et une réflexion qu’impose cette méditation sur le sens du salut dont ce Linceul est le Signe. L’exposition sera alors ouverte le matin de 10 à 12 h et l’après-midi de 16 à 18 h 30.

 

Calendrier de ces conférences : lundi 23 (l’Histoire extraordinaire du Linceul), le mardi 24 (La science à l’épreuve du Linceul), le mercredi 25 (La science à l’épreuve du Linceul), le jeudi 26 (méditation sur la Passion du Christ selon le Linceul), le vendredi 27 (Le Signe du Salut). Ces conférences seront répétées deux fois : la première à 18 h, la seconde à 21 h 30.

 

Partager cet article
Repost0
24 juin 2007 7 24 /06 /juin /2007 21:44

Nous avons connu un honneur du Travail, exactement le même que celui qui, au Moyen-âge, régissait la main et le cœur.

C'était le même, conservé intact en-dessous.
Nous avons connu ce soin poussé jusqu'à la perfection, égal dans le plus infime détail.
Nous avons connu cette piété de "l'ouvrage bien faite" poussée, maintenue jusqu'à ses plus extrêmes exigences.
J'ai vu, toute mon enfance, rempailler des chaises exactement du même esprit et du même cœur, et de la même main que ce peuple avait taillé ses cathédrales...

Il fallait qu'un bâton de chaise fût bien fait. C'était entendu. C'était un primat. Il ne fallait pas qu'il fût bien fait pour le patron, ni pour les connaisseurs, ni pour le client du patron. Il fallait qu'il fût bien fait lui-même, en lui-même pour lui-même, dans son être même.
Une tradition venue, montée du plus profond de la race, une histoire, un absolu, un honneur voulaient que ce bâton de chaise fût bien fait. Toute partie dans la chaise, qui ne se voyait pas, était exactement, aussi parfaitement faite que ce qu'on voyait.
C'est le principe même des cathédrales.

Charles PEGUY

Partager cet article
Repost0
24 juin 2007 7 24 /06 /juin /2007 17:06

 

Ce poème, déjà publié dans le livret de carême 2002, mérite d’être relu ; il a aidé plus d’un lecteur.

 Depuis son plus jeune âge, petit Pierre partait avec son grand-père pour de longues promenades en forêt.
Mais, depuis quelque temps, grand-père marche moins vite. La canne lui est devenue une aide dont il ne peut plus guère se passer. Petit Pierre s’inquiète ; grand-père lui dit alors :
  « C’est normal, mon bonhomme, bientôt je pourrai cueillir ma dernière fleur. Elle commence à pousser. » L’hiver est venu et grand-père n’est plus guère sorti que dans le jardin. Un jour il a regardé, pensif, ses rosiers : « Tu sais mon garçon, la mort n’existe pas. Regarde ces rosiers, tu les crois morts ; eh bien, au printemps, tu les verras bourgeonner. Pour nous c’est la même chose. », et il a ajouté : « Je vais te dire un secret : bientôt je cueillerai ma dernière fleur. Ce sera la plus belle, celle de Pâques. Je pourrai l’offrir au Seigneur. »
Petit Pierre n’a pas très bien compris. Mais, au printemps suivant, sa mère est venue le chercher précipitamment à l’école après avoir parlé à voix basse à l’instituteur. A la maison, quand il est entré dans la chambre aux volets clos, grand-père semblait se reposer, et petit Pierre s’est souvenu : « Ne pleure pas, maman, dit-il, grand-père vient de cueillir sa plus belle fleur de Pâques ; il est allé l’offrir au Seigneur, il est ressuscité aussi avec Jésus .»

 Alléluia ! Alléluia !

 

   www.serviam.net    Carême 2007 sur Internet  

Partager cet article
Repost0
23 juin 2007 6 23 /06 /juin /2007 20:20

Si tu savais le don de Dieu et ce qu’est le ciel,

Si tu pouvais d’ici entendre le chant des anges et me voir au milieu d’eux,

Si tu pouvais voir se dérouler sous tes yeux les horizons et les champs éternels, les nouveaux sentiers où je marche,

Si un instant tu pouvais contempler comme moi la Beauté devant laquelle toutes les beautés pâlissent …

Quoi ? Tu m’as vu, tu m’as aimé dans le pays des ombres, et tu ne pourrais ni me voir, ni m’aimer encore dans le pays des immuables réalités ?

Crois-moi, quand la mort viendra briser tes liens comme elle a brisé ceux qui m’enchaînaient, et quand un jour que Dieu connaît, et qu’Il a fixé, ton âme viendra dans le ciel où l’a précédée la mienne, ce jour-là tu reverras Celui qui t’aimait et qui t’aime encore, tu retrouveras Son cœur, tu en retrouveras les tendresses épurées…

A Dieu ne plaise qu’entrant dans une vie plus heureuse, infidèle aux souvenirs et aux vraies joies de mon autre vie, je sois devenu moins aimant !

Tu me reverras donc, transfiguré dans l’extase et le bonheur, non plus attendant la mort, mais avançant d’instant en instant avec toi, qui me tiendras la main, dans les sentiers nouveaux de la Lumière et de la Vie, buvant avec ivresse aux pieds de Dieu un breuvage dont on ne se lasse jamais et que tu viendras boire avec moi …

Essuie tes larmes et ne pleure pas si tu m’aimes !…

Saint-Augustin

Partager cet article
Repost0
22 juin 2007 5 22 /06 /juin /2007 23:24
 
Saint Thomas More, patron des responsables de gouvernement et des hommes politiques

Connaissez-vous Thomas More ? L’Église le fête le 22 juin. Il est l’un des plus grands juristes et humanistes du XVe siècle. Ses valeurs chrétiennes l’ont conduit jusqu’au martyre. Jean-Paul II l’a proclamé patron des responsables de gouvernement et des hommes politiques. Un saint à solliciter en cette période où l’actualité politique est dense… (suite)

Partager cet article
Repost0
22 juin 2007 5 22 /06 /juin /2007 22:25
La galerie des Glaces dans toute sa splendeur

Gdg Une belle idée de sortie en famille : redécouvrir la galerie des Glaces, véritable joyau royal du XVIII° siècle qui vient de subir trois années de restauration pour retrouver son éclat  d'origine.
Tout les facettes de l'artisanat français y est passé : dorure à la feuille d'or, fabrication d'ampoule-bougie en cire en exclusivité, nettoyage des 1000 m² de marbre à la compresse, nettoyage et réparation des 357 glaces par un seul artisan, etc...
Même le Sénat a participé en offrant ses 24 miroir au mercure pour respecter la "couleur Versailles" qui règne dans la galerie.
Du grand art pour un résultat, paraît-il, extraordinaire.

Lahire

Posté le 22 juin 2007 à 21h29

relevé sur http://www.lesalonbeige.blogs.com/

Partager cet article
Repost0
21 juin 2007 4 21 /06 /juin /2007 22:47
Partager cet article
Repost0
21 juin 2007 4 21 /06 /juin /2007 22:17

 

POURQUOI ?

Parce que nous sommes envahis par le bruit et par la musique " bruit de fond ".

Souvent, nous entendons plus la musique que nous ne l'écoutons : pensons à la musique d'ambiance inévitable dans les cafés, les magasins, les parkings, ...

Et quand nous écoutons de la musique, c'est pratiquement toujours en faisant autre chose : la vaisselle, le ménage, du bricolage, ...

Parce que pour pouvoir aimer - ou pouvoir dire qu'on n'aime pas - il faut connaître, et que pour connaître, on n'a encore rien trouvé de mieux que d'apprendre, en y passant ... un certain temps.

Parce que la musique est devenue une arme dans la guerre idéologique et culturelle qui secoue le monde, et notamment la France.

Parce que nous sommes les héritiers d'un patrimoine culturel immense, en particulier en musique, que nous ne connaissons pas, ou pas assez.

POUR QUI ?

Pour tous ceux qui, sans être musiciens ou érudits en matière musicale, souhaitent

" apprendre à écouter ", et ainsi apprendre à juger, à apprécier, à aimer.

COMMENT ?

Le plus simplement possible : on s'assied pour écouter ensemble de la musique, en suivant un parcours qui va du folklore à la musique religieuse, en passant par la chanson française, le jazz, la musique de films, la musique classique, l'opéra.

Les séances sont animées par des personnes qui ne sont pas des spécialistes mais qui ont elles-mêmes découvert et apprécié ce parcours.

CONCRÈTEMENT ?

Environ 10 séances, ou des week-ends ou stages d'été.

   Apprendre à écouter : un parcours musical de près de 200 extraits musicaux progressant par genre, du folklore à la musique sacrée, en passant par le jazz et l’opéra...

Pour plus de renseignement, contactez ICHTUS, au Tél. 01 47 63 97 81.

 

Partager cet article
Repost0
21 juin 2007 4 21 /06 /juin /2007 22:00

21 juin : Saint Louis de Gonzague

Si nous vivons ainsi à tout moment sous l'impulsion de l'amour de Dieu, faisant tout par amour pour Lui, chacune de nos occupations, que ce soit un travail ou un repos, un effort ou une détente, est une prière et nous unit davantage à Dieu peu importe ce qu'est l'occupation du moment présent pourvu qu'elle soit ce que Dieu veut de nous et soit accomplie par amour pour Lui.

On raconte que pendant le noviciat de saint Louis de Gonzague, alors que les novices occupaient une récréation à jouer à la balle, on leur dit soudainement : « Que feriez-vous si l'on vous apprenait que vous allez mourir dans quelques minutes ? » L'un répondit : « Je courrais à la chapelle m'agenouiller devant le Saint Sacrement », un autre : « Je réciterais le chapelet ». Un autre encore : « Je courrais trouver mon confesseur ». Et saint Louis de Gonzague répondit : « Je continuerais à jouer à la balle. » A l'heure où c'est la volonté de Dieu qu'on joue à la balle, on prie et on se sanctifie en jouant à la balle par amour de Dieu. C'est ainsi que la vie entière peut être une prière.

Jean Daujat, Vivre le christianisme (Tequi)
Partager cet article
Repost0
20 juin 2007 3 20 /06 /juin /2007 21:15
ICHTUS

Ichtus vous invite à sa

2ème Université d'été

 

Une formation solide - Des contacts personnels

Des échanges constructifs - Des propositions innovantes

 

du  27 au 30 août 2007 

au Puy-en-Velay

 

Faut-il entrer en dissidence ?

Face à la déferlante relativiste, laïciste et anti-française qui envahit les milieux politiques et les caisses de résonance médiatiques, ne sommes-nous pas appelés à entrer en dissidence ?

Et comment cette dissidence peut-elle se traduire concrètement

pour chacun d'entre nous ?

 

C'est à ces questions que répondront,

dans le cadre de conférences, ateliers et débats,

des personnalités telles que

Christian Vanneste, député du Nord,

Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation J. Lejeune,

Michel Fauquier, agrégé d'Histoire,

Béatrice Bourges, de l'Association de Protection de l'Enfance,

Pierre-Olivier Arduin, commission bioéthique du diocèse de Toulon,

ou Mgr Henri Brincard, évêque du Puy.

 

 

Pour les jeunes, des ateliers permettront d'approfondir des sujets fondamentaux :

vérité et liberté ; loi naturelle ; mission politique des laïcs ; doctrine sociale de l'Eglise ;

vrais et faux droits de l'homme ; amour, mariage, sexualité ;

que faire et comment faire ?...

 

Le thème de notre université d'été vous concerne personnellement,

il concerne bon nombre de ceux qui vous entourent,

invitez-les en diffusant ce document le plus largement possible !

 

 

Renseignements et inscriptions :

Florence Chastenet de Géry -  Animation réseaux -  01 47 63 97 84

 
Visiter le site d'ICHTUS :
 
Partager cet article
Repost0
18 juin 2007 1 18 /06 /juin /2007 23:23

 

Une 101e petite-fille pour le papy record de Novokouznetsk
10:50 | 13/ 06/ 2007
 

KEMEROVO, 13 juin - RIA Novosti. A 73 ans, Alexeï Chapoval, un habitant de Novokouznetsk, dans la région de Kemerovo, vient de voir naître sa 101e petite-fille.

"L'enfant est née dans la famille de Iossif (son fils) pendant le week-end. Peut-être l'appelleront-ils Tatiana, c'est ce qu'ils envisagent", a-t-il déclaré mercredi à RIA Novosti.

Le grand-père record affiche en tout 50 petits-fils et 51 petites-filles. Il y a deux mois est né son 100e petit-enfant, une fille.

Le premier fils de la famille a vu le jour il y a presque un demi-siècle et douze autres enfants sont arrivés après lui. 10 garçons et 2 filles. Tous habitent dans le village de Boungour dans la région de Novokouznetsk et la maisonnée s'étend sur toute la rue. Les habitants du village l'appellent d'ailleurs la rue des Chapoval.

Alexeï Chapoval n'a pas encore de d'arrières-petits-fils, mais, autant que l'on sache, cela ne devrait pas tarder.

retour à la page d'accueil  
Partager cet article
Repost0
17 juin 2007 7 17 /06 /juin /2007 13:40
 Qui n'a pas éprouvé, devant un tableau, ce sentiment de ne pas posséder les clés pour le décrypter ? Nous ressentons des émotions, mais l'oeuvre semble se dérober. Tournant résolument le dos à l'enseignement traditionnel de l'histoire de l'art, Françoise Barbe-Gall prend pour point de départ les impressions ressenties face à la toile et nous entraîne dans une exploration passionnante. Quel rapport le tableau entretient-il avec la réalité ? L'artiste a-t-il idéalisé la nature ? l'a-t-il déformée ? Le peintre a-t-il voulu provoquer un choc chez le spectateur ? Lui apporter une vision réconfortante ? Grâce à la clarté du propos et à la simplicité de la démonstration - pour subtile que l'analyse soit en réalité - tout devient lumineux et accessible : l'oeuvre s'offre progressivement comme une évidence.
Ecouter Ici sur France Inter
Comment regarder un tableau, de Françoise Barbe-Gall, EPA 2006
Partager cet article
Repost0
17 juin 2007 7 17 /06 /juin /2007 09:50
Partager cet article
Repost0
17 juin 2007 7 17 /06 /juin /2007 09:07
Puce "Jésus de Nazareth", déjà plus d’1,5 million d’exemplaires vendus
28 mai 2007

ROME, Vendredi 25 mai 2007 (ZENIT.org) - Un peu plus d’un mois après sa publication, le livre de Joseph Ratzinger/Benoît XVI « Jésus de Nazareth » a déjà été vendu à plus d’un million et demi d’exemplaires.

C’est ce qu’annonce la maison d’édition Rizzoli qui a publié l’ouvrage en italien et gère les droits de publication à travers le monde, à la demande de la Librairie éditrice vaticane.

Ce chiffre porte sur les ventes du livre en italien, en allemand, en slovène, en grec, en polonais, en anglais (éditions anglaise et américaine) et en français. Celui-ci est destiné à augmenter car certaines langues viennent à peine d’être publiées.

Des accords ont été conclus avec 42 éditeurs à travers le monde. Le livre est en cours de traduction dans 30 langues.

« Jésus de Nazareth » a été présenté mercredi au siège de l’UNESCO à Paris par le cardinal Carlo Martini, s.j. archevêque émérite de Milan. Il est publié en France aux éditions Flammarion (cf. http://editions.flammarion.com).

L’ouvrage a été également présenté ce jeudi en Grèce avec une postface signée par le patriarche œcuménique de Constantinople, Bartholomaios Ier.

Selon don Claudio Rossini s.d.b., directeur de la Librairie éditrice vaticane, « avant d’être une entreprise culturelle et commerciale, la diffusion de ce livre est un acte ecclésial et œcuménique ».

Partager cet article
Repost0
16 juin 2007 6 16 /06 /juin /2007 22:16
Partager cet article
Repost0
16 juin 2007 6 16 /06 /juin /2007 21:33
 
Tu as du prix à mes yeux, mon combat pour la vie

La société moderne ne supporte plus la souffrance, la différence, le handicap ou la faiblesse de l'âge. Au travers de son expérience de médecin et de père de famille nombreuse qui compte une enfant trisomique, Xavier Mirabel prouve qu'il existe d'autres voies que celle d'éliminer ceux qui posent problème. N'est-il pas préférable d'aider les personnes handicapées et leurs familles que de leur dénier le droit de vivre ? Développer les soins palliatifs, accompagner ceux qui sont en fin de vie, leur permettre de vivre pleinement leurs derniers instants : tout cela n'est-il pas plus sage que de précipiter l'issue fatale en choisissant de donner la mort ?

Ce livre exprime les convictions de l'auteur forgées sur sa réflexion médiale, philosophique et spirituelle et illustrées par des récits vécus et des témoignages de proches et des patients.

Tu as du prix à mes yeux -Mon combat pour la vie , par Xavier Mirabel
Partager cet article
Repost0
16 juin 2007 6 16 /06 /juin /2007 21:19
La France a besoin des Chrétiens

Cg...selon Christophe Geoffroy dans l'éditorial de La Nef du mois de juin :

" (...) Nicolas Sarkozy, malgré son éventuelle bonne volonté, est l'homme d'un système qui est fondamentalement hostile à toute notion et recherche de la vérité. Le mot même fait peur, tel Pilate avec Jésus, on le fuit et l'on se réfugie dans le relativisme. En politique comme ailleurs, nos élites n'ont plus le courage de seulement s'interroger sur la vérité. Car s'engager dans cette voie, c'est forcément arriver à un moment ou à un autre aux questions essentielles sur le sens de la vie, sur l'homme, ce qu'il est ... et finalement sur Dieu (...)

Dans ce contexte, quelle doit être l'action des chrétiens ? La priorité s'impose d'elle-même : l'évangélisation. Cela ne signifie pas que ceux qui se sont engagés dans l'action politique doivent tout laisser tomber pour se faire missionnaires, mais qu'ils doivent être assez courageux et assez formés pour se comporter clairement et publiquement en chrétiens en toutes circonstances - en refusant notamment tout compromis sur des points éthiques non-négociables.

Face à la perversité du monde, à une situation qui ne semble jamais s'améliorer comme si le déclin était inéluctable, la tentation peut être forte de déserter ses responsabilités dans la Cité et se réfugier dans le seul spirituel (...) Le monde moderne a bien des tares mais il laisse encore la possibilité de vivre chétiennement et d'évangéliser. Certes, l'antichristianisme est parfois virulent, mais nos vies ne sont pas menacées comme en d'autres temps ou d'autres lieux (...) Il est toujours difficile de vivre chrétiennement et d'être un saint, la société y a sa responsabilité certes, mais c'est une contrainte extérieure, quand la principale est intérieure - en raison du péché et de notre faiblesse. Ne prenons pas de faux prétextes pour fuir nos devoirs de chrétiens, la France a besoin de nous."

Philippe Carhon

Posted on juin 9, 2007 at 03:41 PM | Permalink

http://www.lesalonbeige.blogs.com/

Partager cet article
Repost0
16 juin 2007 6 16 /06 /juin /2007 21:18

 

un dessin de Jacques Faizant

Partager cet article
Repost0
16 juin 2007 6 16 /06 /juin /2007 21:12

Euthanasie : le cancérologue Xavier Mirabel

analyse « la violence d?un ?merci? »

Comment expliquer l'attitude de Michel Druais, mari de la victime dans l'affaire de Saint-Astier ?

Lorsqu?il a appris de la bouche du Dr Tramois (qui était aussi membre de sa famille) qu?elle avait fait administrer une piqûre mortelle à sa compagne, Monsieur Druais s?était dit profondément choqué. Comme l?avait été l?infirmière Chantal Chanel, stupéfaite de découvrir la prescription létale, qu'elle allait cependant accomplir. Hier, à la barre du tribunal, on retrouvait pourtant le mari, non pas comme partie civile, mais comme témoin soutenant les accusées. Un témoin allant jusqu?à dire : « Merci ! » à celles qui ont mis fin aux jours de sa femme, à son insu.

Le cancérologue Xavier Mirabel, présent à l?ouverture du procès de Périgueux, analyse ce revirement :

« Lorsqu?une personne fait son dernier chemin, ses proches sont fragilisés : ils se sentent souvent impuissants face à la solitude et au mal-être de celui qui s?en va, et se sentent même parfois coupables, à cause des souffrances physiques ou morales de la personne en fin de vie, surtout si elles sont mal accompagnées. Il est naturel d?éprouver à ce moment une certaine impatience : vivement que tout cela s?arrête ! L?émotion, le stress, la fatigue accentuent encore cette attente. Nous avons donc tous fait l?expérience d?un certain ?soulagement?, malgré la peine, en apprenant le décès d?un proche à la suite d?une ?longue maladie?.

Pourtant, il est à nos yeux révélateur et particulièrement choquant aujourd?hui d?entendre à la barre des témoins ce mari remercier celles qui, en réalité, l?ont privé à la fois de la vérité et d?une vraie présence auprès de sa femme en interrompant artificiellement sa vie. Ce « merci » d?une victime médiatiquement amplifié révèle le danger du trop plein d?émotion.

Pour nous soignants, qui entendons heureusement des « merci » bien plus légitimes lorsque nous avons donné toutes ses chances au maintien de la relation et de la vérité entre nos patients et leurs proches, jusqu?au terme naturel de leur vie, ce merci-là résonne comme une forme de déni de tout notre travail. En remerciant la facilité, on l?encourage, on fait passer un mal pour un bien. Certes il s?agit de dénoncer la situation d?impasse dans laquelle les soignantes étaient visiblement enfermées, trop peu formées aux soins palliatifs ; et il ne s?agit pas d?en rajouter à la peine de Michel Druais qui tente naturellement de légitimer ce qui s?est passé. Mais comment rester silencieux lorsque la traduction médiatique de ce procès retient une parole synonyme de confusion, et même d?inversion du sens des mots ? Tout cela me fait penser à la tendance de certaines victimes à épouser la cause de ceux qui les ont spoliées. »

 http://www.adv.org/dossiers/decodage/archive/2007/mars003/article/euthanasie-le-cancerologue-xavier-mirabel-analyse-la-violence-dun-merci/

Partager cet article
Repost0