Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

1 octobre 2018 1 01 /10 /octobre /2018 15:21

 

Edouard Philippe, l'actuel premier ministre, à la tête du gouvernement actuel donc, écrit en 2013 :

"Nous pensons qu'autoriser l'adoption plénière revient mécaniquement à créer une filiation fictive et sociale là où la filiation biologique n'est pas envisageable. Autrement dit, s'engager sur la voie de l'adoption plénière implique déjà la PMA, puis la GPA, pour les couples de même sexe. 
Au final, donc, nous ne sommes pas opposés à une loi qui permettrait le mariage et l'adoption simple pour les couples de même sexe, mais nous n'accepterons pas ce qui viendra après cette loi. Nous nous opposerons résolument à la PMA pour les couples homosexuels féminins, et à la GPA qui, au nom de l'égalité, ne manquera pas d'être réclamée par la suite."

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2018 7 30 /09 /septembre /2018 10:02

 

Je suis Charli.e

Tu es Charli.e

Il.Elle est Charli.e

Nous sommes Charli.e

Vous êtes Charli.e

Ils.Elles sont Charli.e

 

cliquez !

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2018 6 29 /09 /septembre /2018 23:01

 

6100 articles !!!

Et si vous en parliez à vos parents, grands-parents, enfants, amis.es, ennemis.ies ,relations, collègues, étudiants.tes, élèves, neveux.nièces, parrains.reines, ...

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2018 6 29 /09 /septembre /2018 21:27

Jeune philosophe de 32 ans, professeur de philosophie, il est à la une du Figaro Magazine de cette fin de semaine qui lui consacre une dizaine de pages dont un entretien.

Il propose des soirées de la philo à travers PHILIA, à Paris, Lille, Bruxelles, Nantes, Toulouse, etc. 

En quelques minutes en vidéo : ICI

 

 

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2018 6 29 /09 /septembre /2018 21:01

Ce lundi...

 

"L'homme le plus important du monde" dixit LE POINT, "Le maître du monde" dixit l'OBS, YUVAL NOAH HARARI, auteur de SAPIENS et HOMO DEUS (12 millions d'exemplaires) nous livre ce mois ci 21 leçons pour le XXIesiècle.

Ce gourou sacré par le camp du "bien" et de la croyance matérialiste affirme : 

"Il est apparu que tous nos choix, de celui des aliments jusqu'à celui de nos partenaires, ne résultent pas de quelque mystérieux libre arbitre, mais de milliards de neurones qui calculent les probabilités en une fraction de seconde (p. 38)."

 

L'avenir de l'homme est-il donc celui d'une machine ou celui d'un animal ? 

 

On est heureux qu'au même moment le Figaro Magazine fasse en première page le portrait de François-Xavier Bellamy présenté comme "LE PHILOSOPHE" à l'occasion de la sortie de son nouvel essai, "DEMEURE", un manifeste pour les droits de l'âme.
 

On le voit, répondre à la question " COMMENT ÊTRE HUMAIN ?" devient la question centrale de toute réflexion sur l'éducation, le management, la justice dans toutes les sociétés où nous sommes appelés à GRANDIR, CONDUIRE et SERVIR. C'est une question pratique pour chacun de nous qui exerçons des responsabilités.

 

La séance inaugurale du parcours PASSEURS D'HOMMES avec François-Xavier Clémentdirecteur général du groupe scolaire Saint-Jean de Passy aura lieu ce lundi 1er octobre à 20h à PARIS au 72 rue Raynouard 75016 avec retransmission vidéo dans plusieurs villes. Il est encore temps de s'inscrire et PARTICIPER et de créer ou rejoindre un groupe en écrivant à ichtus@ichtus.fr.

N'hésitez-pas à inviter vos amis.

 

>>>   www.ichtus.com

 

 

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2018 6 29 /09 /septembre /2018 09:53

 

Un cycle de formation proposé à Paris, retransmis en direct ou différé dans nombre d'autres villes.

 

GRANDIR, CONDUIRE et SERVIR pour permettre à chaque personne de S’ACCOMPLIR

Tout homme dans le monde est un PASSEUR d’hommes vers la liberté parce qu’il est responsable de lui-même et de son prochain mais aussi des sociétés où il vit. La vie est un don mais c’est aussi une tâche. COMMENT ËTRE HUMAIN ? Comment se forger et garder un cœur d’homme ou de femme ? Comment assurer cette responsabilité de PASSEUR ?

Pour s’accomplir, chacun doit GRANDIR puis CONDUIRE les autres en assumant des responsabilités de parent, d’éducateur, de management afin de SERVIR le bien commun par son travail, en exerçant des responsabilités économiques et politiques dans la société.

Au programme

1. Lundi 1er octobre 2018 - De l'homo sapiens à l'homo deus - Existe-t-il une nature humaine ?

2. Lundi 15 octobre 2018 -  Sur quel ordre naturel fonder la vie sociale. Loi naturelle et justice. Rôle social et politique de la loi. 

3. Lundi 12 novembre 2018 - Liberté et vérité sur le bien. Fonctionnement d'un acte humain.

4. Lundi 26 novembre 2018 - La vérité sur le transhumanisme.

5. Lundi 17 décembre 2018 - Je suis mon corps - Le plaisir, la joie, la souffrance - Éducation de l'affectivité.

6. Lundi 14 janvier 2019 - Du tempérament au caractère. Comment construire sa personnalité ?

7. Lundi 28 janvier 2019 - Être femme. Nature ou construction. Un nouveau féminisme est-il possible ?

8. Lundi 11 février 2019 - Comment éduquer la personne au service du bien commun ?

9. Lundi 11 mars 2019 - Comment le don est-il le moteur caché de la vie et du travail ?

10. Lundi 25 mars 2019 - Logique de "déconstruction" et de "revitalisation" de la vie sociale.

11. Lundi 8 avril 2019 - Que faut-il demander à Dieu pour l'homme et la société ? 

POUR EN SAVOIR PLUS...

 

Et si vous faisiez suivre ?...

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2018 6 29 /09 /septembre /2018 09:39

Un article d'actualité repéré par EVR. Merci à lui.

 

La possible extension de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples lesbiens et aux femmes seules annonce le retour des réformes sociétales. Derrière ces réformes se cache une vision du monde qui trouve ses racines dans des philosophies américaines que décrit l’universitaire Jean-François Braunstein, dans son dernier livre La philosophie devenue folle (Edition Grasset, 400p, 2018). Voici une critique de ce livre par le philosophe Robert Redeker : 

Les réformes sociétales - du « mariage pour tous » à l’« écriture inclusive» - mises en œuvre dans de nombreux pays occidentaux ces dernières années n'ont de réformes que le nom. Elles visent en réalité à bouleverser la structuration commune de la vie humaine et les fondements symboliques (au sens de ce mot pour la psychanalyse et d'autres sciences humaines) de l'individu, tout en charriant une nouvelle idée de l'homme. Le terme de réforme masque la portée de ces bouleversements. C'est de révolution anthropologique qu'il convient de parler. Une telle révolution n'est pas l'expression des caprices de Najat Vallaud-Belkacem hier ou de Marlène Schiappa aujourd'hui. Elle plonge ses racines dans les œuvres de théoriciens américains (…)

La ligne de combat est triple : le genre, qu'il s'agit de substituer au sexe ; l'animal, qu'on entend rendre égal à l'homme ; et la mort, qui serait transformée en événement technique. Trois intellectuels (deux américains et un australien) inspirent ces batailles : Judith Butler, Donna Haraway et Peter Singer.

Leurs livres sont pour le moins pittoresques. Dans les trois cas, l'affaire revient à expulser l'humanisme - qui suppose une différence ontologique entre les sexes, entre l'homme et les animaux, entre la vie et la mort - de la culture. L'humanisme est l'attitude d'esprit qui extrait l'homme du reste de l'univers, lui conférant par ce geste sa dignité, c'est-à-dire, au sens propre, son rang. Les courants de pensée et d'action issus de nos trois auteurs jettent aux orties cet humanisme et cette dignité.

Puisqu'il n'y a ni insularité ni privilège de l'homme dans l'univers, toutes les frontières sont appelées à être détruites. Ces courants prétendent en finir avec les différences imposées par la biologie et par la culture. Poussant la logique du genre jusqu'à son terme, la théorie « queer » suppose que l'on peut choisir son sexe et en changer à tout moment de sa vie. La négation de la différence entre les sexes s'articule à celle de la différence entre hommes et bêtes. Racontant son histoire torride d'amour physique avec sa chienne, Donna Haraway se fait, avec un véritable esprit de sérieux, grande prêtresse de la zoophilie. L'effacement des frontières entraîne également une justification de la pédophilie. Aux yeux de Singer, « les attitudes envers la pédophilie ou la zoophilie ne sont en rien différentes des attitudes anciennes à l'égard de l'homosexualité». Bref, ces tabous, liés aux monothéismes et aux découpages arbitraires de la réalité, seraient destinés à passer aux oubliettes.

Père de l'antispécisme, le philosophe australien utilitariste Singer se fait également le propagandiste de l'infanticide sur la base de la supériorité de certaines vies sur d'autres. Pour lui, la vie d'un chien en bonne santé aurait plus de valeur que celle d'un enfant handicapé ou qui rendrait difficile la vie de ses parents; d'où il serait pour cet auteur criminel de tuer ce chien et innocent de tuer cet enfant. L’antispécisme et la zoolâtrie conduisent à une préférence animale dans certaines situations. La notion de « qualité de la vie », utilisée pour justifier l'infanticide mais aussi l'élimination des personnes handicapées, voire improductives ou gênantes, déclasse le vieil héritage civilisationnel venu de l'Ancien Testament, honni par cette « philosophie devenue folle » : la vie comme essence absolue et sacrée.

Ici se révèle le cœur de ce dispositif : mener la guerre contre les essences, ces entités conceptuelles stables (l'homme, la femme, l'animal, la mort). Le mot « essentialisme » est devenu dans les débats de société - à l'image d'un autre, « populisme » - une accusation destinée à discréditer son interlocuteur, à l'éliminer de la conversation en faisant peser sur lui un double soupçon, celui de la bêtise et celui de la réaction.

En réalité, tout ce qui est humain n'existe qu'à l'intérieur de frontières qui délimitent ce que Pascal nommait la dignité - au sens propre : ce qui sépare - de l'homme. La guerre contre les essences et les frontières conceptuelles est une subversion destinée à mettre à bas l'humanité de l'homme.

Pareille folie est contagieuse. (Ces intellectuels américains sont les) inspirateurs de nombreuses réformes sociétales, de maints mouvements d'illimitation des droits, de l'état d'esprit d'une partie de notre société (…).Le langage quotidien lui-même est affecté par ces courants de pensée. On retrouve une partie du vocabulaire issu de cette galaxie intellectuelle chez nos gouvernants, quelques universitaires et de nombreux journalistes, ainsi que dans le néoféminisme, le véganisme et l'antispécisme. Or adopter un vocabulaire, c'est, parfois inconsciemment, soutenir un projet. (dans Le Figaro du 24 septembre 2018)

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2018 3 26 /09 /septembre /2018 09:44
Partager cet article
Repost0
26 septembre 2018 3 26 /09 /septembre /2018 08:52
Partager cet article
Repost0
26 septembre 2018 3 26 /09 /septembre /2018 08:32

Très attendu, l’avis du CCNE dévoilé ce 25 septembre est favorable à l’extension de la PMA à toutes les femmes. Mais il est également favorable, par exemple, à la recherche sur les embryons surnuméraires. Des propos qui n’ont pas manqué de faire réagir sur les réseaux sociaux. 

(...)

Ces réflexions n’ont pas manqué de faire réagir sur les réseaux sociaux. Du côté des associations, la fondation Jérôme Lejeune demande aux parlementaires « de ne pas faire le jeu de l’industrie procréative et des laboratoires pharmaceutiques qui sont dans une logique de marchandisation de l’être humain. C’est le véritable enjeu, masqué par les débats sociétaux, de cette loi de bioéthique ». Sur Twitter, Alliance VITA appelle, « face au vide éthique », à une « mobilisation générale pour l’enfant ».

(...)

la suite sur  Aleteila...

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2018 3 26 /09 /septembre /2018 08:21

C'est ICI             

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2018 2 25 /09 /septembre /2018 08:17
Partager cet article
Repost0
23 septembre 2018 7 23 /09 /septembre /2018 11:22

 

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2018 7 23 /09 /septembre /2018 09:11
Partager cet article
Repost0
22 septembre 2018 6 22 /09 /septembre /2018 09:51

 

retrouvé dans des archives...

 

La PNL en question

Par cet article (2009), nous entamons une étude critique de la PNL que nous avons annoncée depuis maintenant deux ans. Nous reproduisons ci-après des remarques de Fulcran de Berge auxquelles nous avons d’ailleurs collaboré en ajoutant les remarques de Antoine-Marie Paganelli et de Michel Tougne .

 

Présentation de la PNL

La programmation neuro-linguistique (PNL) se donne pour être un ensemble d’outils heuristiques permettant une découverte de soi et des autres. C’est aussi un ensemble de techniques destinées au développement de soi. C’est enfin un ensemble de modèles et de techniques destinées à améliorer la communication entre individus.

Pourquoi nous intéresser à la PNL ? Parce que sa démarche recoupe l’objet d’étude de l’Icres, qui, nous le rappelons, s’intéresse aux causes de la déchristianisation. C’est pourquoi nous étudions les présentations du sujet humain propre à cette discipline et nous les rapprochons de la conception chrétienne d’un homme devant mener une vie morale normale (i.e. chercher le bien, éviter le mal). Nous examinons les méthodes de relations préconisées afin d’évaluer en quoi elles permettent d’établir des liens sociaux authentiques. Enfin, nous sommes attentifs au langage scientifique et très éclectique de cette théorie, car c’est de son caractère scientifique ou non que dépendra sa crédibilité. C’est d’ailleurs par cet aspect que nous commençons l’étude

Scientifique ou pas ?

La PNL se présente habituellement entourée de fortes références scientifiques. Un néophyte pourra légitimement s’en trouver impressionné, voire à priori convaincu. Il faut dire que les tenants de la PNL ne lésinent pas en se réclamant des sciences qu’ils convoquent :

programmation en référence tantôt à la cybernétique appliquée aux sciences humaines, tantôt au béhaviourisme, tantôt à la sociologie voire à la psychanalyse par laquelle on explique l’intériorisation inconsciente de comportements construits ;

neuro : en référence aux nombreuses neurosciences ;

linguistique : en référence aux travaux de linguistes, comme la grammaire transformationnelle de Noam Chomsky, mais aussi à la sémiologie, à la sémantique générale de Korzybski, et sans doute à la symbolique de Carl Jung.

Il s’agit en fait du travail de deux auteurs Richard Bandler et John Grinder, l’un mathématicien spécialisé en intelligence artificielle, devenu psychologue, l’autre linguiste. Leur ouvrage fondateur : « The Structure of Magic » 1975-1976, résume bien l’ambition des deux personnages : comment regrouper toutes ces théories, tous ces domaines scientifiques pour en faire un corps de théorie unifié ? Tout finit par se fondre dans les notions d’utilité, d’efficacité, et de ‘ce qui fait sens’. Pour ces deux auteurs, nos croyances (et non le réel) motivent nos actions. Ce sont elles qui enchantent le monde. (Vie psychique symbolique) et non la connaissance. La perception des obligations morales, (la responsabilité de l’individu) est noyée dans la vie symbolique. Nos croyances engendrent la magie de nos représentations, structurent nos comportement et nous font vivre…de l’irréel.

Découvrons plus avant la nature de la pensée développée par ces deux auteurs : leurs références scientifiques, le statut qu’il accordent à l’expérience et à l’observation, les principes qu’ils invoquent, pour interpréter les comportements. Observons également la relation qu’ils établissent entre ces principes et les faits d’expérience.

 Pillage d’aveugles ignorants.

Référons-nous à la présentation que donne l’Institut de Formation PNL :

« Leur objectif n'est pas de développer une théorie, il en existe déjà de nombreuses, mais plutôt de créer un modèle efficace.

Ils ont donc commencé par observer, écouter et toucher du doigt les comportements, les stratégies, les procédés utilisés par ceux pour qui la communication est un phénomène facile à mettre en oeuvre, de naturel, d'automatique. Ils se sont attachés davantage au comment plutôt qu'à la théorie de laquelle ils se réclament ou à tout ce qu'ils pouvaient dire.

C'est ainsi qu'ils sont allés observer des thérapeutes tels Virginia Satir (thérapies familiales), Fritz Perls (fondateur de la Gestalt thérapie), Milton Erickson, thérapeute hors du commun, père des thérapies brèves (ndla : praticien de l’hypnose), mort en 1980 est celui chez qui ils ont certainement le plus emprunté, et bien d'autres encore, professionnels de la communication venant d'horizons tels que le management et la pédagogie.

Ils se sont finalement rendu compte, au bout de ces nombreuses observations, qu'ils avaient vu juste et que ces personnes, souvent à leur insu, utilisaient des stratégies, des comportements identiques et donc reproductibles à volonté. Observer d'abord, mettre à l'épreuve ensuite, puis seulement après créer un modèle qui synthétise leurs observations, telle fut leur démarche. Elle donna naissance à de nombreux outils, techniques et procédures de travail pragmatiques et utilisables instantanément. »

Le texte est intéressant par son incohérence même. Comment ont-ils pu se rendre compte qu’ils avaient vu juste, si l’observation venait en premier, et si le modèle venait en dernier ? Est-ce ‘voir juste’ de se dire a priori qu’on pourra reproduire des méthodes sans faire références aux théories qui les ont permises ? Et surtout, est-ce mettre en premier l’observation que d’avoir de tels a priori ? Il s’agit tout au plus d’un pillage d’ignorants qui entendent bien le rester.

 Mutilation du réel

 John Grinder et Richard Bandler nous expliquent eux-mêmes : «Nous nous considérons comme des créateurs de modèles … Nous n’avons pas d’idées à propos de la nature réelle des choses. Et cela ne nous intéresse pas particulièrement. La fonction d’un modèle est d’arriver à une description qui soit utile. Nous n’avons rien de vrai à vous offrir, seulement des outils pratiques.»

On ne peut dire plus clairement que la connaissance du sujet humain ne les intéresse pas. 

 

La suite...

 

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2018 5 21 /09 /septembre /2018 13:42

 

Michel de Penfentenyo vient de rendre son âme à Dieu.

L'occasion de lire ou relire deux ouvrages.

 

Les VIe et VIIe siècle présentent de fortes similitudes avec notre fin de deuxième millénaire. Au début du Ve siècle, la barbarie avait tout bouleversé. Quatre cent ans de romanité chrétienne semblait s’effondrer dans le chaos social, la violence et l’impudicité. Les Mérovingiens s’épuisaient dans leurs rivalités dynastiques et la guerre civile.
C’est pourtant sous leurs règne qu’a débuté notre enfance national.
Le haut Moyen Âge  a commencé au Ve siècle. Il occupera, jusqu’au XIIe siècle de notre Histoire, sept cents ans qui ont façonné les fondements de la civilisation française. Ils ont été l’adolescence de notre personnalité historique, le première élan de notre culture et de notre vitalité, l’adolescence aussi de notre vocation politique et religieuse…

****

 

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2018 5 21 /09 /septembre /2018 12:24

Élections européennes 2019 : les éléments de langage des médias français

 

  Élections européennes 2019 : les éléments de langage des médias français

La campagne pour les élections européennes est déjà lancée. Ce ne sont pas seulement les politiciens qui ont donné le top départ, ce sont aussi les médias mainstream. Beaucoup d’entre eux en ont défini les enjeux et les challengers. Ils utilisent par ailleurs dans de nombreux débats, tribunes et articles des argumentaires identiques à ceux des partis politiques qui ont leur préférence. Nous passons en revue les éléments de langage utilisés pour les différents thèmes.

  • « l’immigration va être le thème central des élections européennes »

Dès le 5 juillet, Le Monde nous prévenait : « les migrants, (seront le) thème déjà central des élections européennes ». À l’unisson, France Info affirme que « les élections européennes de mai 2019 s'annoncent tendues, avec l'immigration comme thème majeur ». Selon L’Obs, le sujet des migrants est littéralement devenu explosif avec la série d’élections dans plusieurs pays européens depuis dix-huit mois ». Pour Challenges, « les critiques virulentes contre la politique d'Angela Merkel vis-à-vis des réfugiés ont permis aux mouvements d'extrême-droite à travers l'Europe de gonfler leurs rangs, au point d'espérer rafler la victoire au scrutin du printemps prochain ».

Pourtant, le 28 mai, Ouest-France nous informait que selon un sondage réalisé pour LCP-Assemblée nationale, « la lutte contre le terrorisme (47%) et limmigration (41%) sont les sujets mis en avant par les sondés loin devant lemploi (24%) ». On ne saura pas pourquoi certains journalistes évacuent le thème de la lutte contre le terrorisme aussi rapidement, alors que cet objectif lui aussi semble être important pour de nombreux français.

  • « Il y aura deux camps : les « populistes » et les « progressistes »

... la suite sur le site de l'OJIM...

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2018 4 20 /09 /septembre /2018 19:05
Partager cet article
Repost0
20 septembre 2018 4 20 /09 /septembre /2018 07:36

 

Son dernier grand entretien

 

Jean Piat et Jean-Luc Jenner sur KTO

 

LAGARDERE

 

Les Rois Maudits

 

Vous aurez la suite si vous êtes abonnés à la Newsletter... :)

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2018 3 19 /09 /septembre /2018 18:10

D'Alfred de MUSSET, avec entre autres Jean PIAT

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2018 3 19 /09 /septembre /2018 08:50

     

    Mort de Jean Piat, figure du théâtre français
     
    Le comédien s'est éteint mardi soir à Paris. Homme de théâtre connu du grand public pour son rôle dans le feuilleton télévisé «Les Rois maudits», il a consacré sa vie au théâtre. Jean Piat aurait eu 94 ans dimanche.
     

    DISPARITION - Comédien charismatique dans un répertoire riche de vingt-cinq ans de Comédie-Française, il s'est éteint mardi soir à l'âge de 93 ans.

    «J'ai été comblé, j'étais né pour être comédien», répétait volontiers Jean Piat qui avait raconté sa riche vie, début 2016, au théâtre des Bouffes parisiens dans Pièces d'identité, un spectacle de son cru sous la direction de Stéphane Hillel. L'acteur au beau regard bleu célébrait alors ses 73 ans de carrière en évoquant les auteurs qu'il avait servis. Outre Françoise Dorin, sa compagne, Beaumarchais, La Fontaine ou Guitry, ancien «cancre» comme lui. Au même moment, il sortait chez Flammarion un livre au titre malicieux: «Et...vous jouez encore!». «Je ne sais pas quoi faire d'autre...», glissait-il en souriant.

    Jean Piat en Robert d'Artois, l'écarlate baron des «Rois maudits».

    » LIRE AUSSI - Jean Piat, le feu sous la glace

    Sur la scène de la Comédie-Française, il a été le Cyrano de Bergerac d'une génération, et pour le petit écran Robert d'Artois, l'écarlate baron des Rois maudits. Deux rôles qui ont donné ses lettres de noblesse à ce comédien à la séduction naturelle. Bretteur émérite capable de redonner du souffle à la moindre épopée, il a accumulé les rôles de charmeur espiègle et bondissant.

    Né le 23 septembre 1924, à Lannoy, dans le Nord, il se souvient d'une réplique dite à l'école de Hem, à l'âge de 4 ans sur une scène, encouragé par sa famille. «Je ne me suis pas dit: “Je vais faire du théâtre. Mon père m'avait conseillé de faire quelque chose de sérieux comme fonctionnaire…». Élève du lycée Janson-de-Sailly à Paris, il se lie d'amitié avec Alain Decaux qui fréquente le même lycée et lui propose de le rejoindre pour jouer Knock à la salle des fêtes du lycée. Jean Piat a 17 ans et joue au football. À 20 ans, il rejoint les tournées Baret et prépare son entrée au Conservatoire d'art dramatique. Il est admis en octobre 1944, dans la classe de Béatrix Dussane, sa «seconde mère», avec laquelle il travaille les emplois de premier comique, de grands valets comme on disait à l'époque. «J'ai signé mon premier contrat à 18 ou 19 ans, c'était pour Le Monsieur de cinq heures, une pièce de boulevard de Maurice Hennequin. Je jouais un barman dans le premier acte et un flic dans le second!»

    La suite de l'article de Nathalie Simon (dont vidéos)

    Jean Piat est souvent sur Petrus Angel ... 

    Le comédien au beau regard bleu aura régné sur la Comédie-Française pendant 25 ans.

    Partager cet article
    Repost0
    18 septembre 2018 2 18 /09 /septembre /2018 12:26

     

    L’image contient peut-être : plein air

    Pour trouver un emploi, "je traverse la rue et je vous en trouve" 

    (Emmanuel Macron, Président de la République française, 15 septembre 2018)

    Partager cet article
    Repost0
    16 septembre 2018 7 16 /09 /septembre /2018 08:37

     

    Les catacombes de Saint-Callixte. Sur la partie supérieure de la paroi, on voit les figures des Saints Corneille, Pape, et Cyprien, Évêque de Carthage (martyr de la persécution de Valérien en 258).
    Les quatre figures ont la tête auréolée; elles sont vêtues d'habits pontificaux et portent de la main gauche un livre orné de pierres précieuses (l'Évangile). 
    Cette reproduction se situe à l'église Saint Corneille à Hem (Nord) dans la chapelle de droite au pied de la statue du Saint.

    Source

    Partager cet article
    Repost0
    8 septembre 2018 6 08 /09 /septembre /2018 11:20

     

    Un homme est retrouvé près d'une gare peu après la fin de la première guerre mondiale. Il est devenu amnésique, comme tant d'autres ayant vécu ces combats. Avec l'aide de diverses institutions, des recherches sont entreprises des années durant pour retrouver les familles d'appartenance. 
    Le Voyageur sans bagage est l'histoire de l'un de ces hommes, Gaston. Confronté à son passé, il comprend qu'il n'est pas celui qu'il pensait être. 
    Peut-on vivre sans son passé ? Peut-on le reconstruire ? Peut-on le refuser ? Peut-on en construire un nouveau de toutes pièces ? 
    L'amnésie de Gaston sert avant tout à Jean Anouilh de ressort dramatique pour déployer une réflexion critique sur l'identité, la famille et la société. 
    La pièce fut un grand succès dès sa création au théâtre des Mathurins le 16 février 1937.

    Au Théatre de Ménilmontant à Paris, du 12 au 16 septembre.

    Une adaptation télévisée -avec Jacques Gamblin- a été diffusée en 2004. 

    Petrus Angel la cherche... 

    Partager cet article
    Repost0
    8 septembre 2018 6 08 /09 /septembre /2018 09:27

     

    Généalogie de Jésus-Christ, fils de David, fils d'Abraham.

    Abraham engendra Isaac ; Isaac engendra Jacob ; Jacob engendra Juda et ses frères ;

    Juda, de Thamar, engendra Pharès et Zara ; Pharès engendra Esrom ; Esrom engendra Aram ;

    Aram engendra Aminadab ; Aminadab engendra Naasson ; Naasson engendra Salmon ;

    Salmon, de Rahab, engendra Booz ; Booz, de Ruth, engendra Obed ; Obed engendra Jessé ;

    Jessé engendra le roi David. David engendra Salomon de la femme d'Urie ;

    Salomon engendra Roboam ; Roboam engendra Abia ; Abia engendra Asa ;

    Asa engendra Josaphat ; Josaphat engendra Joram ; Joram engendra Ozias ;

    Ozias engendra Joatham ; Joatham engendra Achaz ; Achaz engendra Ezéchias ;

    Ezéchias engendra Manassé ; Manassé engendra Amon ; Amon engendra Josias ;

    Josias engendra Jéchonias et ses frères, au temps de la déportation à Babylone.

    Après la déportation à Babylone, Jéchonias engendra Salathiel ; Salatheil engendra Zorobabel ;

    Zorobabel engendra Abioud ; Abioud engendra Eliacim ; Eliacim engendra Azor ;

    Azor engendra Sadoc ; Sadoc engendra Achim ; Achim engendra Elioud ;

    Elioud engendra Eléazar ; Eléazar engendra Matthan ; Matthan engendra Jacob ;

    Jacob engendra Joseph l'époux de Marie, de laquelle est né Jésus, qu'on appelle Christ.

     

    Extrait de la Bible catholique traduite par le chanoine Crampon

    Aujourd'hui se lève l'aurore du salut

    Partager cet article
    Repost0