Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

22 janvier 2022 6 22 /01 /janvier /2022 10:12

Merci à EVR qui a repéré cet article 

Avec le passe vaccinale adopté par le parlement le 16 janvier dernier, l’Etat continue à grignoter nos libertés quotidiennes. Il faut oser se dire que ce point de vue n’est pas partagé par la majorité des Français qui fait confiance au gouvernement et accepte tout de l’Etat-nounou qui la protège. Et pourtant, comment ne pas voir dans ce contrôle numérique l’engrenage d’une notation des citoyens comme cela se fait en Chine. C’est ce qu’argumente Cyrille Dalmont, diplômé de droit public et chercheur associé à l’Institut Thomas More dans l’article ci-dessous .

Les «bons citoyens» avec un schéma vaccinal complet et les «mauvais citoyens», ceux qui ont un schéma vaccinal incomplet ou qui ne sont pas vaccinés. Il avait suffi de moins de quatorze mois pour passer d’une simple application de suivi de l’épidémie StopCovid (facultative et basée sur le volontariat) à un passe sanitaire, obligatoire de fait, et nécessaire à l’exercice de plusieurs de nos libertés fondamentales théoriquement inaliénables et constitutionnellement garanties: liberté d’aller et venir, droit à la vie privée et à l’intimité, droit à l’emploi (liberté du travail), liberté d’entreprendre (liberté du commerce et de l’industrie), liberté d’association, liberté de réunion. Et six mois de plus auront suffi pour franchir l’étape suivante nous conduisant à l’instauration de ce qui ressemble de plus en plus au système de «crédit social» chinois.

D’aucuns jugeront cette affirmation excessive et polémique. Partons des faits. Le désormais très connu système de «crédit social», fer de lance de la techno-dictature chinoise, a connu un parcours étrangement similaire à celui du passe vaccinal français. Initialement, ce que Pékin présente comme un «système de confiance en la société», qui a pris forme dans les années 2000, visait à la notation des entreprises chinoises pour permettre de faciliter les investissements étrangers et absolument pas au traçage des citoyens, ni au contrôle social des populations. Toujours dans une logique de protection de la société et des investissements, le système a évolué vers l’idée d’une évaluation de la solvabilité des citoyens et des entreprises chinoises.

Le Conseil des affaires de l’État de la République populaire de Chine a ensuite lancé un schéma de programmation et de «sensibilisation à l’intégrité et à la crédibilité au sein de la société» (2014-2020) pour finalement aboutir à quatre objectifs: «l’honnêteté dans les affaires du gouvernement», «l’intégrité commerciale», «l’intégrité sociétale» et «une justice crédible».

Toute la logique du «crédit social» repose donc sur un scoring (une évaluation chiffrée en temps réel permettant d’attribuer à chaque citoyen une note sociale) des citoyens chinois et des entreprises (chinoises et étrangères). Ce scoring comportemental repose sur le respect par les citoyens des règles imposées par le gouvernement chinois (la démonstration de votre adoration pour Xi Jinping peut également vous faire gagner quelques points) et permet donc de catégoriser les citoyens: les «bons citoyens» et les «mauvais citoyens».

La clé du système est que les «mauvais citoyens» sont tenus pour responsables de la mise en place des mesures restrictives de libertés, de traçage de la population et d’autorisation préalable engendrées par la mise en place du « crédit social» afin de protéger les «bons citoyens». Cette logique du bouc émissaire a permis la mise en place de la phase suivante visant à différencier les droits de ces deux catégories de citoyens en fonction de leur note sociale.

Les mauvais citoyens ont alors vu leurs libertés restreintes puisque, en fonction de leur note, ils ne pouvaient plus voyager, avoir accès au crédit, à certains logements, à certains métiers, à certains loisirs. Ils ont été peu à peu mis au ban de la société. Devenant infréquentables, ils sont frappés de mort sociale (lorsque vous appelez au téléphone quelqu’un de mal noté, vous êtes prévenu de son statut par un message vocal).

Les «bons citoyens», quant à eux, peuvent pratiquer les activités quotidiennes interdites aux «mauvais citoyens» mais n’en demeurent pas moins fichés et tracés par le système qui leur fournit une dose de rappel quotidienne de leur note sociale, au cas où ils seraient tentés de désobéir ou de vouloir fréquenter un «mauvais citoyen».

Il semble inutile de filer plus loin l’analogie pour comprendre que les ressorts psychologiques conduisant à la mise en place du passe vaccinal sont les mêmes que ceux ayant conduit à la mise en place du «crédit social» et que la méthodologie pour l’imposer est analogue: à savoir un grignotage ininterrompu des libertés de tous par la mise en place d’outils toujours plus intrusifs, grignotage justifié par l’irresponsabilité du «mauvais citoyens».

Pour revenir en France, il faut rappeler que (…) dès l’origine de la stratégie gouvernementale contre le Covid-19, (…) Mounir Mahjoubi, député (LREM) de Paris, ancien président du Conseil national du numérique et ancien secrétaire d’État chargé du Numérique, avait présenté un plan d’action très complet en avril 2020 dans une note parlementaire intitulée «Traçage des données mobiles dans la lutte contre le Covid-19» qui assumait pleinement la filiation chinoise de ce projet.(…)

Nos contradicteurs ne veulent en effet pas voir ce qui pourtant hélas saute aux yeux: nos sociétés occidentales semblent prêtes à la bascule. Le raz-de-marée de la cancel culture, dans son intolérance, (…), dans sa passion accusatrice et justicière, en témoigne assez. De même que la logique de fonctionnement des réseaux sociaux, qui isolent les individus dans des groupes de pensés antagonistes (…). Ils rendent, pour leurs utilisateurs claquemurés dans une forteresse de certitudes où l’autre devient l’ennemi, tout débat d’idées impossible, et souvent inutile. La conjugaison de ces deux phénomènes a déjà habitué de larges pans de la population à l’acceptation de la logique du bouc émissaire et de la notation sociale.

En outre, la lente agonie de notre État de droit, liée (…) au déséquilibre institutionnel allant grandissant, faisant passer notre régime présidentiel à un régime présidentialiste (avec une hyperconcentration des pouvoirs entre les mains de l’exécutif), et à la neutralisation des contre-pouvoirs en raison des états d’urgence successifs (terroristes et sanitaires) risque d’imposer l’idée que les libertés ne sont qu’une variable d’ajustement face à la volonté gouvernementale d’imposer un système de «crédit social» à la française. 

Dans Le Figaro du 18 janvier 2022

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2022 5 21 /01 /janvier /2022 08:55

Ce vendredi à 10h30 !

« Je suis né sous le signe de la cécité. J’ai apprivoisé mon néant visuel inné comme une absence de manque, mais la cécité m’a désincarné. J’ai taquiné les lettres comme on essaie de prendre chair, en ne cessant de poursuivre le livre total. L’autre face de mon activité artistique est l’orgue liturgique, comme une diaconie musicale. »  Julien Weinzaepflen

Pour ceux qui voudraient retrouver ou découvrir in situ Julien Weinzaepflen , il est ce matin l'invité de l'émission "Promenades et flâneries aux domaines de poésie" sur "Radio courtoisie" pour un dialogue poétique avec Pascal Payen-Appenzeller, autour de son livre récemment paru "Apologie d'une intériorité".

L'émission sera primo-diffusée ce vendredi à 10h30, rediffusée le lendemain, samedi 22 janvier de 6h à 7h, puis lundi 24 janvier de 14h à 15h.

Elle devrait être podcastable sur le site de la radio dès samedi, gratuitement pendant quelques jours, puis moyennant une cotisation annuelle de 5€. 


               

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2022 4 20 /01 /janvier /2022 12:29

 

L'idéal, c'est de voir les pièces de théâtre … au théâtre.

Mais si on est loin des théâtres, peu mobile, peu argenté, pas du soir, ou qu'on n'a pas de laisser-passer, on trouvera son bonheur sur Internet qui est un puit sans fond.

On y trouvera par exemple gratuitement :

A vos commentaires et suggestions ! Vous pouvez faire suivre à vos amis … Merci !

Les abonnés au blog (une adresse suffit) seront informés très vite d'autres richesses !...

 

 

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2022 4 20 /01 /janvier /2022 11:05

 

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2022 7 16 /01 /janvier /2022 20:14

Évangile selon saint Jean 2,1-11.

En ce temps-là, il y eut des noces à Cana de Galilée, et la mère de Jésus était là.
Jésus fut aussi convié aux noces avec ses disciples.
Le vin étant venu à manquer, la mère de Jésus lui dit : "Ils n'ont plus de vin."
Jésus lui répondit : "Femme, qu'est-ce que cela pour moi et pour vous ? Mon heure n'est pas encore venue."
Sa mère dit aux serviteurs : "Faites tout ce qu'il vous dira."
Or, il y avait là six urnes de pierre destinées aux ablutions des Juifs et contenant chacune deux ou trois mesures.
Jésus leur dit : "Remplissez d'eau ces urnes." Et ils les remplirent jusqu'au haut.
Et il leur dit : "Puisez maintenant, et portez-en au maître du festin". Et ils en portèrent.
Dès que le maître du festin eut goûté l'eau changée en vin (il ne savait pas d'où venait ce vin, mais les serviteurs qui avaient puisé l'eau le savaient), il interpella l'époux et lui dit :
"Tout homme sert d'abord le bon vin, et après qu'on a bu abondamment, le moins bon ; mais toi, tu as gardé le bon jusqu'à ce moment."

Tel fut, à Cana de Galilée, le premier des miracles que fit Jésus, et il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui.

Extrait de la Bible catholique traduite par le chanoine Crampon

Mais où sont les mariés?

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2022 6 15 /01 /janvier /2022 10:16

 

Dimanche 16 janvier 2022, aura lieu à Paris la Marche pour la vie annuelle.

Son thème est imposé par l’actualité, principalement l’extension du délai légal d’avortement à 14 semaines en cours d’examen au Parlement. L’Assemblée nationale a adopté dans la nuit du mardi 30 novembre, cette proposition de loi. Le combat continue. Le seul espoir est désormais chez les sénateurs qui doivent examiner le texte en deuxième lecture avant le 28 février 2022, fin de la session parlementaire. Mais les marcheurs ne manqueront toutefois pas de rappeler qu’une vie n’en est pas moins humaine à sa conception, qu’à 14 semaines : il n’y a pas de hiérarchie des valeurs dans la biologie.

Voici trois textes du Pape François qui rappellent les notions fondamentales sur le sujet.

  • D’où naissent au fond la violence et le refus de la vie? De la peur. L’accueil de l’autre, en effet, est un défi à l’individualisme. Pensons, par exemple, au moment où l’on découvre qu’une vie naissante est porteuse d’un handicap, même grave. Les parents, dans ces cas dramatiques, ont besoin de vraie proximité, de vraie solidarité, pour affronter la réalité en surmontant les peurs compréhensibles. En revanche, ils reçoivent souvent les conseils hâtifs d’interrompre la grossesse, mais c’est une façon de dire: «interrompre la grossesse» signifie «supprimer quelqu’un», directement.(…)

Qu’est-ce qui conduit l’homme à refuser la vie? Ce sont les idoles de ce monde: l’argent — il vaut mieux supprimer celui-là, parce qu’il coûtera cher —, le pouvoir, le succès. Ce sont des paramètres erronés pour évaluer la vie. L’unique mesure authentique de la vie, quelle est-elle? C’est l’amour, l’amour avec lequel Dieu l’aime! L’amour avec lequel Dieu aime la vie: telle est la mesure. L’amour avec lequel Dieu aime chaque vie humaine.(…)

Le secret de la vie nous est révélé par la manière dont l’a traitée le Fils de Dieu qui s’est fait homme jusqu’à assumer, sur la croix, le rejet, la faiblesse, la pauvreté et la douleur (cf. Jn 13, 1) 

(Audience générale du mercredi 10 octobre 2018)

 

  • Aucun être humain ne saurait jamais être qualifié d’incompatible avec la vie, ni à cause de son âge, ni à cause de sa santé, ni à cause de la qualité de son existence. Chaque enfant qui s’annonce dans le sein d’une femme est un don qui change l’histoire d’une famille : d’un père et d’une mère, des grands-parents et des frères et sœurs. Et cet enfant a besoin d’être accueilli, aimé et soigné. Toujours ! (…)

Lorsqu’une femme découvre qu’elle attend un enfant, un sentiment de mystère profond l’envahit immédiatement. Les femmes qui sont mères le savent. La conscience d’une présence, qui grandit en elle, imprègne tout son être, faisant d’elle non seulement une femme mais aussi une mère. Dès le début, un dialogue intense s’établit entre elle et l’enfant : c’est ce que la science appelle le cross-talk, une relation réelle et intense entre deux êtres humains qui communiquent entre eux dès les premiers instants de la conception pour permettre l’adaptation mutuelle, au fur et à mesure que l’enfant grandit et se développe.(…)

On entend parfois : “Vous les catholiques, vous n’acceptez pas l’avortement, c’est le problème de votre foi”. Non, c’est un problème pré-religieux. La foi n’intervient pas. Elle vient après, mais elle n’intervient pas : c’est un problème humain. C’est un problème pré-religieux. Ne faisons pas porter à la foi une chose qui n’est pas de son ressort au départ. C’est un problème humain. Deux phrases seulement nous aideront à bien comprendre cela : deux questions. Première question : est-il licite d’éliminer une vie humaine pour résoudre un problème ? Seconde question : est-il licite de louer les services d’un tueur à gage pour résoudre un problème ? A vous de répondre. C’est la question. Ne pas entrer dans le religieux à propos d’une chose qui regarde l’humain. Ce n’est pas licite. Ne jamais, jamais éliminer une vie humaine ni louer les services d’un tueur à gage pour résoudre un problème.

L’avortement n’est jamais la réponse que les femmes et les familles recherchent. C’est plutôt la peur de la maladie et la solitude qui poussent les parents à hésiter. Les difficultés pratiques, humaines et spirituelles sont indéniables, (…) Il est donc nécessaire de créer des espaces, des lieux et des “réseaux d’amour” vers lesquels les couples peuvent se tourner, mais aussi de consacrer du temps à accompagner ces familles. J’ai en tête une histoire que j’ai connue dans mon ancien diocèse. C’était une jeune fille (atteinte du syndrome de) down de 15 ans qui est tombée enceinte, et les parents étaient allés au tribunal pour demander l’autorisation d’avorter. Le juge, un homme droit et sérieux, a étudié la chose et a dit : “je veux interroger l’enfant”. “Mais elle est « down », elle ne comprend pas…” “Non, non, qu’elle vienne”. La jeune fille de 15 ans est allée, elle s’est assise, elle a commencé à parler au juge qui lui a dit : “Mais sais-tu ce qui t’arrive ? ” “Oui, je suis malade”. “Ah, et elle est comment ta maladie ? ” “On m’a dit que j’avais à l’intérieur un animal qui me mange l’estomac, et c’est pourquoi je dois subir une intervention”. “Non… tu n’as pas un vers qui te mange l’estomac. Tu sais ce que tu as ? Un enfant ! ” Et la fille « down » a fait : “Oh que c’est beau ! ” comme ça ! Avec cela, le juge n’a pas autorisé l’avortement. La maman le veut. Les années sont passées. Une fille est née. Elle a étudié, elle a grandi, elle est devenue avocate. Cette jeune fille, à partir du moment où elle a compris son histoire, car on la lui a racontée, chaque jour de son anniversaire, elle appelait le juge pour le remercier du don de la naissance. Les choses de la vie. Le juge est mort et maintenant elle est devenue promoteur de justice. Mais quelle belle chose ! L’avortement n’est jamais la réponse que cherchent les femmes et les familles. 

(Discours aux participants à la conférence « Yes To Life », le samedi 25 mai 2019)

 

  • L’avortement est plus qu’un problème, l’avortement est un homicide. L’avortement... sans détour : celui qui pratique un avortement tue. Prenez n'importe quel livre d’embryologie, ceux qu’étudient les étudiants en médecine. La troisième semaine après la conception, la troisième semaine, souvent avant même que la mère ne s’aperçoive qu’elle est enceinte, tous les organes sont déjà là, tous, aussi l’ADN... N’est-ce pas une personne? C’est une vie humaine, point ! Et cette vie humaine doit être respectée. (…) Je pose la question: est-il juste de l’éliminer pour résoudre un problème? C’est pour cela que l’Eglise est si dure sur cette question, car si elle accepte cela, c’est comme si elle acceptait l’homicide au quotidien. 

(Conférence de presse au cours du vol de retour du voyage en Hongrie et Slovaquie, le 15 septembre 2021)

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2022 4 13 /01 /janvier /2022 21:57

 

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2022 3 12 /01 /janvier /2022 18:23

 

En 1963, son roman Les Briques raconte les derniers jours de la "révolution hongroise".

Selon certaines sources, Batori participa, à Budapest, à un groupe d'écrivains d'avant-garde. Il subit l'écrasement de la révolution de 1956. Il se réfugie alors à Paris. Il fréquente les milieux d'intellectuels émigrés des pays de l'Est et publie, en 1963, Les Briques, roman des derniers jours de la révolution. Ce roman aura un retentissement important.

Après avoir publié dans les revues de l’émigration hongroise et fait traduire certains de ses romans en français, il écrit dans cette langue la suite de son œuvre, pour laquelle il reçoit en 1965 le Grand Prix catholique de littérature. Peu après cette époque, il fut engagé pour seconder le P. Christian de Chergé, qui devint célèbre plus tard, à la direction d'un collège-lycée parisien, où il resta quelques années. Son milieu d'émigration fut celui du catholicisme romain.

De son oeuvre, nous n'avons trouvé que des romans. Initialement, il écrivait en hongrois et était ensuite traduit en français. Plus tard, il écrivit directement en français. Plusieurs de ses romans furent traduits en anglais, espagnol et néerlandais. 

Les Briques est recensé parmi les 25 ouvrages mondiaux recommandés dans Le Nouvel Observateur du 23 mars 1984.

D'après un article lu ICI.

 

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2022 3 12 /01 /janvier /2022 18:19
Partager cet article
Repost0
12 janvier 2022 3 12 /01 /janvier /2022 10:34
Partager cet article
Repost0
12 janvier 2022 3 12 /01 /janvier /2022 09:40

On entend tout et son contraire sur le.la Codiv.e  (en écriture inclusive).

Et souvent provenant de la même personne, souvent médiatisée.

Exemple :

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2022 4 06 /01 /janvier /2022 14:33

 

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2022 4 06 /01 /janvier /2022 12:56

Trois citations d'Emmanuel Macron… 

  • « Il est irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser une partie de la communauté nationale. » A propos des français de confession musulmane, 15 octobre 2019
  • “Il y a des mots qui peuvent blesser et je pense que ce n’est jamais bon, ni même inacceptable, avait-il alors regretté. Le respect fait partie de la vie politique.” Avant d’ajouter: “Dans certains de mes propos, j’ai blessé des gens. Et je pense qu’on peut faire bouger les choses sans blesser des gens.” - LCI, 16 décembre 2021

  • "Nous mettons une pression sur les non-vaccinés en limitant pour eux, autant que possible, l’accès aux activités de la vie sociale. D’ailleurs, la quasi-totalité des gens, plus de 90% y ont adhéré. C’est une toute petite minorité qui est réfractaire. Celle-là, comment on la réduit ? On la réduit, pardon de le dire, comme ça, en l’emmerdant encore davantage. Moi, je ne suis pas pour emmerder les Français. Je peste toute la journée contre l’administration quand elle les bloque. Eh bien là, les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout. C’est ça la stratégie." Le Parisien, 5 janvier 2021
Partager cet article
Repost0
3 janvier 2022 1 03 /01 /janvier /2022 16:19

 

Précisément 11.830 mots pour ne rien souhaiter qui vaille. 11.830 dont un tiers, exactement, concernaient le Covid ! Sont-ce des vœux que de dresser le bilan sanitaire de la France ? Mais le thaumaturge qui en fait le bilan de santé était content de lui, comme un chef de service dans sa visite matinale auprès de son patient préféré, sinon le plus rentable.

D’usage, on dit « Bonne année, bonne santé et le paradis à la fin de vos jours ». Nous n’attendions pas cela, mais tout de même… Si l’on souhaite un prompt rétablissement à quelque ami dont la santé est chancelante, on se montre discret, laissant au véritable médecin de définir les soins. Mais non ! Cette fois, nous eûmes droit à ce bavardage bien inutile, bavardage qui fait l’essentiel de la communication gouvernementale et présidentielle depuis bientôt deux ans. Deux ans sur cinq… Ce n’est pas rien ! Deux ans consacrés à rien, sinon fournir des  et des vaccins. Tu parles d’une mission remplie… Au moins, cela leur donne du grain à mal moudre tous les jours. Mais ces « vœux » auprès du malade, Macron entendait les faire en tant que médecin-chef, et c’est bien ce qu’on peut lui reprocher car son rôle est tout autre.

La suite sur Boulevard Voltaire

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2022 1 03 /01 /janvier /2022 14:27

 

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2022 1 03 /01 /janvier /2022 11:51

 

La Tapisserie de sainte Geneviève et de Jeanne d'Arc (1913),

par Charles Péguy (1873-1914)

 

PREMIER JOUR
POUR LE VENDREDI 3 JANVIER 1913
FÊTE DE SAINTE GENEVIÈVE QUATORZE CENT UNIÈME 
ANNIVERSAIRE DE SA MORT

I
Comme elle avait gardé les moutons à Nanterre,
On la mit à garder un bien autre troupeau,
La plus énorme horde où le loup et l’agneau
Aient jamais confondu leur commune misère.

Et comme elle veillait tous les soirs solitaire
Dans la cour de la ferme ou sur le bord de l’eau,
Du pied du même saule et du même bouleau
Elle veille aujourd’hui sur ce monstre de pierre.

Et quand le soir viendra qui fermera le jour,
C’est elle la caduque et l’antique bergère,
Qui ramassant Paris et tout son alentour

Conduira d’un pas ferme et d’une main légère
Pour la dernière fois dans la dernière cour
Le troupeau le plus vaste à la droite du père.

La suite ….
 

 

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2022 1 03 /01 /janvier /2022 11:28

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2022 7 02 /01 /janvier /2022 14:33

L'Épiphanie est la fête chrétienne qui célèbre le Messie venu et incarné dans le monde, et qui reçoit la visite et l'hommage de trois rois mages. Elle a lieu le 6 janvier.

C'est aussi ICI.

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2021 4 30 /12 /décembre /2021 11:06
Partager cet article
Repost0
29 décembre 2021 3 29 /12 /décembre /2021 12:14

 

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2021 3 29 /12 /décembre /2021 11:12
Partager cet article
Repost0
29 décembre 2021 3 29 /12 /décembre /2021 10:48

 

 

Russiagate, la méga fake news dont personne ne répond

21 DÉCEMBRE 2021

Souvenez-vous du pseudo « Russiagate » qui a paralysé l’administration Trump pendant  plus de trois ans. Quatre ans plus tard il ne reste rien des accusations contre Trump. Accusations qui ont valu à deux journalistes du Washington Post un prix Pulitzer… Nous empruntons à notre excellent confrère d’Antipresse, l’article qui suit.

Vos médias de grand chemin ne l’ont pas vraiment claironné: Donald Trump est totalement innocenté dans l’affaire RussiaGate. Pour mémoire, l’appareil médiatique occidental soutenait que le rouquin était un agent de Poutine en raison des vidéos de lui que le Kremlin, soi-disant, détenait, et où on pouvait le voir avec des prostituées à Moscou dans les années 1980. Or voici que :

1) Igor Danchenko, la source de cette infox, a été arrêté et a avoué avoir menti, et ce sur demande d’Hillary Clinton. L’accusation clef qui a peut-être coûté à Trump sa réélection était entièrement bidon !

2) Tom Hamburger et Rosalind Helderman, les deux auteurs de l’article sur le « rapport Steele » qui « démontrait » l’appartenance de Trump aux services Russes, avaient immédiatement reçu un prix Pulitzer pour leurs reportages « courageux et sans concession » sur le RussiaGate, avec les salutations admiratives de l’ensemble de notre presse. Le Washington Post qui les a publiés s’est contenté de « rétracter des morceaux » de l’enquête Steele. Du « journalisme de référence » bidon et irrépenti !

3) En France, vingt jours après ce Pearl Harbor du journalisme, ni les vérificateurs de Libération, ni les décodeurs du Monde, ni l’Observatoire du conspirationnisme, ni l’émission hebdomadaire « Antidote » sur France Inter n’ont commenté la démonstration de leur propre complotisme, pire, ils continuent à estampiller de fake news tous les posts, auteurs, journalistes, reportages et articles qui ont dénoncé le mensonge. Ce sont les gardiens de l’info-bidon!

La suite sur le site de l'OJIM ...

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2021 2 28 /12 /décembre /2021 18:04

 

L'Évangile selon Matthieu (2:16-18) relate l'épisode :

« Alors Hérode, voyant qu'il avait été joué par les mages, se mit dans une grande colère, et il envoya tuer tous les enfants de deux ans et au-dessous qui étaient à Bethléem et dans tout son territoire, selon la date dont il s'était soigneusement enquis auprès des mages. Alors s'accomplit ce qui avait été annoncé par le prophète Jérémie : 'Ainsi parle l'Éternel : On entend des cris à Rama, des lamentations, des larmes amères ; Rachel pleure ses enfants ; elle refuse d'être consolée sur ses enfants, car ils ne sont plus. »

 

Pour être informé des prochains articles, une simple adresse dans "Newsletter" ...

Partager cet article
Repost0
26 décembre 2021 7 26 /12 /décembre /2021 12:45

 

 

 

Partager cet article
Repost0
26 décembre 2021 7 26 /12 /décembre /2021 09:19

Fête de la Sainte Famille

Retrouvez l'auteur ...

Partager cet article
Repost0