Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

5 juin 2023 1 05 /06 /juin /2023 15:03

Rudolfina Steindling (10 septembre 1934 – 27 octobre 2012) était une femme d’affaires et philanthrope juive autrichienne accusée d’avoir volé un quart de milliard d’euros.

Biographie
De 1959 à 1969, elle est membre du Parti communiste d’Autriche et est surnommée « Red Finney ». En 1973, elle a été nommée directrice de Novum et a été l’unique fiduciaire de la société de1978 à 1992. La société était enregistrée en Allemagne de l’Est communiste et servait d’intermédiaire pour les entreprises et les hommes d’affaires de l’Ouest qui voulaient conclure des accords en Allemagne de l’Est. Après la réunification allemande, elle a été pendant des années considérée comme une donatrice et proche des cercles de gauche en Israël, ainsi que de l’homme d’affaires Martin Schlaff.

À partir des années 90,elle s’installe à Tel Aviv. Steindling était membre du conseil d’administration de l’Université de Tel Aviv, de l’Association du Centre Yitzhak Rabin, du Conseil d’administration international de l’Institut Weizmann des sciences et membre honoraire du Centre interdisciplinaire Herzliya.

Finney a été accusé d’avoir fait passer de l’argent d’une entreprise publique sur des comptes privés en Suisse. En2010, un tribunal a statué que Steindling devait restituer 230 millions d’euros d’un compte bancaire suisse à l’Allemagne.

De Wikipedia

D'autres informations ICI.

Partager cet article
Repost0
30 mai 2023 2 30 /05 /mai /2023 16:34
Partager cet article
Repost0
20 mai 2023 6 20 /05 /mai /2023 23:06

La chronique de Gaspard Proust : «L’écriture inclusive, cette machine à exclure»
"(...) Comme tous les concepts accouchés par le progressisme, il faut aller chercher dans le dictionnaire officieux laissé par Orwell la véritable définition de l’écriture inclusive. On t’y expliquera que la guerre c’est la paix, que la liberté c’est l’esclavage et que l’écriture excluante c’est l’écriture inclusive. Car la voilà la vérité grasse, il n’y a sans doute pas plus excluant que l’écriture inclusive. Outre la laideur congénitale de ces hiéroglyphes pour Champollion à QI d’huître, elle est d’abord et avant tout une formidable machine à exclure. La diversité humaine étant par nature infinie, la prétention de vouloir inclure tout le monde est une chimère absolue.
Il suffit de prendre le sigle LGBT pour s’en convaincre. Au fil du temps, c’est toute une inflation de signes alphanumériques qui se sont collés à ces initiales dans le seul but de ne surtout pas mettre de côté la plus rocambolesque des pratiques. Entre les Q+, les Y- et les triple A dièse, l’homme de la rue a du mal à suivre. Évidemment, il en souffre. Un bonheur terrestre est-il vraiment envisageable sans être à jour sur le mystère « fornicatoire » de la chambre à coucher du voisin ? Qui peut sérieusement imaginer un monde meilleur en ignorant qu’au rez-de-chaussée de son immeuble s’ébroue joyeusement un « trouple » dont l’un des protagonistes piaffe d’impatience à l’idée d’enfin allaiter bébé par lactation pectorale grâce aux inestimables progrès de la chirurgie de genre ?
S’il fallait inclure par les mots tous les êtres humains riches de leurs petites fantaisies, alors il faudrait sans doute ajouter 8 milliards de signes alphanumériques au mot LGBT, sans oublier la lettre H du mot « hétérosexuel ». Après tout, quoi de plus subversif pour un homosexuel que de revendiquer une sexualité hétéro ? On tiendrait là un sommet de subversion !
Il est une phrase que j’aime beaucoup et qui dit que « Dieu a fait l’homme à son image ». Les athées la moquent régulièrement, y trouvant par l’évidente misère de l’homme la preuve flagrante de l’inexistence de Dieu. Il s’agit pourtant de la phrase la plus inclusive qui soit. Elle sonne comme une déclaration d’amour faite à la singularité des hommes : « Vous êtes presque 8 milliards, pas l’un de vous ne ressemble à l’autre, mais tous vous portez quelque chose de mon visage. »
En vérité, le délire inclusif est la négation absolue de la diversité humaine ; une illusion de singularité dans un océan de conformisme. Il pense promouvoir des différences alors qu’il ne fait que multiplier des cases. Il prétend pouvoir dire toutes les possibilités de l’homme par des mots abscons qui ne seront jamais ni suffisamment abscons, ni suffisamment nombreux pour contenir le monde. En vérité, l’écriture inclusive n’est pas une écriture, mais une comptabilité. Un poème enfermé dans une case Excel. Respectueusement."

Partager cet article
Repost0
18 mai 2023 4 18 /05 /mai /2023 08:43

 

Partager cet article
Repost0
14 mai 2023 7 14 /05 /mai /2023 10:55

Partager cet article
Repost0
13 mai 2023 6 13 /05 /mai /2023 13:40
Partager cet article
Repost0
12 mai 2023 5 12 /05 /mai /2023 09:54

11 mai,
Fête de Saint Mamert, archevêque de Vienne en Dauphiné, confesseur ;
Anniversaire de la translation des reliques de Saint Antoine le Grand (cf. ici) ;
Anniversaire de la victoire de Fontenoy (cf. ici).

   Ah ! Les fameux « Saints de glace » !!!
Même ceux qui ne croient plus trop aux saints et à leur pouvoir d’intercession, s’ils vivent en dehors des grands centres urbains (déconnectés des cycles de la nature) et s’intéressent un peu au jardinage, y prêtent attention chaque année, car les bulletins météorologiques de la radio ou de la télévision y font allusion, voire les citent.

   Il y a toutefois un problème : les saints en question ont figuré dans les calendriers liturgiques pendant plus de mille ans, et au XIXe siècle et dans la première moitié du XXe, leurs noms étaient écrits dans tous les almanachs populaires, dont l’incontournable « Almanach des P.T.T. » que l’on trouvait accroché en bonne place dans quasi toutes les cuisines de nos campagnes…
Mais il y eut le concile vaticandeux, avec ses prémisses – dès 1950 – et ses conséquences, qui ont bouleversé bien des habitudes… et le calendrier lui-même : des saints, jadis très populaires, se sont trouvés relégués au second rang ou changés de place, quand ils n’ont pas été purement et simplement éliminés, tandis que les « curés modernes » n’en parlaient plus ou traitaient de superstitions les dictons populaires attachés à leurs fêtes.
S’adaptant aux « mentalités modernes », le calendrier des Postes a modifié les noms des saints de chaque jour, au grand dam des jardiniers;

Mais bref ! Revenons à nos Saints de glace si redoutés : qui sont-ils ? et pourquoi sont-ils craints ?

   En fait, l’expression « les Saints de glace » désigne en premier lieu une période climatologique observée depuis le haut Moyen-Age d’une manière assez générale en Europe occidentale vers la mi-mai : période au cours de laquelle les dernières gelées sont encore possibles en plaine (puisque, évidemment, en zone montagneuse elles peuvent arriver plus tard).
Ces gelées tardives peuvent avoir des effets désastreux dans les jardins où les jeunes pousses, encore très fragiles donc, peuvent être irrémédiablement endommagées ; de même dans les vergers où, après la floraison, les fruits commencent à se former.

   Dans une civilisation profondément chrétienne, où les dates des fêtes des Saints – surtout si ces derniers sont très populaires – constituent des repères pour toute la société, il était naturel que les Saints fêtés en ces jours redoutés des jardiniers donnassent lieu à des dictons très mnémotechniques, avec des variantes selon les provinces, rappelant aux cultivateurs trop pressés combien il importe qu’ils restent très prudents tant que ces jours des dernières gelées ne sont pas passés.

   Dans la plupart des provinces, ce sont donc les 11, 12 et 13 mai, qui sont appelés jours des « Saints de glace », mais en certains lieux on ne parle pas du 11 et l’on mentionne le 14.
Trois jours qui se suivent donc… Mais on oublie fréquemment le quatrième et dernier jour redouté des jardiniers : le 25 mai, fête de Saint Urbain 1er, pape et martyr.
- Le 11 mai est la fête de Saint Mamert, archevêque de Vienne (en Dauphiné), mort le 11 mai, probablement en 475, il est demeuré célèbre pour avoir institué les prières des Rogations, qui se célèbrent les lundi, mardi et mercredi qui précèdent la fête de l’Ascension.
- Le 12 mai, est fêté un jeune saint de 14 ans originaire de Phrygie, martyrisé en 304, pendant la persécution de Dioclétien : Saint Pancrace. On fête en même temps que lui les Saints Nérée et Achillée, martyrs eux aussi, et Sainte Domitille, vierge et martyre, qui, elle, vécut à la fin du premier siècle et appartenait à la famille impériale.
- Le 13 mai, le martyrologe des Eglises des Gaules mentionne Saint Servais de Tongres, premier évêque de cette cité, objet d’une grande vénération populaire, qui rendit son âme à Dieu le 13 mai 384. Son nom n’étant toutefois plus très répandu, il est parfois confondu avec Saint Gervais, frère de Saint Protais, dont la fête est célébrée le 19 juin.
- Avec le pape et martyr Saint Urbain 1er, déjà mentionné, voilà donc le groupe traditionnellement nommé « Saints de glace », illustrés par ce dicton très facile à mémoriser : « Mamert, Pancrace et Servais sont les trois saints de Glace, mais Saint Urbain les tient tous dans sa main ».

   Est-il nécessaire de préciser que ces bons Saints ne sont pas les responsables (ni les coupables) des gelées tardives qui peuvent se produire en cette période critique de la mi-mai ? Quelques mécréants, toujours prompts à accuser l’Eglise et les dévots, le croient peut-être, tandis que les personnes pieuses, elles, profitent de l’occurrence de la fête de ces Saints avec les jours des dernières gelées possibles pour demander leur protection et leur intercession…
Qu’ils veillent donc sur vos jardins et vos vergers, sur vos semis et vos jeunes pousses, et puissiez-vous éprouver en ces petites choses de chaque jour combien nous avons de nombreux et puissants amis dans le Ciel !

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur.

SOURCE

Partager cet article
Repost0
11 mai 2023 4 11 /05 /mai /2023 11:14
Partager cet article
Repost0
11 mai 2023 4 11 /05 /mai /2023 09:13
Partager cet article
Repost0
7 mai 2023 7 07 /05 /mai /2023 09:52
Partager cet article
Repost0
6 mai 2023 6 06 /05 /mai /2023 16:48

En 397, saint Martin meurt après avoir évangélisé la Gaule. Cent ans plus tard, dans la nuit de Noël de l'an 496, Clovis, roi des Francs saliens, reçoit le baptême et donne à l'Église catholique le premier royaume barbare. Un siècle après, en 587, Récarède, roi des Wisigoths, abjure l'arianisme et proclame l'Espagne royaume catholique.
Ce n'est qu'à l'issue de dix nouvelles années, en 597, qu'Éthelbert, souverain du royaume jute de Kent, reçoit le baptême catholique des mains du moine romain Augustin, envoyé là par saint Grégoire le Grand. Cette cérémonie marque la première étape de la seconde conversion de l'île de Bretagne, qui devait rallier au Christ les féroces envahisseurs anglo-saxons.
Mais il faudra encore plus d'un siècle pour que l'Angleterre, divisée entre cinq communautés religieuses différentes, déchirée par des rivalités et des haines inexpiables, trouve l'unité religieuse et la paix sociale dont avait rêvé le pape Grégoire en voyant des Angles sur un marché aux esclaves.
Ivan Gobry, historien et philosophe, nous raconte cette belle et longue histoire du baptême de l'Angleterre, à l'occasion du quatorzième centenaire de l'événement.

Pour commander : ICI ou LA par exemple.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2023 6 29 /04 /avril /2023 09:42

auteur : Myriam Rembaut

Pour commander : LivresEnfamille, Chiré, Eyrolles, etc.

Partager cet article
Repost0
27 avril 2023 4 27 /04 /avril /2023 11:35

 

Partager cet article
Repost0
27 avril 2023 4 27 /04 /avril /2023 08:44

Partager cet article
Repost0
25 avril 2023 2 25 /04 /avril /2023 09:15
Partager cet article
Repost0
25 avril 2023 2 25 /04 /avril /2023 09:10

Partager cet article
Repost0
24 avril 2023 1 24 /04 /avril /2023 19:59

Entretien
Sylvain Tesson : « L’Arménie est un éclat de nous-mêmes fiché dans l’Orient »

Sylvain Tesson s’est rendu en Arménie en octobre 2022, quelques semaines après l’agression azerbaïdjanaise sur le territoire arménien. Il faisait partie de la délégation culturelle du festival Paris-Stepanakert-Erevan, dont l’objectif était d’organiser des rencontres littéraires, des projections de films et des master class à Erevan et dans le Haut-Karabakh. Une façon d’exprimer sa solidarité avec le peuple arménien, de nouveau menacé, cent ans après le génocide de 1915 par l’Empire ottoman. L’auteur de La Panthère des neiges (prix Renaudot 2019) et de Blanc s’était déjà rendu en Arménie en 2020, au moment de la guerre de quarante-quatre jours, à l’issue de laquelle le dictateur azéri Ilham Aliev avait occupé la majeure partie du Haut-Karabakh, cette région arménienne enclavée à l’intérieur de l’Azerbaïdjan. Alors que l’Europe et l’Occident condamnent et sanctionnent la guerre menée par la Russie en Ukrainel’Arménie est abandonnée à son sort. Dans cet entretien réalisé à Erevan le 7 octobre, Sylvain Tesson dénonce le silence de la communauté internationale et nous met en garde contre les conséquences de cette épuration ethnique.

Qu’est-ce qui vous lie à l’Arménie ?

Sylvain Tesson Ce qui me lie à l’Arménie, ce sont les liens intangibles de la mémoire, de l’esprit, du cœur et de l’âme. Ce qui me lie à l’Azerbaïdjan, c’est un gazoduc. Pour un Français, voyager en Arménie est un peu une négation du voyage : il y a une telle proximité, une telle familiarité, un tel cousinage qu’on se trouve privé de dépaysement ! En 1994, je faisais le tour du monde à bicyclette avec mon camarade Alexandre Poussin. Nous avions 20 ans. Nous revenions de Singapour et nous dirigions vers l’Europe. Après les déserts du Pakistan et de l’Iran, nous avons passé le fleuve Araxe et sommes arrivés en Arménie. Nous ne connaissions pas le pays mais nous avions l’impression d’être rentrés à la maison ! C’étaient des « retrouvailles » avec une terre inconnue mais reconnaissable : une expérience spirituelle en même temps que sensorielle. Les paysages sont orientaux, presque bibliques. Quand le soleil se couche sur les flancs du mont Ararat, on se croirait en Galilée. Pourtant, on a l’impression d’arriver sur le parvis de l’Europe. L’Arménie est un verrou chrétien au milieu de l’ancien Empire ottoman. Aujourd’hui, réduite à peau de chagrin, verrouillée dans l’étau turco-azéri, elle est une anomalie démocratique étranglée par les satrapies. Le destin de l’Arménie ne concerne pas l’Arménie seule. Si on la considère comme une extension, une ombre projetée de l’Europe au seuil de la steppe, un éclat de nous-mêmes fiché dans l’Orient, alors c’est nous-mêmes qui sommes frappés par ses tourments. Si on use d’une image d’architecture militaire, l’Arménie est une échauguette, un avant-poste de l’Europe… Lisons Ivanhoé de Walter Scott : la chute du poste avancé préfigure toujours celle du donjon central.

Par

la suite ...

 

Partager cet article
Repost0
24 avril 2023 1 24 /04 /avril /2023 08:05

fêté le 24 avril.

 

Partager cet article
Repost0
21 avril 2023 5 21 /04 /avril /2023 09:38

Partager cet article
Repost0
20 avril 2023 4 20 /04 /avril /2023 10:10

Peut être une image de 1 personne

Partager cet article
Repost0
18 avril 2023 2 18 /04 /avril /2023 15:33

 

" Dans ce livre, je raconte ma propre expérience, qui ne résume en aucune façon celle de tout le monde, mais certains de ses aspects font partie du lot commun. L'Histoire a déterminé ma propre histoire. En choisissant certains épisodes, je voulais restituer, le plus fidèlement possible, à travers le regard d'un enfant d'abord, d'une adolescente ensuite, une expérience vécue. Grâce au regard ironique de l'adulte que je suis devenue, ces événements pouvaient prendre une dimension comique ou grotesque.
Je ne peux qu'espérer que cette vision double permette au lecteur de saisir l'esprit des périodes décrites. Quant à l'auteure de ces lignes, sa vie de 1944 à 1968, ne peut intéresser le lecteur que par la diversité de son expérience qui l'a amenée à survivre à deux "ismes", le nazisme et le stalinisme, et à trouver son salut dans une démocratie libérale. Son destin l'a conduite à franchir plusieurs frontières, à traverser deux fois un océan, pour revenir à Paris et y mener enfin une vie "bien rangée".
Avouez, chères lectrices, chers lecteurs, on connaît des destinées bien plus malheureuses… "

On peut le commander ICI

Partager cet article
Repost0
16 avril 2023 7 16 /04 /avril /2023 10:06

A l'occasion de la (re)découverte d'une série télé des années 70...

On la retrouve facilement sur Internet ICI ...

 

Partager cet article
Repost0
12 avril 2023 3 12 /04 /avril /2023 17:35

L'Intelligence Artificielle va-t-elle tuer l'Homme ?

RDV le jeudi 20 avril 2023 à Neuilly S/ Seine

à l’Auditorium Sainte-Anne du Théâtre des Sablons – 70 avenue du Roule – Neuilly . Gratuit pour les étudiants.

Disputatio avec Cédric Sauviat, polytechnicien et président de l’association française contre l’Intelligence artificielle, et Gilles Babinet, entrepreneur, co-président du Conseil national du numérique depuis 2021.

Inscription

Partager cet article
Repost0
10 avril 2023 1 10 /04 /avril /2023 09:00

Partager cet article
Repost0
10 avril 2023 1 10 /04 /avril /2023 08:54

CE LUNDI DE PAQUES à 18h dans diverses villes de France …

MIRACLES, le film - SERAPHIM
SERAPHIM-MARC-ELIE.FR
Pour la première fois au cinéma, une enquête sur 3 énigmes restées scientifiquement inexpliquées. Ce film documentaire nous entraine sur les traces de la relique la plus analysée au monde, le suaire de Turin, sur une image toujours inexpliquée d’une femme...
Partager cet article
Repost0