Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 18:40

 

... ressort au cinéma.

Un chef d'oeuvre avec hors d'oeuvre, plats, fromage et dessert,

de Gabriel Axel, avec Stéphane Audran et d'illustres inconnus nordiques, d'après le roman de Karen Blixen ("Out of Africa").

Une bande d'annonce ICI. Le menu est ICI.

cliquez !

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 09:51

Moins drôle ...

En ce moment, sur FR3, au Cinéma de minuit, pour les couche-tard ou ceux qui ont de quoi enregistrer... un cycle Fritz Lang.

Cette semaine : 


LUNDI A 0h10 "LA FEMME AU GARDENIA"

Film long métrage / Comédie dramatique, Noir et blanc (1953 USA)
Titre original : "The blue gardenia"
Réalisé par Fritz Lang
Musique : Raoul Kraushaar
Photo : Nicholas Musuraca

Avec : Anne Baxter (Norah Larkin), Richard Conte (Casey Mayo), Ann Sothern (Crystal Carpenter), Raymond Burr (Harry Prebble)




Standardiste, Norah Larkin, attend avec impatience le retour d’un soldat engagé en Outre-mer avec lequel elle doit se marier. Le soir de son anniversaire, elle reçoit une lettre de celui-ci l’informant qu’il ne pourra pas l’épouser. En larmes, elle répond à un appel téléphonique de Harry Prebble, qui la confond avec sa soeur, et l’invite à dîner. Déprimée, Norah accepte le rendez-vous et part le rejoindre au "Blue Gardenia". Un peu plus tard, chez lui, Prebble tente d’abuser d’elle et Norah, un peu ivre, le frappe avec un tisonnier...


Cycle Fritz Lang 
 :

Le diabolique Dr Mabuse - Le tombeau Hindou - Le tigre du Bengale - La femme au Gardénia - House by the River - Le secret derrière la porte - Chasse à l’homme Les Trois Lumières

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 09:43

 

Arnaud Guyot-Jeannin : « Le cinéma français est pathétique, à l’image de notre société dépressive… »

Arnaud Guyot-Jeannin : « Le cinéma français est pathétique, à l’image de notre société dépressive… »

Critique cinématographique à Spectacle du MondeArnaud Guyot-Jeannin vient de publier Les visages du cinéma, série de portraits d’acteurs, d’actrices et de réalisateurs, certains français et d’autres pas. Dans ce florilège, Alain Delon et Clint EastwoodLouis de Funès et Maurice RonetMichel Bouquet et Éric Rohmer. Mais des femmes, également, au charme desquelles on sent que l’auteur est bien sensible… Sophia Loren et Sylvie VartanIsabelle Carré et même la très controversée Emmanuelle Béart. Toujours à l’affut de la nouveauté, Arnaud Guyot-Jeannin conserve néanmoins une part de nostalgie, bien ancrée en lui. Nostalgie d’un cinéma d’autrefois, d’une autre France. Bref, un livre en forme de régal et qui donc se dévore. Il en dit plus à Nouvelles de France… Lire»

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2012 7 02 /12 /décembre /2012 19:49

Ce soir et demain sur ARTE

Film de Michael Hoffman (Allemagne/Russie/Royaume-Uni, 2009, 1h52mn)

Les derniers jours de l'écrivain racontés avec une ironie cinglante et de grands acteurs - Christopher Plummer et Helen Mirren (The Queen).


Le jeune Valentin est nommé secrétaire particulier d'une légende vivante : Léon Tolstoï. Il est en réalité secrètement mandaté pour le convaincre de léguer les droits de ses romans au peuple russe plutôt qu'à ses enfants. La comtesse Sophie, épouse aimante et dévouée du célèbre écrivain, est révoltée par cette insupportable injustice qui menace sa famille. Elle décide dès lors de se battre férocement pour sauver son couple et tout ce qu'ils ont construit au cours de leur vie...

 

Tolstoï, le dernier automne
dimanche, 2 décembre 2012 à 20:45 
Rediffusion lundi 3 décembre à 14H30 
(Allemagne, Russie, Royaume Uni , 2009, 112mn)
ZDF

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 00:16

La critique de Laurent Dandrieu

 

IMPRESSIONNANT
Au-delà des collines
de Cristian Mungiu
, avec Cristina Flutur, Cosmina Stratan

 Partie chercher du travail en Allemagne, Alina (Cristina Flutur), malheureuse de sa nouvelle vie, revient en Roumanie voir son amie Voichita (Cosmina Stratan, au centre) avec la ferme intention de repartir avec elle , comme elles en avaient initialement formé le plan. Mais Voichita est devenue religieuse orthodoxe, et Alina ne veut pas comprendre que ce choix est irréversible. L’arrivée de cette révoltée dans ce monastère clos sur lui-même va créer des turbulences qui vont se terminer en tragédie…

Fondé sur un fait divers authentique, le film de Cristian Mungiu, comme déjà 4 mois, 3 semaines, 2 jours à propos de l’avortement, a le grand mérite de ne pas viser le jugement, mais la compréhension. À propos de l’enchaînement fatal qui va conduire à une conclusion affreuse, on pourrait reprendre la phrase de Jean Renoir dans la Règle du jeu « Le drame sur cette terre, c’est que tout le monde a ses raisons. » Ce film impressionnant mais éprouvant, récompensé à Cannes d’un prix du scénario et d’un double prix d’interprétation féminine, ne manquera pas d’être interprété par certains comme une critique de “l’obscurantisme chrétien”. On peut y voir, plus sûrement, une illustration magistrale du principe, authentiquement chrétien celui-là, selon lequel l’enfer est pavé de bonnes intentions. Laurent Dandrieu

Voir la bande-annonce... 

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 10:20

 

Ces jours-ci, on a pu voir un grand film à la télé ... A voir ou à revoir en "streaming"
   20:50  Les grandes gueules
Comédie dramatique (1965) - Durée : 2 h 05
Sous-titrage malentendant 16:9 TP 
Acteur : 
Bourvil
Lino Ventura
Jean-Claude Rolland
Réalisateur : 
Robert Enrico
Un Français, installé depuis longtemps au Canada, décide de revenir en France pour faire revivre la petite scierie vosgienne dont il a hérité de son père.

 

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 09:25

 

visitez  Tesson illustrateur !

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 22:40

 

Entretien de Jacques CHANCEL avec le paysan poète et croyant autodidacte Gustave THIBON. Celui-ci vit en Ardèche, raconte sa famille, un grand père un peu porté sur la boisson mais lettré, un père sans aucun diplôme qui l'a nourri de poésie, sa rencontre avec la philosophe mystique Simone Weil et sa découverte par l'écrivain catholique Gabriel Marcel. Gustave THIBON a publié récemment "Le voile et le masque".

 

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 09:15

 

      Capture-d-ecran-2012-10-14-a-17.16.29.png Jean Luc GARIN , nouveau supérieur du Séminaire Interdiocésain de Lille (depuis 1 mois) 

"Une occasion pour inviter à passer de la fiction à la réalité"

 

Quand vous avez appris la sortie d'"Ainsi soient-ils", quelle a été votre réaction ?

Je l'ai accueillie positivement. Je trouvais intéressant de parler de ce qui se vit dans les séminaires. Je me suis dit que l'aventure humaine et spirituelle vers la prêtrise intéressait encore de nos jours.

 

Et après avoir vu les 8 premiers épisodes, qu'en retenez-vous ?

Une déception. Je n'ai pas reconnu ce que je vis.

 

Qu'est-ce qui vous a le plus touché ?

Il y a des perles. Comme la scène dans la librairie, où José, le repris de justice, rencontre pour la première fois le père Fromenger, responsable du séminaire. Il lui parle d'ouverture et lui dit : "Relisez Saint Augustin"  José, c'est le personnage le plus attachant.

 

Qu'est-ce qui vous a choqué ?

Le moment où le thème des pauvres est choisi comme campagne de communication. L'Église se servant des plus démunis pour soigner son image de marque, ça fait mal... 

 

Qu'est-ce qui manque le plus dans cette saison 1 ?

La vie fraternelle. On se porte davantage les uns les autres dans un séminaire. Le lieu est moins replié sur lui-même que ce qui est montré : nos enseignants ne sont pas que des prêtres, il y a des cours communs avec des laïcs...

 

Trouvez-vous que les 5 profils de séminaristes de la série correspondent à une certaine réalité ?

D'abord, on ne les choisit pas sur dossier comme le suggère le premier épisode ! Les situations qu'ils connaissent dans la série peuvent arriver, mais elles sont tellement dramatiques qu'il faudrait 20 ans pour les rencontrer ! Quand les séminaristes arrivent, ils ont davantage mûri leur engagement que ce qui est présenté : ils sont déjà en lien avec un service des vocations, une pastorale des jeunes, un prêtre...

 

Quel est selon vous le plus grand décalage avec la réalité ?

Il manque la joie. La série est triste. Il n'y a pas de lumière. Qu'est-ce qui habite la prière ? Tout ce qui nourrit le coeur n'est pas évoqué, la relation à Jésus Christ notamment. Or, la vocation est un appel au bonheur, même si cela n'empêche pas les difficultés et qu'il faut rester lucide. Car on ne sait pas ce que sera la prêtrise demain.

 

L'un des personnages a fait de la prison pour homicide. Serait-il possible pour un séminaire d'accueillir un tel profil ?

Je ne sais pas, je n'ai acun exemple en ce sens.

 

L'un des personnages avoue ses pulsions homosexuelles. Dans la réalité, resterait-il séminariste ?

Nous respectons les personnes, mais non, un homosexuel n'ira pas jusque la prêtrise.

 

Vous venez de présenter un documentaire sur le séminaire de Lille. La série sort le même mois. Est-ce un hasard ?

Nous n'avons pas attendu la série pour comprendre qu'il nous fallait mieux communiquer sur la vie au séminaire. Le fait que cette fiction sorte est un appel de plus à cette visibilité. C'est une occasion de témoigner, d'inviter les gens à passer de la fiction à la réalité.  Pour cela nous avons un DVD tout récent, et cette année, il y aura des soirées ouvertes à tous, et quatre week ends portes ouvertes.

 

La Croix du Nord du 12 au 18 Octobre 2012

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 09:09
Partager cet article
Repost0
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 06:04

FAUX

Quelques heures de printemps 

de Stéphane Brizé, avec Vincent Lindon, Hélène Vincent
 Sorti de prison, Alain (Vincent Lindon) est contraint d’aller vivre chez sa mère (Hélène Vincent), emmerderesse patentée. La cohabitation est plus qu’orageuse, mais quand Alain découvre qu’elle est atteinte d’un cancer incurable et qu’elle a décidé de recourir au suicide assisté en Suisse, il décide de l’aider… 
Un fils qui se réconcilie avec sa mère en l’aidant à se tuer : on avoue avoir du mal à être convaincu de la justesse du propos. Stéphane Brizé prétend ne pas avoir fait un film militant sur l’euthanasie, mais son film distille la petite musique doucereuse du “chacun fait ce qui lui plaît”, ce qui, concernant une pratique interdite en France, est déjà une prise de position, confirmée par le tableau lénifiant qu’il fait du déroulement des opérations. Le film, très lent, est par ailleurs mortellement ennuyeux. On est toujours puni par où on a péché. Laurent Dandrieu

 

Voir la bande-annonce...

 


Partager cet article
Repost0
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 22:54

les deux premiers épisodes passaient sur ARTE sur soir...

 

« Ainsi soient-ils » un éclairage sur la nouvelle série d'Arte

AUn site vient d'être lancé pour apporter des éléments autour de la série ennuyeuse que diffuse Arte (Ainsi soient ils de Arte) à partir de ce soir sur la vie de séminaristes. Ce site répond notamment à une série de questions que la série peut soulever (suicide, adoration, liberté, pulsions, ...). On y trouve aussi des témoignages de vrais séminaristes et de prêtres. Le SNEJ (service national des vocations) a diffusé une note dont voici un extrait :

"Cette série n’est ni un documentaire sur l’Église, ni une présentation de la formation des futurs prêtres. Elle en utilise le cadre dans ses aspects perçus par beaucoup comme secrets et fascinants. Les personnages de la hiérarchie de l’Église, souvent caricaturaux, sont ambigus et possèdent des profils psychologiques complexes, avec des zones d’ombres et de lumières. Tous sont traversés par des doutes, des attitudes discutables. Ce qui rend l’ensemble des personnages attachants voire attirants. Ceci dit, cette fiction peut produire des agacements chez certains catholiques qui ne retrouvent pas l’Église dans laquelle ils vivent. (Ici c’est une fiction dramatique dont le cadre est l’Église, et il est important comme pour tout film d’en décrypter les ressorts et l’écriture). Cette série donne aussi l’occasion de témoigner de ce que chacun vit dans l’Église, de la façon dont les candidats au ministère presbytéral sont accompagnés et formés."

Michel Janva sur le salon beige

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 09:36

L'avare, de Molière, avec Louis de Funès...    

   

http://www.youtube.com/watch?v=8xkb-1oN9ZAPubliée le 11 juil. 2012 par 

Avec Louis de Funès

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 18:35

ce mercredi 12 septembre à la télé

 

 20:45 Des racines et des ailes
Magazine de reportages - Durée : 1 h 50
Sous-titrage malentendant 16:9 TP 
Présentateur : 
Louis Laforge
Au fil de la Loire
A la veille des Journées du Patrimoine, Louis Laforge propose un voyage le long de la Loire, à la découverte des trésors de ce fleuve, depuis sa source, au Mont Gerbier de Jonc, jusqu'à son estuaire, sur la côte atlantique. Ce parcours de mille kilomètres permet de rencontrer les passionnés de la Loire et de ses richesses naturelles et architecturales, comme les gorges sauvages en Auvergne, ou encore les châteaux emblématiques d'Amboise et de Chaumont-sur-Loire, sans oublier Nantes, ancien plus grand port d'Europe.
Au sommaire : La Loire sauvage; Aux portes de l'océan
Partager cet article
Repost0
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 11:05

ENLEVÉ

 

Rebelle 
de Mark Andrews et Brenda Chapman
L’Écosse est divisée entre quatre royaumes qui furent longtemps séparés par la guerre. Aussi, quand la fille aînée du roi Fergus et de la reine Elinor, la jeune Merida, arrive à l’âge de se marier, ses parents voient une bonne façon d’assurer la concorde générale en la donnant pour épouse à l’un des princes héritiers des trois autres royaumes. Mais Merida, malgré sa grande beauté, est un garçon manqué qui ne rêve que de continuer à galoper par monts et par vaux, ses beaux cheveux roux flottant librement dans le vent. Pour décider ses parents à changer d’avis, elle ne va pas hésiter à avoir recours aux services d’une sorcière, plongeant le royaume dans un profond chaos.

Fruit de l’union entre Pixar et Disney, ce dessin animé est hélas un peu contaminé par les défauts du second : un récit un peu trop lisse et une morale bien dans l’air du temps, selon laquelle la recherche du bonheur ne peut être sacrifiée à aucune autre considération.

Mais on y trouve aussi, heureusement, l’inimitable excellence technique des studios Pixar, leur goût des belles images, leur souci du détail, leur humour bon enfant et leur art d’enlever les récits à un rythme échevelé sans être abrutissant. C’est assez pour classer ce nouvel opus au rang des réussites du célèbre studio. Laurent Dandrieu

Voir la bande-annonce...

 

source : http://www.valeursactuelles.com/culture

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 13:23

 

Inquisitio

Un polar loin de l'Histoire


La chaîne publique France 2 va diffuser pendant tout le mois de juillet une fiction médiévale : Inquisitio, à raison de deux épisodes chaque mercredi du mois.

[voir aussi l'analyse de l'historien médiéviste Laurent Albaret, spécialiste de l'Inquisition : Une fiction historico-moyenâgeuse]

Inquisitio (série télévisée, Nicolas Cuche, 2012)Le titre de cette saga rappelle le nom latin de l’Inquisition, une juridiction pontificale chargée d’éradiquer les hérésies au Moyen Âge.

Totalement fictive, l'action se situe en 1380 à Carpentras et Avignon. Elle s'imbrique dans le conflit entre deux prétendants à la papauté, l'un résidant à Avignon, l'autre à Rome, le Grand Schisme d'Occident.

Palpitante, la série peut se regarder comme un excellent polar «gothique» sous réserve de prendre du recul par rapport au contexte historique, caricatural autant qu'il est possible.

André Larané
Grand spectacle assuré

Le scénario, la mise en scène, la lumière, les costumes et les décors font de cette saga en huit épisodes de cinquante minutes un passionnant «thriller» pour adultes et adolescents. Les amateurs seront sensibles aux références à de précédents phénomènes médiatiques tels Da Vinci Code et surtout Le Nom de la Rose.

Mais attention, s’il est légitime de nous laisser emporter par le souffle de cette série à grand spectacle, gardons-nous de prendre pour argent comptant ses références historiques… Pour faire bref, disons que tout est imaginaire dans cette série sauf le nom du pape d’Avignon Clément VII, de quelques personnes de son entourage et de Catherine de Sienne.

Plus gravement, la série donne une représentation caricaturale et proprement grotesque de la papauté et de l’Église médiévale.

Son scénario est bâti sur une machination diabolique de Catherine de Sienne qui veut répandre la peste dans les villes de Carpentras et Avignon en vue de dresser les habitants contre le pape Clément VII. C’est un peu comme si l’on montrait de Gaulle décidant en 1943 de faire brûler des villageois dans leur église pour les punir de s’être ralliés au maréchal Pétain, voire au général Giraud.

Rien à voir avec le souvenir que conserve l’Histoire de Catherine de Sienne.

La vraie Catherine de Sienne

Cette mystique, morte à 33 ans, en 1380, avait trois ans plus tôt convaincu le pape Grégoire XI de quitter le douillet palais d’Avignon et de regagner Rome. Mais à la mort de Grégoire XI, son successeur Urbain VI est récusé par une poignée de cardinaux français qui élisent un antipape, Clément VII, et le réinstallent à Avignon.

C’est le début du Grand Schisme d’Occident, qui va perdurer jusqu’en 1417… et c’est le moment où se situe la série Inquisitio.

Affligée par ce schisme et épuisée par une vie d’ascèse et de charité, Catherine de Sienne met son dernier souffle au service du pape légitime, celui de Rome. De là à imaginer les macabres machinations que lui prête la série télévisée, il y a un abîme que la liberté de création ne saurait justifier. N’est pas Alexandre Dumas qui veut.

L’Église honnie

Dans Inquisitio, tous les représentants de l’Église sont soit des cyniques libidineux à l’image du pape Clément VII, soit des fanatiques sanguinaires à l’image de Catherine de Sienne et de l’inquisiteur Guillaume de Tasteville, qui enquête sur les méfaits monstrueux qui frappent Carpentras.

Les seuls personnages «positifs» de la série sont un jeune médecin de la communauté juive de Carpentras et une belle sorcière rousse, laquelle pratique la divination par les cartes et guérit les pestiférés à coup d’onguents mais aussi d’invocations à une divinité païenne.

Ainsi aboutit-on à une effarante confusion mentale qui conduit nos «créateurs» du service public à valoriser les pires superstitions pour mieux noircir la religion chrétienne et l'Église. 

Cette dernière, comme toutes les institutions, a sans doute beaucoup à se reprocher même si ses crimes sont sans commune mesure avec les hécatombes provoquées par les systèmes totalitaires - et athées - de ce dernier siècle. Mais elle a aussi suscité des élans humains exceptionnels, d'ordre caritatif ou intellectuel, d'Alcuin à François d'Assise... et Catherine de Sienne. 

Nous lui devons surtout une bonne part de notre bien-être ainsi que l'ont rappelé les historiens du siècle passé, de Bloch à Duby. S'écartant des formules à l'emporte-pièce qui plaisent aux ignorants, ils ont montré comment l’Église médiévale a jugulé la violence des temps barbares, appris aux hommes à tisser entre eux des liens de confiance, leur a donné l’espoir d’un avenir meilleur, suscité la création de magnifiques cathédrales et même amorcé l’émancipation des femmes (il y aura un recul à la Renaissance sous l'influence de la pensée antique et païenne). Et c'est encore aux moines du Moyen Âge que l'on doit l'invention du prindipe fondateur de notre démocratie : le scrutin majoritaire...

Cela dit, l'anticléricalisme est un sport allègrement pratiqué en France depuis près de deux siècles. Déjà il y a 150 ans, on faisait reproche à Victor Hugo de présenter sous un jour favorable l'évêque de Digne et diverses religieuses dans Les Misérables.

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2012 7 15 /07 /juillet /2012 07:31

Quelle belle démarche que celle qu’ont entamée nos amis KozNataliaEdmond,Charles Vaugirard et Jean-Baptiste Maillard! Se payer la tête de la série de l’été de France 2, Inquisitio, sans à aucun moment jeter d’anathème ni user d’agressivité : juste en maniant ce qu’il faut d’humour et de dérision.

Il faut dire que cette série déclenche davantage les soupirs de pitié que les grincements de dents de révolte. De quoi s’agit-il? De la série de l’été de France 2, dont vous pouvez , si vous avez du temps à perdre, visionner les premiers épisodes ici. Rien qu’en découvrant la bande annonce, la semaine dernière, j’ai éclaté de rire illico, tout en bouillant d’incompréhension. Le personnage central, l’inquisiteur, a la figure du grand méchant loup, avec son bandeau sur les yeux, à la Jean-Marie Le Pen, sa cruauté, sa fourberie et il faut bien le dire, son caractère foncièrement psychopathe. C’est cela : un fou de Dieu. Assoiffé du sang des roux et des juifs.

Avouez que ça en jette. Avec ça, coco, on va te faire une audience telle qu’Intervilles et Fort Boyard n’a qu’à bien se tenir. 

la suite de l'article du Chafouin...

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 09:40

 

Bienvenue !

 

Ce mini-site vient d’être créé pour répondre aux questions que pose la série peu historique Inquisitio, diffusée sur France 2 à partir du 4 juillet prochain. En voici une bande-annonce parodique, pour les nuls d’entre vous qui ne savent pas encore de quoi il s’agit :

Inquisitio : la VRAIE bande annonce ! from Saturnin Napator on Vimeo.

Ce site va se compléter au fur et à mesures, afin que les nuls que nous sommes puissent rapidement combler leurs lacunes : patience !

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 20:58

 

Inquisition : l'histoire contre la légende

Le Figaro Magazine - 29/06/2012

« Inquisitio », thriller diffusé sur France 2 au mois de juillet, réunit tous les clichés imaginables sur l'Inquisition. Il faut lire en contrepoint le livre de l'historien Didier Le Fur, qui remet la réalité en perspective.

 

     Du sang, du sexe et de la mort, des bourreaux et des comploteurs, des méchants très méchants et des gentils très gentils : excellents ingrédients pour un thriller. Nicolas Cuche y a recouru sans compter dans Inquisitio, téléfilm dont il est à la fois le concepteur, le réalisateur et le scénariste. L'oeuvre, présentée comme « la saga de l'été », sera diffusée par France 2 lors des quatre mercredis du mois de juillet. Le problème , c'est que ce thriller se déroule au XIVe siècle et que l'auteur, au nom de la « liberté romanesque », mêle sans vergogne l'histoire et la fiction. Pour un historien, l'exercice serait déjà à haut risque. Mais de la part d'un non-historien, il relève de la tromperie quand sont travestis des faits et des personnages qui ont réellement existé et sur lesquels les archives nous renseignent parfaitement. Ce qui est le cas ici. « Inquisition'est pas une leçon d'histoire homologuée par une batterie d'experts », reconnaît Nicolas Cuche. Mais l'avouer ne constitue pas une excuse, car le téléspectateur non averti avalera comme authentiques toutes les erreurs et les invraisemblances d'une série qui semble relever du grand Guignol, et non de l'histoire.

     Nous sommes en 1370. Le Grand Schisme divise l'Occident : un pape règne en Avignon, l'autre à Rome. A Carpentras, la peste décime la population. Persuadé qu'il s'agit d'un fléau envoyé par Dieu pour punir les hommes de leurs errements et qu'il n'y a rien d'autre à faire que de traquer le péché et l'hérésie, le grand inquisiteur nommé par le pape d'Avignon s'oppose à un médecin juif, esprit éclairé, qui veut éradiquer la maladie. Mais tous deux sont pris dans les péripéties d'un complot fomenté par le pape de Rome, qui veut éliminer son rival d'Avignon.

Un mythe forgé au XIXe siècle

Entre quelques scènes de torture ou de viol, le film donne à voir Clément VII (le pape d'Avignon) dans son bain en compagnie de jeunes personnes dévêtues, des fidèles d'Urbain VI (le pape de Rome) inoculant la peste dans le Comtat Venaissin sur ordre de Catherine de Sienne - la sainte mystique étant réduite à une névrosée aux pulsions meurtrières.
      « Inquisitio raconte l'échec et les ravages du fanatisme religieux et de l'intolérance »,assure le producteur de la série télévisée. « L'Inquisition, constate en écho l'historien Didier Le Fur, reste dans l'imaginaire collectif un temps de violence et d'abus, le temps d'une justice arbitraire conduite par des religieux. Un temps d'obscurantisme et d'intolérance, un temps de nuit, d'ignorance, où régnait, victorieuse, la superstition » *. Mais le chercheur d'ajouter aussitôt : « La légende fut bien construite. »
     Spécialiste du Moyen Age tardif et de la Renaissance, Le Fur publie un livre particulièrement précieux pour ceux qui voudront comprendre quelque chose à l'Inquisition en évitant les divagations d'un feuilleton télévisé. L'origine, les buts, les méthodes et les effets de cette institution médiévale, si contraire à la mentalité contemporaine, y sont exposés en s'appuyant sur les travaux universitaires qui, depuis une trentaine d'années, ont abouti à la déconstruction d'un véritable mythe dont on sait qu'il a été largement instrumentalisé par les anticléricaux. En 1829, sous la Restauration, Etienne-Léon de Lamothe-Langon publiait ainsi une Histoire de l'Inquisition en Francedans laquelle, affirmant avoir travaillé à partir de documents inédits tirés des archives ecclésiastiques de Toulouse, il décrivait avec force détails les crimes imputables aux tribunaux inquisitoriaux, alignant noms de victimes, dates et lieux. Dans les années 1970, deux historiens britanniques, Norman Cohn et Richard Kieckhefer, voulurent examiner la thèse de Lamothe-Langon à partir de ses sources originales : quelle ne fut pas leur surprise de constater que les archives en question n'avaient jamais existé ! « Le texte de Lamothe-Langon, raconte Didier Le Fur, est aujourd'hui considéré comme une des plus grandes falsifications de l'histoire. »

Combattre l'hérésie cathare

L'Inquisition médiévale, fondée au XIIIe siècle, possède une légende noire qui doit beaucoup à la confusion avec les excès de l'Inquisition espagnole, organisation politico-religieuse née au XVe siècle et destinée à assurer la cohésion sociale du nouveau royaume de Castille et d'Aragon sur la base de l'unité de foi. En Provence et dans le Languedoc, les tribunaux ecclésiastiques institués dans les années 1230 avaient pour but, eux, de réduire les hérésies, notamment celle des cathares. Refusant l'arbitraire, ils procédaient de façon formaliste et même paperassière (inquisition vient du latin inquisitioqui signifie « enquête »), interrogeaient des accusés qui avaient le droit de produire des témoins à décharge et de récuser leurs juges. En un temps où la justice civile utilisait la torture, ces tribunaux n'y recouraient que dans des situations codifiées, prononçaient parfois des acquittements, le plus souvent des sentences religieuses (réciter des prières, faire des pèlerinages), les condamnations à mort étant rares, et jamais exécutées par l'Eglise. Ajoutons que les Juifs ne tombaient pas sous le coup de ce système, fondé pour réprimer l'hétérodoxie chrétienne.
     A l'origine, écrit Didier Le Fur, le motif de l'Inquisition « était tout à fait honorable : sauver les âmes et conserver la chrétienté ». Son déclin s'esquissera dès les années 1270, les hérésies vaincues, les inquisiteurs ne poursuivant plus que sorciers et magiciens, avant d'être supplantés, au XIVsiècle, par les magistrats laïcs du pouvoir royal.

     Aux hommes d'aujourd'hui, y compris aux chrétiens, le contrôle social des consciences et des comportements religieux paraît inconcevable, ce qui rend l'Inquisition incompréhensible et injustifiable. Mais il n'en était pas de même au Moyen Age, Didier Le Fur explique pourquoi. L'historien n'a pas à juger le passé : son devoir est de l'expliquer. 

Jean Sévillia


* L'Inquisition. Enquête historique, France, XIIIe-XVe siècle, de Didier Le Fur, Tallandier.


Partager cet article
Repost0
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 16:42

Faust, film de Alexandre Sokourov 

Sokourov réinvente le mythe de l’homme qui pactise avec le diable. Un Lion d’or a récompensé ce film russe qui, au-delà de ses scènes crues ou répugnantes, est d’une qualité et d’une profondeur exceptionnelles.


Le réalisateur Alexander Sokourov réinterprète le mythe de Faust. Il voit en lui un penseur, un rebelle et un pionnier, mais aussi un homme quelconque, fait de chair et de sang, et mené par ses passions.

L'avis de "Famille chrétienne"

Faust est le dernier volet d’une tétralogie sur le pouvoir, après MolochTaurus et Le Soleil (respectivement sur Hitler, Lénine et Hiro Hito). Il ne s’agit plus cette fois de peindre un dictateur, mais de plonger dans l’un des grands mythes illustrant le pouvoir.

Nourri littérairement (Goethe et Thomas Mann), ce film russe l’est aussi linguistiquement (il est en allemand), géographiquement (tourné en Espagne et en Islande), et historiquement.

... la suite ...

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 13:48

 

Ainsi travaille la Poste !

 

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 13:43

sur l'Ecran , le site à faire connaître et à soutenir en s'abonnant ...




Libre accès




Libre accès



Libre accès


Libre accès





Libre accès



Partager cet article
Repost0
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 00:01

... avec Donald Duck 

                                    Une autre version
Partager cet article
Repost0
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 18:45

 

une soirée électorale, ça ne sert à rien.

 

20:45
Envoyer à un ami
Le train de 16h50

Se faisant passer pour une domestique, Miss Marple tente d'élucider un crime commis dans un train.

DÉTAILS
ARD / © HR/DEGETO
dimanche, 17 juin 2012 à 20:45

Rediffusions : 
28.06.2012 à 15:00
Le train de 16h50
(Royaume Uni , 1961, 82mn)
ARTE
Réalisateur: George Pollock
Scénariste: David Osborn, nach einem Roman von Agatha Christie
Image: Geoffrey Faithfull
Musique: Ron Goodwin
Montage: Ernest Walte
Acteur: Margaret RutherfordStringer DavisArthur KennedyMuriel PavlowJames Robertson JusticeThorley WaltersCharles 'Bud' TingwellConrad PhillipsJoan HicksonRonnie Raymond,Gerald CrossMichael Golden
Production: George H. Brown ProductionsMGM British Studios
Producteur: George H. Brown

VOST16 / 9Version multilingueHD natif

Se faisant passer pour une domestique, Miss Marple élucide un crime commis dans un train. Humour et suspense dans ce film de  George Pollock, l'adaptateur attitré d'Agatha Christie.

le train repasse le 28 juin à 15h... 

Partager cet article
Repost0
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 15:47

 

 

VIDÉOS - Le commentateur devait une grande partie de sa réputation à ses «bons mots» qui, lâchés en direct à l'antenne, ont souvent nourri la polémique.

 

Partager cet article
Repost0