Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 23:49

 

Ostrov : L'Ile , film de Pavel Loungine, en russe

sous titré 

► 1:33► 1:33
dailymotion.com2 min
Un monastère orthodoxe sur une île du nord de la Russie.
Un moine perturbe la vie de sa congrégation  ...
Partager cet article
Repost0
30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 19:44

 

ce dimanche 31 octobre sur ARTE

A NE PAS MANQUER !

dimanche 31 octobre à 20:40

Rediffusions 05.11.2010 à 01:20
 (Royaume Uni , 1958, 83mn)

D'après Arthur Conan Doyle, un joyau fantastique de la Hammer signé Terence Fisher, maître de l'horreur gothique.

La légende veut que le débauché sir Hugo Baskerville ait été égorgé par un "chien de l'enfer" après s'être livré à une orgie et avoir poignardé une jeune paysanne. Depuis, tous les Baskerville meurent tragiquement, attaqués par cet animal maléfique. La dernière victime est sir Charles, découvert mort sur la lande, le visage pétrifié de terreur. Telle est l'histoire que le docteur Mortimer raconte à Sherlock Holmes, qui accepte d'assurer la protection du dernier héritier des Baskerville, sir Henry, tout juste rentré d'Afrique du Sud...

À la fin des années 50, Terence Fisher, metteur en scène déjà aguerri, tourne coup sur coup quatre chefs-d'oeuvre fantastiques, dont deux avec Christopher Lee, Le cauchemar de Dracula et Le chien des Baskerville. Sa relecture gothique et flamboyante de classiques de l'horreur fera un malheur et ouvrira la voie à tout un pan du cinéma fantastique.

http://www.arte.tv/fr/programmes/242,date=31/10/2010.html

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 18:20

 

CE SOIR A 20h40 sur ARTE

Rediffusion lundi à 14h45


 

Sophie Scholl - Les derniers jours.  Un film de Marc Rothemund

Le portrait bouleversant d'une jeune résistante allemande face à la machine totalitaire nazie. Une oeuvre inscrite dans la mouvance du nouveau cinéma allemand et de son approche dépoussiérée de l'histoire.


Au début de l'année 1943, un groupe d'étudiants d'obédience pacifiste fonde à Munich un mouvement de résistance appelé La Rose Blanche. Alors que les combats s'enlisent sur le front Est, Sophie Scholl, son frère Hans et leurs compagnons couvrent la ville de slogans dénonçant la folie meurtrière d'Hitler. Sophie et Hans, à peine âgés d'une vingtaine d'années, sont arrêtés alors qu'ils jettent des paquets de tracts à l'université. Interrogée pendant plusieurs jours par Robert Mohr, un agent de la Gestapo, Sophie Scholl fait preuve d'un courage inaltérable, refusant de livrer ses compagnons ou de renier ses idéaux. Elle est exécutée, ainsi que son frère et leur ami Christoph Probst, au terme d'un procès expéditif et caricatural.

un extrait et la suite ICI
Partager cet article
Repost0
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 20:14

 

une belle émission, demain à  14:00 Sur les traces de Tintin


Tintin décide de partir à la recherche de son ami Tchang, disparu dans le crash d’un avion au Népal. Avec Haddock et Milou, ils se lancent à l’assaut des montagnes himalayennes ! 

C’est un album particulièrement intéressant dans la carrière d’Hergé car 25 ans après sa rencontre avec Tchang Tchong Jen, Hergé a perdu la trace de son ami disparu dans les tourments de la guerre. Hergé transpose son espoir de le retrouver dans «Tintin au Tibet ». C’est ainsi que Tintin part chercher Tchang sur les confins de l’Himalaya.
Dans cet album, il n’y a pas de méchant, pas de course poursuite, ni de folle péripétie. Tout est ramené à l’essentiel. 
C’est l’album préféré d’Hergé, probablement le plus personnel.




Partager cet article
Repost0
19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 07:45

 

 

PEOPLE-MATCH | VENDREDI 13 AOÛT 2010

LES GRANDS COMÉDIENS NE MEURENT JAMAIS, ILS S’ÉLOIGNENT…
Les grands comédiens ne meurent jamais, ils s’éloignent…
 

Photo D.R.

La lettre d'adieu de Pierre Schoendoerffer à Bruno Cremer, son ami depuis 46 ans.

Par Pierre Schoendoerffer, de l’Institut - Paris Match

Mon cher Bruno Cremer,

Je vais paraphraser pour toi le magnifique discours d’adieu du général MacArthur aux cadets de West Point : « Old soldiers never die, they just fade away. » Les grands comédiens ne meurent jamais, ils s’éloignent seulement. Tu es toujours présent, aussi longtemps que la Terre tournera autour du Soleil et que les films, les DVD et autres moyens de projection auront des spectateurs, jusqu’au Jugement dernier.
Je t’ai connu en 1964. Je t’avais vu avant, au théâtre, magistral, dans le « Becket » de Jean Anouilh, mais je n’étais alors qu’un spectateur parmi tant d’autres. En 1964, j’ai éprouvé le besoin de me replonger dans la guerre d’Indochine, de renvoyer un écho de tout ce que j’avais reçu alors d’hommes exceptionnels dont les noms sont ignorés, oubliés aujourd’hui : Bréchignac, Bigeard, Botella, Touret, Cabiro... J’en passe, certains dont je ne me souviens plus du nom mais dont je revois le visage. Il me fallait quelqu’un pour incarner ces fantômes qui me trottaient dans la tête. Et ce fut toi, évidemment. Sept semaines de tournage au Cambodge, en pleine jungle, pendant la mousson, au bout du bout du monde. Un film de pauvre pour parler d’une guerre de pauvres. On couchait par terre sous un auvent, dans la boue, et il y avait ces abominables sangsues, l’odieux bourdonnement des moustiques. On n’avait rien à boire, sauf une caisse de bières du Tonkin qui était arrivée à dos d’éléphant dans la cahute de Pétrole, Pétroline et Pétrolette, un Chinois, sa femme et sa fille qui tenaient boutique si l’on peut dire. Le stock de bière fut vite englouti. Il ne nous restait plus que l’eau de la rivière qu’on faisait bouillirpour éviter la dysenterie amibienne. Je t’empêchais de laver ta tenue de combat pour la vraisemblance et de te laver la figure pour accentuer les traces de fatigue de la longue marche. Je te faisais jeûner pour te donner cette gueule de loup maigre des soldats qui étaient dans ma mémoire. Oui, je t’en ai fait baver. Je t’ai même fait tirer à balles réelles – ce qui est impressionnant – parce qu’elles coûtaient moins cher que les balles à blanc. Dans ces conditions, il n’y a pas de milieu, soit on se déteste, soit on s’estime. C’est comme ça que nous sommes devenus amis.

Nous avons fait deux autres films ensemble, c’est peu en presque cinquante ans, mais chaque fois ce fut un bonheur pour moi.On se voyait souvent, on mangeait du caviar à gogo en buvant de la vodka comme des Russes. Tu es un gourmet et un ripailleur. Tu avais tes bistrots où on te traitait un peu comme Kessel dans ses « Nuits de prince ». J’aime ton humour britannique, ton sens de la litote.

On a beaucoup ri ensemble. J’aime aussi ta pudeur, ton sourire lumineux et ta discrétion.
J’étais en Bretagne, il pleuvait, le mélancolique crachin du Finistère qui rappelle celui du Tonkin. Je lisais un Simenon, « Le chien jaune », et tu étais là, entre les lignes, quand j’ai appris la nouvelle de ton départ. Ce n’est que hier que j’ai achevé la lecture de ce Maigret, et tu étais toujours là, entre les lignes. Je voyais ton visage, j’entendais ta voix, je te voyais bourrer ta pipe comme Simenon le faisait faire à son Maigret.

C’est vrai, les grands comédiens ne meurent jamais. Tu es toujours là... Mais ne t’éloigne pas trop.

On a besoin de toi. Salut l’ami. Point final

Partager cet article
Repost0
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 16:01

 

Partager cet article
Repost0
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 08:18


Ouvrir le voile sur l’Holodomor : le génocide stalinien du peuple ukrainien

Les cinq millions de morts
de la grande famine des années 1932 – 1933

3 séances de projection du film « Holodomor, hommage aux victimes » (30 mn), 
diffusé le 28 février sur France 2 

Jeudi 22 Avril

 à  l'Espace Bernanos à Paris

      4 rue du Havre - Paris 9e

M° Havre Caumartin ou St-Lazare

15h
en présence de Didier Rance, Diacre, historien,
auteur de « Un siècle de témoins : les martyrs du XXème siècle »
et « Catholiques d’Ukraine, des Catacombes à la lumière »

18h30
avec Thomas Wallut,
Producteur de l’émission « Chrétiens Orientaux » de France 2

Partager cet article
Repost0
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 10:52

 

KATYN, le film d’Andrej Wajda ,

censuré (de fait) en France, est disponible en DVD.

Achetez le, offrez le , prêtez-le, passez le en ciné-club, …

La bande-annonce

Katyn

 

 

Partager cet article
Repost0
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 17:53
 
Zoom
A l'affiche
de Marc Dugain avec André Dussollier, Marina Hands, Édouard Baer

Un écrivain français qui adapte lui-même son roman au cinéma, cela devient une habitude. Après Alexandre Jardin, Bernard-Henri Lévy, Yann Moix, Michel Houellebecq, Éric-Emmanuel Schmitt, Bernard Werber ou Philippe Claudel, voici donc Marc Dugain qui s’essaye à son tour à la caméra. Un choix qui ne manque pas de courage après le peu de réussite de ses confrères ! Et qui se révèle pourtant judicieux, car son film a beaucoup d’atouts, malgré un thème et un style a priori peu engageants. Il est vrai que lorsqu’on offre à Yves Angelo, le célèbre directeur de la photographie, de filmer André Dussolier et Marina Hands, une bonne partie du chemin est déjà faite !

tout l'article :
Une exécution ordinaire

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 10:51
Emission du mardi 19 javier 2010 de "Ce soir (ou jamais)" sur France 3

Comme chaque mardi, la revue de presse :   sur Haiti, Pie XII, Thierry Henry, etc. Avec notamment Jean François Stévenin, Emmanuel Leroy Ladurie, Frédéric Vitoux, Jacques Duquesne et Frigide Barjot.
Partager cet article
Repost0
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 10:26


Jeudi soir, la télé nous ressert le film de propagande anti-catholique "Amen" de Costa Gavras, avec Mathieu Kassovitz.
L'occasion de se documenter sur cette époque, sur Pie XII, etc. Et l'occasion d'éclairer nos parents, amis et collègues...

                          A (re) lire sur Petrus Angel ...

Pie XII bis

ANNIVERSAIRE

Pie XII : la “légende noire” se porte bien

Cinquante ans après la mort de Pie XII, le 9 octobre 1958, la “légende noire” que les ennemis de l’Eglise ont fait circuler au sujet de ce pape – celle d’une indifférence glaciale à la Shoa –, cette légende est toujours en vie. Qu’on soit catholique ou non, elle constitue une grave insulte à la mémoire de l’homme et à la simple vérité, dénoncée comme telle par tous les historiens...  
un article du site http://sedcontra.fr










Amen 2

Des juifs reconnaissants envers Pie XII

Des juifs reconnaissants envers pie xii
La légende noire sur pie xii
Pie xii
Partager cet article
Repost0
28 octobre 2009 3 28 /10 /octobre /2009 11:09
Un film à voir pour son scénario comme pour ses acteurs
De sa musique, aucun souvenir !


 
Partager cet article
Repost0
13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 00:29

"Au nom de Dieu vous ne faites qu'envoyer des hommes et des femmes à la mort, sous prétexte qu'ils sont différents, qu'ils n'ont pas les mêmes idées que vous"
Le dernier film de Gérard Jugnot, "
Rose et noir" est une concentration atomique de poncifs contemporains jetés contre les intolérants inquisiteurs. Homosexuels, musulmans, juifs, inquisiteurs, français libérés contre espagnols sinistres, coincés et catholiques et les acteurs défendent le film en disant qu'ils veulent porter des idées qui ne sont pas néfastes ou malsaines et l'auteur dit veut diffuser de l'humanisme et qu'il défend la vie. (sic).
... la suite


Partager cet article
Repost0
11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 23:20



“All animals are equal, but some animals are more equal than others.”



1h12 
Animated barn animals act out human faults in life and politics
in Orwell's captivating tale..
Partager cet article
Repost0
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 13:13

 

999e article ...
 

Roman Polanski et le Prince des ténèbres

En 1969, Roman Polanski tourne « Le bal des Vampires » avec dans le rôle principale sa femme Sharon Tate. Le couple est heureux et un bébé est annoncé. Tout va pour le mieux pour la famille Polanski. Le succès est au rendez-vous et les Polanski s’installent dans le quartier chic de Bel Air à Los Angeles. Pour affaire, Roman Polanski doit se rendre à Londres alors que sa femme est enceinte de huit mois. La superbe actrice se repose paisiblement dans sa somptueuse maison et profite d’une soirée pour recevoir des amis. Nous sommes le 9 août 1969. Des inconnus pénètrent dans la maison et l’un d’eux lance à l’auditoire «Je suis venu faire l’œuvre du diable ! ». Les hommes sont aussitôt abattus par balles. Les femmes sont violées puis égorgées. Plus de quinze coups de couteau ont frappé Sharon Tate. Les soldats de Satan viennent de punir un pêcheur.

 Cette horrible histoire a pour origine l’année 1967 et une rencontre. Polanski fait des recherches pour le film « Rosemary’s Baby ». Pour adapter à l’écran le best seller d’Ira Levin, le jeune producteur européen recherche un conseiller sur la possession et les rituels sataniques et se tourne vers le maître de l’Eglise de Satan, Anton Lavey. Ce dernier, élevé par ses quinze mille disciples au rang de grand prêtre, apparaît ainsi dans le générique du film comme conseiller occulte. Polanski se sert même de Lavey pour la promotion et lui offre un rôle, celui du Diable qui viole Rosemary, rôle tenu par Mia Farrow. Le film est un succès et Polanski est considéré par les médias comme spécialiste des films d’horreur et sataniques . La naissance de l’Antéchrist est sur les écrans du monde entier. Cette position est confortée avec la sortie du film « Le bal des vampires ».

 Mais pourquoi un tel massacre ? Je vous propose quelques informations issues du procès qui suivit l’horreur.

La satire du diable dans le « Bal des vampires » aurait été prise comme un affront par les sectes sataniques américaines. Polanski, ne souhaitant pas faire un film gothique d’horreur sur le thème des vampires, se tourna vers la dérision et une parodie des productions de la Hammer. L’enquête policière se tourne tout d’abord vers Anton Lavey et sa florissante Eglise. La police fait rapidement le lien entre le grand maître et une secte prônant l’Apocalypse biblique. En effet, sa maîtresse, Susan Atkins, est l’ange démoniaque du bientôt célèbre Charles Manson et de son groupe de hippies sans foi chrétienne ni loi conventionnelle. Manson reconnaît rapidement les faits et confesse avoir envoyé sa bande de tueurs chez les Polanski. Il reconnaît avoir envoyé sa « famille », c’est à dire une bande de tueurs dont Susan Atkins. Cette dernière a eu un rôle dans « Le Bal des Vampires » et joua au côté de Sharon Tate qui avait endossé la peau d’une jeune femme sacrifiée au nom de Lucifer.

 Pendant le procès, Manson déclare que le massacre a été ordonné par les messages contenus dans les chansons du « White Album » des Beatles Le titre d’une des composition de John Lennon se retrouva sur un des murs de la maison des Polanski « Helter Skelter ». Pour Manson, cette chanson annonçait le début de l’Apocalypse. Manson et ses complices furent condamnés à la peine capitale, sanction qui se transforma en prison à vie par la suite.

 Manson en envoyant ses tueurs se considérait être la Bête de l’Apocalypse, soit le chiffre 666. Il reconnaît avoir tué un homme et un femme en juin 1969 et avoir planifié le meurtre de Sharon Tate pour le 9 août 1969. Toutes ces dates avaient indiqué pour Manson dans la chanson « Revolution », morceau issu du « White Album » Ecoutez bien ce morceau et vous entendrez un voix qui répète trois fois le chiffre 9. Le corps de Sharon Tate montre qu’une maladroite césarienne avait été faite sur son corps. Manson voulait-il provoquer la naissance de l’Antéchrist le 9 août 1969 ? 

Pour en finir avec cette série de meurtre commis sous le signe de Satan, un certain Mark Chapman tua John Lennon le 8 décembre 1980. Pas de trace ici dans les dates d’une trilogie de 9. Toutefois Chapman entretenait une correspondance avec Manson qui l’aurait guidé jusqu’au lieu du meurtre. John Lennon a été tué devant l’Hotel Dakota, lieu du tournage de « Rosemary’s baby ».

  Trente ans exactement après le massacre de sa femme, Polanski fait endosser à sa nouvelle femme le rôle du Prince des ténèbres. Nous sommes en 1999. Les sectes sataniques se préparent de leur côté au nouveau millénaire qui sera celui de Satan. Pour eux 1999, soit 666 à l’envers correspond à l’arrivée sur terre de l’Antéchrist. En cette période tourmentée, Roman Polanski sort le film « la Neuvième porte ». Le scénario est basé sur un livre écrit en 1666 par Aristide Torchia qui fût brûlé pour ses pratiques sataniques. L’intrigue du film n’est pas à la hauteur de nos espérances. Heureusement le duo Johnny Depp-Emmanuelle Seigner est du plus bel effet. Johnny Depp campe ici un bouquiniste-détective qui recherche neuf gravures réalisées par Lucifer lui-même. Emmanuelle Seigner l’accompagne dans sa quête et le protège par des moyens plus que surnaturels. Polanski joue avec ses vieux démons et nous livre un nouveau volet satanique qui ne sera jamais couronné d’un Oscar comme « Rosemary’s Baby ».   "

(lu sur http://www.forumgothcat.com).





D'autres informations du Père Verlinde sur Anton Lavey

 ICI

 

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 11:40

 

le dessin animé intégral trouvé sur la Toile...

2h04 

Partager cet article
Repost0
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 09:56

 

Mr. Hulot (director & star Jacques Tati) fashions a hat from a newspaper and undertakes to play tennis, to the amusement of Martine (Nathalie Pascaud) 
Regarder cette vidéo sur tcm.com
Cette vidéo ne peut pas être lue à partir de cet emplacement.
Visionnez-la sur tcm.com
Partager cet article
Repost0
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 12:01
Partager cet article
Repost0
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 09:40
Partager cet article
Repost0
8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 19:39
 
 sur ARTE
mercredi, 8 avril 2009 à 20:45

Hitler-Staline, la diagonale de la haine

 

DÉTAILS

Rediffusions :
11.04.2009 à 14:00

(Allemagne, Russie, Autriche, 2008, 89mn)
ZDF

 
Portrait croisé des deux dictateurs les plus sanguinaires du XXe siècle.

L'un pense en termes de races, l'autre en termes de classes. Ils ont en commun leur antisémitisme et Staline a lu Mein Kampf. Tous deux sont animés par une forme de paranoïa. Chacun pratique une politique d'annexion territoriale et rêve d'imposer son idéologie... Ullrich Kasten met en parallèle les trajectoires des deux dictateurs - qui ne se sont jamais rencontrés. Il décrit notamment la terrible partie de poker menteur à laquelle ils se sont livrés au moment du pacte germano-soviétique.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 17:22


Mardi 31 mars à 20h à Paris



avant-première du film d’Andrzej Wajda 


Le film hommage d’Andrzej Wajda aux 22 500 officiers polonais - dont faisait partie son père - massacrés par la police secrète soviétique sur ordre de Staline en 1940.
En Pologne, où le mot «Katyn» fut banni par la propagande communiste pendant plus d’un demi-siècle, le film a rencontré un grand succès.

Nommé aux Oscar 2008 : Meilleur film étranger
Nommé aux Polish Film Awards 2007 : Meilleur film, meilleure musique, meilleure direction de la photographie, meilleur second rôle féminin, meilleurs costumes

La projection sera suivie d'un débat organisé par L’Histoire avec Antoine de Baecque, critique et historien du cinéma, Stéphane Courtois, directeur de recherche au CNRS, a dirigé le Livre Noir du Communisme (Robert Laffont 1997) et Alexandra Viatteau, écrivain, spécialiste de l’étude de la désinformation, auteur de Katyn (à paraître au printemps chez André Versaille).

Projection et débat sont ouverts au public (billets en vente sur place).

Cinéma Le Champo
51, rue des Ecoles
75005 Paris
www.lechampo.com 

Partager cet article
Repost0
26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 22:36
 
nouveauté en DVD ...

BECKET
 
12 NOMINATIONS AUX OSCARS
 
Le roi d’Angleterre Henry II veut régner en maître absolu sur son royaume et sur l’Eglise. Ainsi, il envisage de mettre fin aux privilèges du clergé. Pour servir ses desseins, il nomme Archevêque de Canturbery le dévoué Thomas Becket. Mais ce compagnon de plaisirs agréable va se révéler sous un autre jour pour Henry II…
 



Réalisé par Peter Glenville
Avec Peter O’Toole, Richard Burton et Sir John Gielgud
Scénario de Edward Anhalt d'après la pièce de théâtre de Jean Anouilh, Becket ou l'honneur de Dieu.


- L’un des plus beaux films historiques produits par Hollywood
- L’histoire vraie du roi Henry II et de l’archevêque de Canterbury Thomas Becket
- Un casting royal, des décors grandioses et des dialogues mythiques !
- Avec Peter O’Toole (8 nominations aux Oscars) et Richard Burton (7 nominations   aux Oscars)

http://www.kobafilms.fr/index.php?option=com_frontpage&Itemid=51
Partager cet article
Repost0
31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 00:46
La mort de Patrick McGoohan, acteur rebelle et chrétien

On nous a appris avec Molière que jadis on ne donnait pas de sépulture chrétienne aux acteurs. Comme si l’Église avait prévu que ces diables d’hommes allaient faire basculer le monde dans une décadence digne de l’empire romain.

Mais le christianisme réserve toujours, comme la mule du pape, une charge à l’ennemi. À Hollywood il y eut Leo McCarey, dont je reparlerai, John Ford, Raoul Walsh, et aujourd’hui Mel Gibson.

Et puis il y eut à la télévision Patrick McGoohan, autre acteur d’origine irlandaise (l’Irlande des moines mais aussi de Swift ou de Joyce), à qui nous devons la série du légendaire Prisonnier. Tournée en 1967 dans l’étrange village-musée de Portmeirion au pays de Galles, cette série aporétique et énigmatique a célébré l’image du rebelle des temps spectaculaires décrits par McLuhan et symbolisé pour tous les résistants de l’ordre mondial : le mutin situationniste. En même temps, bien sûr, qu’elle nous ouvrait des horizons ignorés sur des mondes parallèles à la Lewis Carroll, de nouvelles utopies atlantéennes, et une réflexion sur le conditionnement dans ces temps orwelliens.

McGoohan, de religion catholique, et dont on a dit et redit qu’il voulait se faire prêtre, a commencé par la série Danger Man, censée avoir inspiré James Bond. Mais c’est un drôle de James Bond. L’agent secret ne sauve pas le monde mais il essaie de préserver l’empire britannique (on est au tout début des années soixante) ou de préparer les transitions à l’indépendance. Il n’a pas d’armes à feu, s’il se bat très bien avec ses poings. Il ne touche jamais aux femmes, s’il les retourne ou les manipule à la perfection. Il n’est aucunement sadique, tournant le dos à la cruauté des romans d’espionnage. Il est excellent technicien, entièrement tourné vers l’Intelligence, au sens anglo-saxon du terme. ....

la suite ....
www.libertepolitique.com/culture-et-societe/5089-la-mort-de-patrick-mcgoohan-acteur-rebelle-et-chretien









Partager cet article
Repost0
8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 20:36
Partager cet article
Repost0
9 octobre 2008 4 09 /10 /octobre /2008 18:58

ANNIVERSAIRE

Pie XII : la “légende noire” se porte bien

C inquante ans après la mort de Pie XII, le 9 octobre 1958, la “légende noire” que les ennemis de l’Eglise ont fait circuler au sujet de ce pape – celle d’une indifférence glaciale à la Shoa –, cette légende est toujours en vie. Qu’on soit catholique ou non, elle constitue une grave insulte à la mémoire de l’homme et à la simple vérité, dénoncée comme telle par tous les historiens...  
un article du site http://sedcontra.fr

Partager cet article
Repost0