Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 10:19

2 février, la Chandeleur. Qu'est-ce que c'est ?

 

L’Épouse prépare sa chambre nuptiale.

La Chandeleur est la dernière fête du cycle de Noël. Les pensées de la fête sont une transition entre Noël et Pâques. Nous voyons encore le divin Enfant dans les bras de sa Mère, mais elle l’offre déjà en sacrifice.

1. La fête. — L’Église chante : « Aujourd’hui la bienheureuse Vierge Marie présenta l’Enfant Jésus au temple et Siméon rempli de l’Esprit-Saint le prit dans ses bras et bénit Dieu pour l’éternité. » La fête est célébrée exactement quarante jours après Noël. L’Église romaine célèbre de préférence ses fêtes d’après la chronologie de l’Écriture (par exemple : la Circoncision, l’Annonciation, l’Ascension, la Pentecôte, la naissance de saint Jean-Baptiste).

La fête d’aujourd’hui est, en premier lieu, une fête de Notre Seigneur et, en second lieu, une fête de la Sainte Vierge. Pour bien comprendre cette fête, il faut la situer dans la série des grandes fêtes du cycle de Noël : Noël, l’Épiphanie et la Chandeleur sont les points dominants du cycle d’hiver. Nous pouvons même remarquer une belle progression, tant dans le symbole de la lumière que dans la participation de l’humanité à la manifestation de Dieu. A Noël, la lumière « brille dans les ténèbres » et bien peu nombreux sont ceux qui « la reçoivent » (la Mère de Dieu, les bergers à la Crèche). A l’Épiphanie, la « lumière » rayonne sur Jérusalem (l’Église), « la gloire du Seigneur s’est levée sur Jérusalem » et le monde païen « afflue » des ténèbres vers la ville de lumière. Aujourd’hui, à la Chandeleur, la lumière est dans nos mains, nous la portons en procession et à la messe ; la lumière fait aujourd’hui partie essentielle de la liturgie. Mais, aujourd’hui aussi, l’Église s’avance comme une Épouse au-devant du Seigneur et « reçoit avec amour la miséricorde (faite Homme) dans ses bras » (Intr.). C’est précisément cette progression qui donne toute sa beauté à cette fête. A Noël, l’Église est encore à l’arrière-plan, le divin Roi qui vient de naître domine toute la liturgie ; à l’Épiphanie, l’Église apparaît déjà comme l’Épouse « ornée du vêtement du salut comme une Épouse, parée de joyaux ». La liturgie célèbre ses noces. Aujourd’hui, la fête marque donc un progrès important : l’Épouse orne sa chambre nuptiale et va au-devant de l’Époux, c’est pourquoi nous chantons le cantique nuptial :
« Pare ta chambre nuptiale, Sion,
Reçois le Christ, le Roi,
Entoure Marie, la Porte du ciel,
Car elle porte le Roi de gloire, la nouvelle lumière.
Là se tient debout la Vierge, elle porte dans ses mains son Fils
Engendré avant l’étoile du matin,
Siméon le reçoit dans ses mains et annonce aux peuples
Qu’il est le Maître de la vie et de la mort, le Sauveur du monde.

La suite du texte de Dom Pius Parsch

 

 Ci-dessous, la fête de la Chandeleur à Rome sous Benoît XVI. JPSC

 

 

Dom Pius Parsch, le Guide dans l’année liturgique
Partager cet article
Repost0
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 23:52

A neuf ans j'ai fait un songe qui m'est resté profondément gravé dans l'esprit pendant toute ma vie. Dans ce songe, il me semblait que j'étais près de notre maison dans une cour très spacieuse où étaient rassemblés une foule d'enfants qui jouaient. Les uns riaient, beaucoup blasphémaient. En entendant ces blasphèmes je me suis tout de suite jeté au milieu d'eux, donnant du poing et de la voix...

La suite...

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 19:09

Une fois n'est pas coutume, Petrus Angel invite les anglophones à découvrir le site de Taylor Marshall à l'occasion de la Saint Thomas d'Aquin :

7 Reasons to Love Saint Thomas Aquinas (plus 4 Catholic videos)

Happy Feast Day of Saint Thomas Aquinas !!! To celebrate I’ve uploaded a new Catholic video: “Saint Thomas on Nature and Grace.”

 

                                a free book

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 09:02

 

Mais quelles sont ces "valeurs" de la République ?

Dans ce document (format pdf 17 pages) sont énumérées les mesures présentées le 22 janvier pour mobiliser l'école en faveur des "valeurs" de la République. Pas une seule fois dans ce document ne sont précisées quelles sont ces valeurs.

En revanche, parmis les mesures, on trouve :

"Les rites républicains valorisés : le rétablissement de l’autorité des maîtres passe par la compréhension et la célébration des rites et symboles de la République ; les projets d’école et d’établissement comporteront des actions relatives à la formation du citoyen et à la promotion de ces valeurs".

Nous devons donc comprendre que ces valeurs sont au service d'une religion.

On trouve également le retour de l'ordre moral républicain (cela ne fait pas très mai 68...) :

"Un parcours citoyen de l’école élémentaire à la terminale : il s’articulera notamment autour de l’enseignement moral et civique, de l’éducation aux médias et à l’information, de la participation des élèves à la vie sociale de l’établissement et de la Journée défense et citoyenneté"

Et si vous n'êtes pas un bon républicain, il vous en coûtera :

"Les comportements mettant en cause les valeurs de la République traités : ils seront systématiquement signalés au directeur d’école ou au chef d’établissement et seront suivis d’un dialogue éducatif avec les parents et, le cas échéant, d’une sanction disciplinaire".

Sera-t-il fait un amalgame entre les personnes proches des milieux salafistes et celles qui sont, comme disait Volkoff, "moyennement démocrates" ?

sur le salon beige

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 21:08

 

  Des milliers de Russes se sont immergés ce week-end dans les eaux glacées de lacs et rivières: une tradition orthodoxe dédiée au baptême du Christ afin de se purifier, à l’occasion de l’Epiphanie. Les hommes torse nu, les femmes parfois vêtues de longues chemises blanches, mais souvent aussi en bikini, ont bravé le froid en s’immergeant selon la tradition par trois fois, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, comme sur ces images tournées à Moscou.

 

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 14:29

 

Attentat contre Charlie Hebdo : la réaction de Mgr Marc Aillet

Mgr Marc Aillet Diocese Bayonne 64 Charlie Hebdo Eveque Eglise Attentat Communique France

L’attentat d’une sauvagerie inouïe qui a coûté la vie à deux policiers et dix collaborateurs de « Charlie Hebdo » suscite en France et dans le monde entier une émotion et une réprobation quasi-unanimes, à laquelle l’Eglise catholique s’associe, tant par la voix du pape François que par celle de la Conférence des évêques de France.

En tant qu’évêque de Bayonne, Lescar et Oloron, j’invite les fidèles du diocèse à prier pour les victimes de cet acte inqualifiable, leurs proches et leurs familles, mais aussi pour les fanatiques qui, au nom de Dieu ou de la religion, ne reculent hélas devant rien pour semer la terreur, la haine et le chaos.

Puisse le Seigneur nous donner la force et la grâce de refuser l’engrenage de la violence dans lequel le terrorisme s’efforce de nous entraîner, pour être et demeurer, quelles que soient les circonstances, des artisans de paix et de justice.

 

                                                                                       Mgr Marc Aillet le 8 janvier 2015

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 20:59

 

« Alors le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, s’en allèrent au-devant de l’époux. Il y en avait cinq qui étaient folles et cinq qui étaient sages.
Les cinq folles, ayant pris leur lampe, ne prirent pas d’huile avec elles ; mais les sages prirent de l’huile dans leurs vases avec leurs lampes.
Comme l’époux tardait à venir, elles s’assoupirent toutes et s’endormirent. Au milieu de la nuit, un cri s’éleva : voici l’époux qui vient, allez au-devant de lui.
Alors toutes ces vierges se levèrent et préparèrent leurs lampes. Et les folles dirent aux sages : donnez-nous de votre huile, car nos lampes s’éteignent. Les sages répondirent : de crainte qu’il n’y en ait pas assez pour nous et pour vous, allez plutôt chez ceux qui en vendent, et achetez-en pour vous.
Mais, pendant qu’elles allaient en acheter, l’époux arriva, et celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée.
Plus tard, les autres vierges vinrent aussi, disant : Seigneur, Seigneur, ouvrez-nous.
Il leur répondit : en vérité je vous le dis, je ne vous connais pas.
Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure. »

Cette parabole s’applique à tous les hommes et à tout instant. Vous devez toujours vous tenir prêt à vous présenter devant votre Créateur, car vous ne savez ni le jour ni l’heure de votre mort. Par conséquent, vous devez constamment vous maintenir en état de grâce, éviter à tout prix les péchés mortels, et entretenir cette grâce en vous par la prière, la pénitence et les sacrements (l’huile).

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 14:38

 

Confronté parfois aux questions portant sur la pratique de notre foi, je me rends compte qu’il y a un vice dans leur formulation : pourquoi JE dois, NOUS devons, faire ou croire telle ou telle chose ? Ces questions centrées sur nous-mêmes nous font croire que dans la foi et l’amour nous avons l’initiative. Or, « ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, mais c’est lui qui nous a aimés et qui a envoyé son Fils en victime de propitiation pour nos péchés » (1 Jn 4, 10). Nous n’avons pas inventé l’Eucharistie, par exemple, et si pendant vingt siècles les chrétiens se sont rassemblés pour célébrer le jour du Seigneur, il y a certainement une raison qui me dépasse et je dois essayer d’y répondre. La question devrait être formulée plutôt dans ces termes : pourquoi Dieu nous a-t-il demandé de faire telle ou telle chose ? Heureusement il nous répond dans l’Écriture, la Tradition, le Magistère et la vie de l’Église.

L’origine de l’Eucharistie est le regard et le cœur de Jésus. Marc rapporte dans l’Évangile la rencontre du Maître avec une foule affamée : Jésus « en eut pitié, parce qu’ils étaient comme des brebis qui n’ont pas de berger, et il se mit à les enseigner longuement » (Mc 6, 34). En plus, il ordonne à ses disciples : « Donnez-leur vous-mêmes à manger » (Mc 6, 37). Dieu connaît la faiblesse de l’homme, sa fatigue et ses épreuves sur le chemin de la vie et pour cette raison il est venu marcher avec nous. Il reconnaît en nous les disciples d’Emmaüs, découragés, tristes, déçus après l’échec de nos projets. Il vient à notre rencontre dans la messe, il nous explique le sens de ces événements à la table de la Parole ; il se met à table avec nous et nous offre le pain, son corps, et le vin, son sang, pour rester avec nous et nous dire que son sacrifice sur la croix est pour nous, pour notre amour. Pour demeurer avec nous tous les jours Dieu n’a pas hésité à souffrir jusqu’à l’extrême. Seigneur, qu’est-ce que l’homme, pour que tu en fasses un si grand cas ?

 

Et qu’est-ce que cela change à ma réalité concrète ? À quoi bon aller à la messe ? À quoi bon la pratique ? À quoi bon tout ? Ces questions ont radicalement changé grâce à l’Incarnation et la manifestation de Jésus, Fils de Dieu. L’homme ne lance plus désormais ces questions à un ciel vide, il n’interroge plus l’impersonnel risquant d’aller dans le non-sens. Aujourd’hui toi et moi, nous pouvons poser les mêmes questions à Jésus, à l’Emmanuel qui marche avec nous présent dans l’autel. En Jésus, Dieu lui-même est devenu notre interlocuteur, notre médiateur, notre rédempteur. Saint Bernard a très bien compris cette nouveauté : « N’interroge pas ce que tu souffres, toi, mais ce qu’il a souffert, lui. A ce qu’il est devenu pour toi, reconnais ta valeur à ses yeux, afin que sa bonté t’apparaisse à partir de son humanité. En effet, l’abaissement qu’il accomplit dans son humanité a révélé la grandeur même de sa bonté, et plus il s’est rendu méprisable en ma faveur, plus il me devient cher » (Sermon pour l’Épiphanie).

Lu ICI

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2015 2 06 /01 /janvier /2015 11:54

 

Prédication du Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine pour la fête de l'Epiphanie

 

Prédication du 8 janvier 2012 par le père Michel-Marie Zanotti-Sorkine – Fête de l’Épiphanie (Lc 2, 1-12) /  http://www.delamoureneclats.fr 


Partager cet article
Repost0
4 janvier 2015 7 04 /01 /janvier /2015 14:15
Partager cet article
Repost0
29 décembre 2014 1 29 /12 /décembre /2014 09:18

 

Ils s’appellent Joseph (Fadelle), Myriam, Hayette, Paul, Christophe, Eric, Laurence. Ils sont Irakiens, Marocains, Algériens, Maliens, Français. Il y a 5 ans, 10 ans, 30 ans, jamais ils n’auraient imaginé vivre ce qu’ils ont vécu. Ils étaient musulmans, à la recherche de Dieu. Ils sont devenus catholiques. Aujourd’hui, ils témoignent à visage caché pour certains, à visage découvert pour d’autres. Ils dévoilent leur foi chrétienne alors même que certains risquent la mort pour cela. Ils évoquent simplement, sans aucune rancœur ni rancune, leur rejet de l’islam par amour de Dieu, leur découverte de la Bible qu’ils ont lue en cachette. Ils ont ainsi fait une rencontre, parfois mystique, avec le Christ et son Eglise, et cette rencontre a bouleversé intégralement leur vie d’alors. C’est un document inédit que reinformation.tv vous propose, loin des clichés habituels diffusés par les médias de masse. Un document animé de l’esprit de vérité, plein d’espérance et de charité pour les musulmans.

 

par Michel Janva | Catégorie(s): Religions : L'Islam 

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2014 6 27 /12 /décembre /2014 19:02

 

A tout nos chers frères et sœurs en Christ

Que la paix soit avec vous

L

a situation des réfugiés chrétiens en Irak est toujours tragique et critique. Il n’y a pas de solution rapide à l’horizon. Du point de vue psychologique, ils sont inquiets pour leurs maisons, propriétés, emplois et pour l’avenir de leurs enfants. En ces temps de célébration de Noël et du nouvel an, ils ont particulièrement besoin de signes leur montrant qu’ils ne sont pas seuls.

C’

est pourquoi je demande à tous nos frères et sœurs de prier pour eux tous les jours afin qu’ils gardent l’espoir, le courage et la confiance dans l’Amour de Dieu notre Père.

N

ous vous sommes très reconnaissants pour votre amitié, votre proximité et votre solidarité, même si vous êtes si loin. Nous sommes très émus et impressionnés par ce que l’Aide à l’Église en Détresse, Missio, l’Œuvre d’Orient et d’autres œuvres font. Les réfugiés ont besoin de cœurs ouverts et de portes ouvertes pour sentir qu’ils sont soutenus. Nous sentons d’ailleurs que vous êtes pour nous le bon Samaritain.

Que Dieu vous bénisse éternellement.
Je vous souhaite un joyeux Noël et une bonne année.

+
Mgr. Louis Raphaël Ier Sako
Patriarche de Babylone des Chaldéens   

Mgr Louis Raphaël Ier Sako, patriarche de Babylone des chaldéens (Photo: Aide à l`Eglise en Détresse)  

Partager cet article
Repost0
26 décembre 2014 5 26 /12 /décembre /2014 17:24

 

JPEG - 30.1 ko

Partager cet article
Repost0
25 décembre 2014 4 25 /12 /décembre /2014 18:22

 

Les traditions de la crèche et du sapin, par Jean Etèvenaux 

La populaire crèche de Noël apparaît comme relativement récente, attribuée à saint François d’Assise aux XIIe-XIIIe siècle. Mais la représentation de la naissance du Christ demeure plus ancienne, puisque ce fut au milieu du IVe siècle que le pape Libère fixa la Nativité au 25 décembre, marquant ainsi le début de l’année liturgique. C’est de la même époque que datent les deux plus anciennes représentations connues : une peinture murale, dans les catacombes romaines de Saint-Sébastien, ornant la chambre mortuaire d’une famille chrétienne ayant vécu aux environs de 380 et une scène peinte sur un sarcophage de la basilique de Saint-Maximin représentant l’adoration de l’Enfant-Jésus par les rois mages.

Le terme — venu de l’allemand Krippe [lit de bébé] — désigne d’abord la mangeoire pour les animaux dans laquelle la Vierge a déposé Jésus à sa naissance selon saint Luc, puis l’ensemble du lieu de la Nativité et même la scène globale de l’événement. François d’Assise, conscient de l’impossibilité pour les pèlerins de se rendre en Terre sainte occupée par les Turcs, aurait fait célébrer en 1223 la messe de minuit à Greccio, en Italie centrale, devant une étable où hommes et bêtes incarnaient ce qui s’était déroulé douze siècles plus tôt. Puis les mystères et les jeux médiévaux interprétés dans les églises puis sur les parvis amenèrent des crèches spectacles, qui prirent ensuite le nom de crèches publiques, de crèches parlantes ou de pastorales ; il y eut même, à la fin de l’Ancien Régime, une crèche bisontine de marionnettes représentant des personnages types de la société locale.

Au XVIIIe siècle, dans l’aristocratie et la bourgeoisie, on mit au point des boîtes vitrées décorées, appelées grottes ou rocailles, avec des figurations de l’Enfant-Jésus, ainsi que des scènes de la vie du Christ et des saints, réalisées en cire, en mie de pain ou en verre filé. Les crèches napolitaines connurent ainsi un grand succès. Sous la Révolution, des crèches privées ouvertes au public attirèrent les fidèles et les santonniers commencèrent à travailler à une grande échelle, notamment en Provence, mais aussi en Dauphiné, en Roussillon et en Languedoc.

Quant au sapin de Noël, quoique ses origines remontent aux XVe et XVIe siècles en Allemagne — certains parlent même de saint Colomban dans les Vosges au VIe siècle ou de saint Boniface en Hesse au VIIIe siècle —, ce n’est qu’au XIXe siècle que sa mode s’est répandue en Europe. L’époux de la reine Victoria, le prince Albert, de la famille de Saxe-Cobourg-Gotha, en est crédité pour le Royaume-Uni et, en France, la duchesse d’Orléans, née Hélène de Mecklembourg-Schwerin, l’aurait introduit à Paris en 1840. C’est après le milieu du XIXe siècle que la coutume s’élargit aux classes moyennes puis populaires. Elle fut dès lors vite associée aux cadeaux et aux présents.

Partager cet article
Repost0
25 décembre 2014 4 25 /12 /décembre /2014 17:18


Mon Dieu, qui dormez, faible entre mes bras,
Mon enfant tout chaud sur mon coeur qui bat,
J'adore en mes mains et berce étonnée,
La merveille, ô Dieu, que m'avez donnée.

De fils, ô mon Dieu, je n'en avais pas.
Vierge que je suis, en cet humble état,
Quelle joie en fleur de moi serait née ?
Mais vous, Tout-Puissant, me l'avez donnée.

Que rendrais-je à vous, moi sur qui tomba
Votre grâce ? ô Dieu, je souris tout bas
Car j'avais aussi, petite et bornée, 
J'avais une grâce et vous l'ai donnée.

De bouche, ô mon Dieu, vous n'en aviez pas
Pour parler aux gens perdus d'ici-bas...
Ta bouche de lait vers mon sein tournée, 
O mon fils, c'est moi qui te l'ai donnée.

De main, ô mon Dieu, vous n'en aviez pas
Pour guérir du doigt leurs pauvres corps las...
Ta main, bouton clos, rose encore gênée,
O mon fils, c'est moi qui te l'ai donnée.

De chair, ô mon Dieu, vous n'en aviez pas
Pour rompre avec eux le pain du repas...
Ta chair au printemps de moi façonnée,
O mon fils, c'est moi qui te l'ai donnée.

De mort, ô mon Dieu, vous n'en aviez pas
Pour sauver le monde... O douleur ! là-bas,
Ta mort d'homme, un soir, noir, abandonnée,
Mon petit, c'est moi qui te l'ai donnée.

 

Marie Noël


Partager cet article
Repost0
24 décembre 2014 3 24 /12 /décembre /2014 11:58

 

1583367029.jpg

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2014 2 23 /12 /décembre /2014 20:55

Au beau milieu de ce brouhaha de fables et de doctrines, une nouvelle prodigieuse se fait entendre qui ne leur ressemble en rien. Exceptionnelle et décisive comme la trompette du jugement, elle n’en est pas moins réjouissante. C’est une bonne nouvelle, si bonne même qu’elle paraît incroyable. C’est l’affirmation retentissante que le mystérieux constructeur du monde est venu, en personne, visiter son œuvre, que cet être premier et invisible, sujet de tant de réflexions et de légendes, a marché sur la terre réellement et récemment – au cœur même de l’histoire –, et qu’il est l’Homme Qui Fit le Monde.
Chesterton - L’Homme éternel

by 

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 21:09

 

Combien de chrétiens savent-ils qu'il y a un autre Joseph dans la Bible ? ...


LE-NIL-copie-1.jpg
Cliquez sur l'image... 
Partager cet article
Repost0
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 13:26

 

Jocelyne Tarneaud, écrivain et journaliste, a été interviewée sur la chaîne de télévision KTO dans l'émission "Un cœur qui écoute " présentée par Hubert de Torcy.
Voici la vidéo . 

Au cours de cet entretien, ont été présentés les livres qu'elle a écrits et qui sont disponibles en librairies religieuses et sur ce lien de la Procure . 

Elle a aussi parlé de ses comédies musicales JONAS et TOBIE, dont les CDs sont disponibles en librairies religieuses et sur ce lien .

Et vous pouvez (re)lire ICI d'autres articles de Petrus Angel.

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2014 6 13 /12 /décembre /2014 23:51

 

Les Suédois fêtent la Sainte-Lucie

Le 13 décembre est une célébration séculaire qui consacre le retour de la lumière. À l’école ou en entreprise, la tradition, spécifiquement suédoise, est très suivie. En Suède, le 13 décembre se fête. 

Chorale lors de la Sainte-Lucie à la paroisse suédoise de Paris, le 13 décembre 2009.

(Corinne SIMON/CIRIC)

Chorale lors de la Sainte-Lucie à la paroisse suédoise de Paris, le 13 décembre 2009.

LA SEMAINE
EN IMAGES

 

 

Non pas parce que la date est celle de la signature du traité de Lisbonne, en 2007, ou parce que ce jour-là, en 2002, l’Union européenne a décidé d’accueillir en son sein dix nouveaux membres. Sous ces latitudes septentrionales, le 13 décembre, qui correspond à l’ancien solstice d’hiver en calendrier julien, est surtout le jour du retour progressif de la lumière après des mois d’obscurité quotidienne. La date est aussi celle de la Sainte-Lucie, martyre sicilienne du IIIe siècle, dont l’histoire se serait confondue avec une légende du Värmland (province de l’ouest de la Suède), où l’on raconte qu’« une jeune femme venue d’on ne sait où parcourut tout le lac dans un grand bateau chargé de vivres qu’elle distribua à tous les habitants qui mouraient de faim ».

AUTANT FÊTÉE QUE NOËL

Ainsi une tradition devenue séculaire s’est-elle installée en Suède, qui consiste, chaque 13 décembre, à célébrer la Sainte-Lucie comme fête de la lumière. Spécifique au royaume scandinave, elle y est autant fêtée que Noël ou la Saint Jean. Le moment se partage en famille, à l’école, avec ses collègues ou ses voisins.

Le suite sur lacroix.fr

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 23:30

 

Aujourd'hui, fête de Notre Dame de Guadalupe

 

La vierge enceinte revêtue d'étoiles, Notre Dame de la culture de vie.
En ce jour où la France découvre les contours de la future loi d'euthanasie lente que veut le président François Hollande, c'est vers elle qu'il faut se tourner.
Elle qui a libéré le continent sud-américain de son culte infernal, avec ses sacrifices humains et ses « dons d'organes » homicides que d'aucuns répliquent aujourd'hui en prélevant des cœurs battants, non pour faire tourner le soleil mais pour faire « tourner » d'autres vies…
Elle qui a demandé au petit Juantzin Diegotzin de ne pas craindre :
Ne suis-je pas ici, moi qui suis ta mère ?
N'es tu pas sous mon ombre et ma protection ?
Ne suis-je pas la source de ta joie ?
N'es-tu pas dans le creux de mon manteau, dans le creux de mes bras ?
As-tu besoin d'autre chose ?



 

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 20:44

 

Castelmoron d'Albret, le village le plus subversif de France

Comme chaque année, plus de 160 crèches provenant de diverses régions de France et du monde entier seront disséminées dans le plus petit village de France, en Gironde, du 21 décembre au 4 janvier. Le village comptera alors bien plus de santons que d'habitants (une cinquantaine).


Crèches de Castelmoron d'Albret 2010 par chantamicale

vu sur Le salon beige 

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2014 6 06 /12 /décembre /2014 13:05
St Nicolas de Myre, archevêque († 324)
image Les autres saints du jour... Rechercher un saint image


Saint Nicolas
Archevêque de Myre
(† 324)

 

N

icolas, né probablement à Patare, en Lycie, en Asie mineure (actuelle Turquie) entre le 260 et 280, fut le fruit des prières de ses pieux parents.

 

Il eut l'esprit ouvert aux choses divines dès sa plus petite enfance ; à peine sut-il manger, qu'il sut jeûner. Il avait un oncle évêque, qui, voyant avec admiration les vertus de Nicolas, l'ordonna prêtre dès qu'il eut l'âge requis et fit de lui cette prédiction : « Il sera la consolation des affligés, le sauveur des âmes en péril, le bon pasteur qui rassemble ses brebis égarées au bercail de Jésus-Christ. »

 

Une de ses premières œuvres fut de sauver l'honneur de trois filles exposées à la perte de leur vertu ; il les dota toutes, l'une après l'autre, et il le fit si discrètement, que c'est à la fin seulement que le père, touché d'admiration, surprit la main du bienfaiteur.

 

Après un pèlerinage aux lieux saints, Nicolas se retira à Myre, espérant échapper aux honneurs qu'il voulait éviter avec tant de soin, et à la mort de l'évêque de Myre, qui arriva peu de temps après, il fut élu pour lui succéder. Dès lors il s'appliqua à devenir le modèle de son troupeau. Il ne mangea plus qu'une fois le jour, et jamais de viande ; il faisait toujours lire à sa table quelque livre de la Sainte Écriture ; ses nuits se passaient en oraison, et la terre dure était sa couche pour le peu de repos qu'il prenait. Levé avant le jour, il réveillait ses clercs pour chanter des hymnes et des psaumes ; aussitôt le soleil paru, il allait à l'église et employait le reste du jour à ses diverses fonctions pastorales.


La suite...

 

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 23:50

 

Le Christ, un roi d'amour
par  dans Le blogue de Jacques Gauthier
Au dernier dimanche de l'année liturgique, l'Église célèbre le Christ, roi de l'univers. Peut-être que ces notions de roi et de royaume ne nous disent plus grand-chose aujourd'hui. Par contre, cette parole de l’évangile est brûlante d’actualité:

« Le Roi dira à ceux qui sont à sa droite : ‘Venez les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la création du monde. Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli; j’étais nu, et vous m’avez habillé; j’étais malade, et vous m’avez visité; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi’ » (Mt 25, 34-37).

Christ-Roi Rio

La suite...

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 21:03

 

Marthe Robin reconnue vénérable : qu'est-ce que  l'héroïcité des vertus ?  
Elle vient d'être reconnue vénérable par le Pape François pour ses vertus héroïques. Mais qu'est-ce que cela veut dire ?




Marthe RobinDR / Marthe Robin
Ce 7 novembre 2014, le Pape François a autorisé la Congrégation pour la Cause des Saints à promulguer un décret reconnaissant les vertus héroïques de Marthe Robin, (1902-1981), laïque française, fondatrice des Foyers de Charité. Il s'agit d'une étape essentielle vers la béatification.
Découvrez la vie de la vénérable Marthe Robin.

La suite...

Partager cet article
Repost0