Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 09:44
10 mythes antichrétiens : l'histoire répond

 

 Une réfutation magistrale des mythes de l'histoire antichrétienne :

La vérité sur les croisades, par Sylvain Gouguenheim

Histoire d'une âme, par André Gabbar

Non, le chevalier n'était pas une grosse brute, par Martin Aurell

Le spectre de l'Inquisition, par Eric Picard

Les Borgia : l'Histoire réelle, par l'abbé C.-P. Chanut

Le scandale des indulgences, par André Gabbar

Le "malentendu" de l'affaire Galilée, par Eric Picard

Les Guerres de religion vues par les philosophes, par William Cavanaugh

Les missionnaires : colonialistes ou évangélisateurs ? par Yves Chiron

L'Eglise catholique allemande face au nazisme, par l'abbé Eric Iborra

Le processus de désinformation. Entretien avec Jean Sévillia

10 mythes antichrétiens, n° hors série de'l'Homme Nouveau" 
Version papier : 6 € ajouter dans le panier
Version numérique : 6 € ajouter dans le panier
Partager cet article
Repost0
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 09:41

 

31 juillet - Eglise Ethiopienne. Fête de la Densata (Conception de Marie) - Saint Ignace de Loyola

     
 

Après neuf mois en convalescence de mars 1522 à février 1523, à Manrèse, près du monastère bénédictin de Montserrat (Espagne, diocèse de Barcelone), suite à une blessure de guerre, Saint Ignace de Loyola eut une vision qu’il relate dans son autobiographie. Etant éveillé une nuit, il vit clairement une image de Notre-Dame avec le saint Enfant Jésus ; de cette vue, qui dura un espace de temps notable, il reçut une très excessive consolation et il demeurera avec un tel dégoût de toute sa vie passée, et spécialement des choses de la chair, qu’il lui semblait qu’on avait enlevé de son âme toutes les images qui y étaient peintes auparavant. Ainsi depuis cette heure jusqu’en août 1533, où ceci est écrit, il n’eut jamais plus même le plus petit consentement aux choses de la chair. Sans indiquer l’origine de cette vision, il en note simplement les fruits et le fait, dans sa sobriété, n’a jamais été mis en doute. 

 
 

Saint Ignace de Loyola
Autobiographie, dite Récit du pèlerin » (Ecrits, 1991, 1022-1023).
Cité par le doctionnaire des Apparitions de l’Abbé Laurentin, Fayard 2007

 

 

 

Cliquez ici avec le bouton droit pour télécharger les images. Pour protéger la confidentialité, Outlook a empêché le téléchargement automatique de cette image à partir d'Internet. Don et soutien

 

Cliquez ici avec le bouton droit pour télécharger les images. Pour protéger la confidentialité, Outlook a empêché le téléchargement automatique de cette image à partir d'Internet. Abonner un ami

 

Cliquez ici avec le bouton droit pour télécharger les images. Pour protéger la confidentialité, Outlook a empêché le téléchargement automatique de cette image à partir d'Internet. Facebook

Une minute avec Marie aujourd'hui   

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2011 6 30 /07 /juillet /2011 20:25

 

Archéologie : La tombe de l’apôtre Philippe aurait été découverte en Turquie

 

La tombe de Saint Philippe, l’un des douze apôtres du Christ, aurait été découverte au sud-ouest de la Turquie, à Pamukkale, anciennement Hiérapolis (station thermale créée vers la fin du IIe siècle av. J.-C., inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco).

 

turquie berceau de la religion

 

“Nous tentons de retrouver depuis des années la tombe de Saint Philippe (…) Nous l’avons finalement trouvé dans les décombres d’une église”, informe Francesco d’Andria, responsable de l’équipe d’archéologues à l’origine de la découverte.

Cependant, la tombe n’a pas encore été ouverte. “Un jours elle le sera sans doute. Cette découverte est d’importance majeure pour l’archéologie et le monde chrétien”, ajoute l’archéologue cité par l’agence Anatolie. Pour le moment, seules la structure et les inscriptions semblent indiquer que le tombeau est bien celui de Saint Philippe.

Il faudra attendre la datation des ossements au carbone 14 pour savoir s’il ne s’agit pas  d’une “fausse tombe”. S’il était avéré qu’il s’agit bien de celle de Philippe, l’apôtre du Christ, cette découverte pourrait ajouter à la crédibilité historique des Evangiles et devenir une destination majeure de pèlerinage pour les chrétiens.

L’agence Anatolie, qui a révélé cette découverte, a rappelé que Philippe aurait évangélisé la Grèce et la Syrie. Après la Pentecôte, il se serait arrêter en Phrygie, dans l’actuelle Turquie et aurait été lapidé puis crucifié par les Romains dans la cité antique de Hiérapolis, l’actuelle Pamukkale. Selon la légende, une tombe octogonale appelée « le Martyrium », aurait été érigée pour lui après sa mort, à l’endroit même de son martyr.

Retrouver notre article “Turquie : berceau de la religion“, dans notre numéro du mois de Juillet et sur notre site internet.

 

Marie Dias-Alves, nationalgeographic29 juillet 2011 

Merci au petit placide 

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 18:38

 

"Si dure était alors la persécution musulmane à Cordoue que beaucoup de chrétiens devaient feindre de devenir musulmans s'ils voulaient garder la vie sauve. C'était ainsi pour Aurèle et sa femme  Nathalie ainsi que pour leurs cousins Félix et sa femme Liliose. Or un jour, ils rencontrèrent un chrétien, juché sur un âne, le visage tourné vers la queue de la bête. Il avait été mis à nu et les deux bourreaux qui l'escortaient, le fouettaient jusqu'au sang tandis qu'un crieur public dénonçait ses crimes religieux et que les passants le tournaient en ridicule. Aurèle et Nathalie, dès lors, cessèrent de feindre et pratiquèrent ouvertement leur foi. Nathalie et Liliose parurent dans les rues sans le voile que les femmes devaient porter sur leur visage selon les obligations musulmanes. Un moine quêteur, Saint Georges, fut, comme eux arrêtés et tous cinq furent décapités."

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2011 7 17 /07 /juillet /2011 22:17

 

Quelle est la sainte patronne des Charlottes ?

On répond souvent que c'est un saint patron puisque 15 saints et bienheureux ont porté le nom de Charles, qui signifie "fort" (karl) selon l'étymologie germanique. Il y a pourtant une sainte Charlotte. Elle fait partie du groupe héroïque des 16 Carmélites de Compiègne. Arrachées à leur Carmel de l'Oise sous la Terreur, elles furent amenées à Paris et guillotinées sur la place du Trône puis inhumées au cimetière de Picpus. Leur doyenne était soeur Charlotte, née Anne-Marie Thouret, qui était âgée de 79 ans. C'était le 17 juillet 1794.

Évoquer le martyre des Carmélites de Compiègne, c'est rappeler la célèbre nouvelle de Gertrud  von Lefort, "La dernière à l'échafaud" et la pièce de Georges Bernanos dont fut tirée un film, "Le Dialogue des Carmélites". Le thème en est la marche au martyre des 16 Carmélites de Compiègne. Bernanos conservé la ligne générale de cette trame tout en développant un thème qui est au coeur de son oeuvre : la peur, face à la mort. En exergue de "Dialogues des Carmélites", il écrivit : "La Peur est tout de même la fille de Dieu, rachetée la nuit du Vendredi Saint". Dans la sinistre charrette qui les menait au supplice, les Carmélites chantaient des cantiques. Sauvées de la peur par la foi au Christ Vainqueur de la mort, elles gravirent les marches de l'échafaud en chantant le "Veni Creator". Un employé de la prison avait dit : "Elles avaient l'air d'aller à une noce".

Rédacteur : Frère Bernard Pineau, OP

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2011 4 14 /07 /juillet /2011 17:00

 

 

 

 

Par nécessité de faire une coupure, de se retrouver, de guérir une blessure, des randonneurs empruntent la route de Saint-Jacques-de-Compostelle. Il arrive qu'à cheminer, certains deviennent pèlerins.

 

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 22:36

 

saint henri saint 97

Saint Henri II et son épouse Cunégonde de Luxembourg.
Hartmann Schedel. Chroniques de Nuremberg. XVe.
Partager cet article
Repost0
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 22:40

 

 

Père Pierre-Hervé Grosjean : 7 ans de période...
CadremploiPar Cadremploi
.

Cette semaine David Abiker rencontre un candidat atypique qui a signé un contrat d'embauche à durée éternelle après une période d'essai de 7 ans ! Pour le Père Pierre-Hervé Grosjean, contrairement aux idées reçues, l'Eglise catholique privilégie la qualité des prétendants plutôt que la quantité. Avis aux intéressés, le boss est "génial".

 

Partager cet article
Repost0
12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 15:15

 

Partager cet article
Repost0
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 10:37

 

 

Partager cet article
Repost0
22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 22:37

 

Partager cet article
Repost0
21 mai 2011 6 21 /05 /mai /2011 17:46

 

Saint Philippe Néri ...

Philippe naquit à Florence le 22 juillet 1515. Dès son enfance, on l'appelait le bon petit Philippe, tant il était bon, doux et aimable. Vers l'âge de dix-huit ans, il renonça à la fortune d'un de ses oncles pour aller à Rome étudier les sciences ecclésiastiques. Rien de plus édifiant que sa vie d'étudiant: pauvreté, mortification, prière, travail, silence, vie cachée, habitaient sa modeste cellule.

Après plusieurs années d'étude opiniâtre dans les universités, il travailla seul, quelques années encore, dans le silence et la solitude, et quand, devenu prêtre par obéissance, il commença à se livrer au ministère des âmes, son esprit facile et profond avait acquis une science fort remarquable.

Philippe visitait les hôpitaux, soignait les malades, assistait et instruisait les pauvres, passait de longues nuits dans la prière, aux catacombes, sur les tombeaux des martyrs. Partout et à toute occasion, il cherchait à gagner des âmes à Dieu. Il aimait surtout les jeunes gens; il les attendait à la sortie des écoles, se mêlait à leurs rangs et conversait avec eux; il les abordait sur les places publiques, les cherchait jusque dans les ateliers et les magasins, en confessait une multitude, en retirait un grand nombre du vice. "Amusez-vous bien, leur disait-il souvent; mais n'offensez pas le bon Dieu!" Aussi Philippe exerçait-il sur l'enfance et la jeunesse un ascendant irrésistible…

Emporté par l'amour de Dieu à un degré rare, Philippe Néri avait des extases. Il était saisi intérieurement par une telle présence de Dieu, avec une telle force, qu'il ne pouvait plus bouger. Cela lui arrivait souvent en disant la messe, après la consécration. En général, il disait sa messe quotidienne seul, avec un servant de messe. Quand celui-ci voyait qu’il était emporté par l'extase, il le laissait sur place, sortait en mettant un écriteau à la porte : "Le Père dit sa messe", et allait vaquer à ses occupations. Tout le monde savait ce que cela signifiait, et on laissait Philippe tranquille. Plus tard, au moment du déjeuner, le servant de messe revenait, faisait un peu de bruit, Philippe sortait de l'extase, terminait sa messe, et allait déjeuner avec sa communauté.

En privé, cela n'avait pas d'inconvénients, mais en public ? Philippe Néri avait prévu la chose. Il aimait beaucoup un recueil d'histoires drôles arrivées à un curé napolitain, le Piavonno Arlotto. Il faisait placer le livre sur l'autel, à côté du missel. Quand l'extase arrivait, il ne fallait pas qu'il soit immobilisé devant tout le monde. Il poussait alors le missel, et lisait une ou deux histoires drôles. Cela le distrayait, et il pouvait reprendre sa messe. Bien entendu, les gens se demandaient pourquoi la messe durait plus longtemps à certains moments et quelles prières le prêtre pouvait bien dire.Malheureusement, au bout d'un moment, Philippe connaissait par cœur toutes les blagues du brave curé napolitain. Mais il avait un chat familier. Il la faisait donc placer sur l'autel. On l'amenait sur un coussin, sous les yeux inquiets et interrogateurs de l'assistance, et Philippe commençait la messe. Le chat était très sage, et ne bougeait pas. Il regardait son maître officier. Quand l'extase venait, Néri caressait le chat qui était ravi et faisait mille câlineries. Cela aussi le distrayait et il pouvait alors reprendre l'office.

Restait le cas des processions où il portait, dans les rues de Rome, le Saint Sacrement. Une ou deux fois, il fut surpris par l'extase en pleine rue. Le Corps du Christ était porté sous un dais, escorté de Gardes suisses. Néri, se voyant immobilisé par la violence de l'amour de Dieu, eut l'idée de tirer la barbe d'un garde. Celui-ci, sidéré, se mit à pousser des cris, à la grande joie de la foule. Néri put se reprendre un peu et continuer la procession.

Philippe jouait pour ainsi dire avec les miracles, et les résurrections de morts ne coûtaient rien à cet homme extraordinaire. Il se regardait, malgré tout, comme le plus grand des pécheurs, et disait souvent à Dieu: "Seigneur, défiez-Vous de moi, car j'ai peur de Vous trahir!" Philippe mourut à l'âge de quatre-vingt ans, le 26 mai 1595.

Partager cet article
Repost0
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 21:23

 

Témoignage

Joseph Fadelle : 
"Je suis un témoin vivant de la persécution"

Lorsque Mohammed Moussaoui, jeune Irakien aîné d’une grande famille chiite, se retrouve contraint de partager la chambre d’un chrétien à l’occasion de son service militaire, sa vie bascule. Fasciné par la bienveillance de ce dernier, ... 
lire la suite du témoignage

 

Partager cet article
Repost0
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 17:21

 

Tordre le cou à la conception raciale de la religion

Témoignage d'un ex-musulman dans La Nef :

"En demandant le baptême, obtenu enfin en 1970, mon choix était fait : il n’y a qu’un seul Jésus, l’unique, le vrai, celui qui, revenant dans la gloire jugera les vivants et les morts, y compris Muhammad. En m’efforçant de vivre, comme tout disciple, dans la fidélité à l’Évangile, ce ne fut pas un long fleuve tranquille. [...] Car l’accueil chaleureux n’était pas au rendez-vous dans les paroisses et dans les mentalités catholiques. En effet, dans mon exaltation, je n’avais pas réalisé l’évolution qu’avait subie l’Église catholique vers les années 1970. J’appris, par exemple, plus de dix ans plus tard, que le curé qui m’avait baptisé avait défroqué.

Évangéliser était passé de mode ; certains prêtres s’étaient frottés aux œuvres sociales auprès des travailleurs immigrés, dans les bidonvilles à Nanterre comme à Villeurbanne, et l’idée se répandit que la solution était l’enfouissement et le silence de rigueur pour sa foi. Alors que, naïvement, je voyais en chaque catholique un missionnaire en puissance, je dus déchanter et constater à l’aube de la montée islamiste et prosélyte, suscitée par l’Iran de Khomeiny, que les seuls chrétiens osant annoncer l’Évangile, ici comme en Algérie, étaient les protestants.

C’est tout ce parcours de plus de 30 ans, qui m’amena à remarquer l’abandon des «convertis» ex-musulmans ou de ceux qui voulaient les imiter. J’ajoute que les idées, fort répandues, qu’un «Algérien = un musulman», ou «Arabe = musulman», que les Kabyles sont tous des musulmans, me poussèrent à me pencher sur le passé chrétien de l’Afrique du nord. S’il m’apparut nécessaire de tordre le cou à ces équations «raciales» en religion, il était encore plus urgent de créer des structures d’accueil et de soutien aux convertis et aux catéchumènes. Ce fut donc ce que nous entreprîmes, à partir des années 1999-2001."

Il s'agit de l’association Notre-Dame de Kabylie.

Michel Janva
Partager cet article
Repost0
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 09:13

1er Mai ou 3 Mai (selon les calendriers ...) : Saint Jacques le Mineur & saint Philippe, Apôtres. Ier siècle.

Saint Jacques le Mineur & saint Philippe, Apôtres, martyrs. Ier siècle.


Pape : Saint Pierre. Empereur : Néron.

" Priez avec foi et sans défiance, car celui qui est dans la défiance est semblable au flot de la mer qui est agité et emporté çà et là par le vent."
Ep. Jac., I, 6.

" Saint Philippe, après avoir reçu le Saint-Esprit, se rendit dans la Scythie qui lui était échu en partage, et convertit presque toute cette nation à la foi chrétienne."
Bréviaire romain.

Saint Jacques et saint Philippe. Bréviaire à l'usage de Besançon. XVe.

Deux des heureux témoins de la résurrection de notre bien-aimé Sauveur se présentent à nous aujourd'hui. Philippe et Jacques viennent nous attester que leur Maître est véritablement ressuscité d'entre les morts, qu'ils l'ont vu, qu'ils l'ont touché, qu'ils se sont entretenus avec lui durant ces quarante jours ; et afin que nous ne doutions pas de la sincérité de leur témoignage, ils tiennent en main les instruments du martyre qu'ils ont subi pour attester que Jésus, après avoir souffert la mort, est sorti vivant du tombeau. Philippe s'appuie sur la croix où il a été attaché comme son Maître ; Jacques nous montre la massue sous les coups de laquelle il expira.

La prédication de Philippe s'exerça dans les deux Phrygies, et son martyre eut lieu à Hiérapolis. Il était dans les liens du mariage lorsqu'il fut appelé par le Christ, et nous apprenons des auteurs du second siècle qu'il avait eu trois filles qui s'élevèrent à une haute sainteté, et dont l'une jeta un grand éclat sur l'Eglise d'Ephèse à cette époque primitive.

Plus connu que Philippe, Jacques a été appelé le Frère du Seigneur, parce qu'un lien étroit de parenté unissait sa mère à celle de Jésus ; mais dans ces jours de la Pâque il se recommande d'une manière spéciale à notre admiration. Nous savons, par l'Apôtre saint Paul, que le Sauveur ressuscité daigna favoriser saint Jacques d'une apparition particulière. Une telle distinction répondait, sans aucun doute, à un dévouement particulier de ce disciple envers son Maître. Nous apprenons de saint Jérôme et de saint Epiphane que le Sauveur, en montant aux cieux, recommanda à Jacques l'Eglise de Jérusalem, et que ce fut pour répondre à la pensée du Maître que cet Apôtre fut établi premier Evêque de cette ville. Au IVe siècle, les chrétiens de Jérusalem conservaient encore avec respect la chaire sur laquelle Jacques siégeait, quand il présidait l'assemblée des fidèles. Nous savons également par saint Epiphane qu'il portait au front une lame d'or, symbole de sa dignité ; son vêtement était une tunique de lin.

Saint Jacques et saint Philippe. Heures à l'usage de Rome. XVe.

la suite est ICI

Partager cet article
Repost0
1 mai 2011 7 01 /05 /mai /2011 22:58

 

Portrait de Jean-Paul II réalisé au printemps de l’année 1985 par Jean-François Chauvel et Hugues de Blignières, pour deux grandes chaînes de télévisions (Santa Fe Communications en Californie et RTL Télévision au Luxembourg). Le Cardinal Joseph Ratzinger avait appporté son aide sur les contenus éditoriaux du film. Tourné avant les conséquences de la maladie de Parkinson sur la santé du pape, ce DVD prend comme fil directeur une journée du Souverain Pontife, "primum inter pares", évêque de Rome et successeur de Pierre. André Frossard lui-même avait admiré cette œuvre avec Jean-Paul II, dont il était l’ami, et il l’utilisera jusqu’à sa mort en préambule de toutes ses conférences spirituelles. Bande annonce :

Michel Janva

Lien permanent 

Partager cet article
Repost0
1 mai 2011 7 01 /05 /mai /2011 22:42

 

 

dimanche 01 mai 2011
St Joseph, travailleur (1er s.)

image Les autres Saints du jour...


 

SAINT JOSEPH, travailleur  Campin_Robert_St_Joseph_Portrayed_As_A_Medieval_Carpenter.jpg

        La fête de saint Joseph, travailleur, a été fixée au 1er mai par le pape Pie XII en 1955. Le monde

 du travail prend une conscience grandissante de son importance et c'est le rôle de l'Église de lui enseigner toute sa dignité ; la figure de saint Joseph y contribue merveilleusement. Cette fête de saint Joseph est une triple fête patronale : fête de l'Église, fête de la famille et du foyer, fête du travail.

         La présence de Jésus dans l'atelier de Nazareth enseigna à saint Joseph le prix des heures pénibles, et le dur labeur accepté comme une réparation pour le mépris de l'homme des lois de Dieu, a acquis grâce au Christ, une valeur rédemptrice. Artisan avec Dieu créateur, frère de travail de Jésus-Ouvrier, associé avec Lui au rachat du monde, saint Joseph n'attirera jamais trop les regards et la prière de notre siècle.

         C'est pourquoi l'Église, s'inspirant de la Tradition qui baptisa autrefois quantité de fêtes païennes pour les doter d'un contenu chrétien tout nouveau, plaça la fête civile du travail sous le puissant patronage de saint Joseph. Ouvrier toute sa vie, qui mieux que lui rendit grâces à Dieu le Père en son labeur de chaque jour ? C'est ce modeste artisan que Dieu choisit pour veiller sur l'enfance du Verbe incarné venu sauver le monde par l'humilité de la croix.

         « N'est-il pas le fils du charpentier ? » disait-on du Sauveur. Joseph, connu à Nazareth comme l'époux de Marie et le père de Jésus, homme juste, sans autres ressources que son métier, Joseph, ce fugitif de la grandeur, nous apparaît comme le modèle achevé de l'ouvrier selon le cœur de Dieu. 

         Diligence, application, constance, sérénité, abnégation de soi, telles furent les vertus du saint charpentier de Nazareth. Par ses paroles et par ses exemples, Joseph nous enseigne l'humilité, la pauvreté, la mortification du corps et le travail. Quand nous avons, comme dit l'Apôtre, la nourriture et le vêtement, contentons-nous-en ; tenons-nous-en au nécessaire, sans aspirer au superflu. Apprenons du saint charpentier de Nazareth à envisager le travail, non comme un esclavage, mais comme un privilège de grandeur et de noblesse, car le travail expie le péché et sanctifie l'homme.

         Rappelons-nous aussi que c'est l'effort et non le succès qui garantit le mérite et la récompense. Sur la terre, le travail est la suprême fonction de l'homme et toute sa vie dépend de la manière dont il sait l'accomplir. Comme saint Joseph, imprégnons notre travail de foi, d'espérance et de charité afin d'obtenir cette transfiguration divine des besognes ordinaires. Cet esprit surnaturel nous évitera le mécontentement et la mauvaise humeur. À l'exemple du saint Patriarche, que la prière se joigne à notre travail afin que notre travail devienne une prière.

la suite ... 

 

Partager cet article
Repost0
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 08:32

 

si l'on en croit Wikipedia ...

Coutumes folkloriques du lundi de Pâques

Le lundi de Pâques a encore des coutumes folkloriques dans certains pays. En Pologne, le lundi de Pâques connu sous le nom de « Śmigus dyngus » (lundi mouillé), les Polonais s’aspergent d’eau. L’eau est un symbole de la vie. Famille et amis versent de l’eau les uns sur les autres. Autrefois les hommes jetaient de l’eau sur les femmes; le mardi elles pouvaient prendre leur revanche. Ce jour-là, les Polonais aspergeaient aussi les champs d’eau bénite.

Aujourd’hui en Hongrie, les garçons aspergent les filles de parfum. Ceci porte chance. Les filles doivent récompenser les garçons en leur donnant soit de l’argent ou des œufs de Pâques.

En Angleterre, la coutume pour les lundi et mardi de Pâques est appelé « lifting » ou « headline ». Les jeunes gens vont de maison en maison en transportant une chaise décorées de fleurs. Quand une fille s’assoit sur la chaise, ils la soulèvent dans les airs trois fois. Être soulevée de la sorte, devrait porter chance à la jeune fille. Elle remercie le garçon en lui remettant de l’argent ou en l’embrassant. Le lendemain, c’est au tour des filles de soulever les garçons dans la chaise. En Italie, le lundi de Pâques est appelé « Pasquetta ». Il est de coutume de préparer un pique-nique à la campagne en famille et c’est l’occasion de manger les œufs qui ont été décorés l’avant-veille.

Dans le sud de la France, il est (était) de coutume de faire un grand pique-nique avec la famille et les amis le lundi de Pâques à midi avec comme plat principal une grande omelette, préparée avec les œufs de Pâques. Cette tradition s'appelle « pâquette ».

Eastern roll eggs in the White House in 1929.jpg

Course d'œufs de Pâques devant la Maison Blanche en 1929

Partager cet article
Repost0
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 08:31

 

Partager cet article
Repost0
24 avril 2011 7 24 /04 /avril /2011 08:29
Partager cet article
Repost0
23 avril 2011 6 23 /04 /avril /2011 09:02

 

 

Samedi Saint

Le «Grand Samedi»,
comme dit l’Orient, l’Église contemple d’abord le mystère de l’ensevelis-sement de son Seigneur, le mystère de sa mort, de son silence, de son repos. Comment pourrions-nous célébrer Pâques en sautant le Samedi Saint ?

 

Lire le texte patristique du jour

 

Dans le «catéchisme de notre cœur», a dit un grand théologien, le Samedi Saint ne semble pas occuper une très grande place. Le Jeudi Saint célèbre l’institution du sacrement de l’amour, le Vendredi Saint vénère la croix, la Nuit Pascale chante la résurrection — mais le Samedi Saint ? Chaque dimanche pourtant, notre Credo confesse le mystère dont ce jour fait tout particulièrement mémoire : «Il est mort et a été enseveli ; il est descendu aux enfers». Oui, à chaque eucharistie «nous annonçons la mort du Seigneur jusqu’à ce qu’il vienne !» (1 Corinthiens 11,26).

Le «Grand Samedi», comme dit l’Orient, l’Église contemple d’abord le mystère de l’ensevelissement de son Seigneur, le mystère de sa mort, de son silence, de son repos. Comment pourrions-nous célébrer Pâques en sautant le Samedi Saint ? Jésus est vraiment mort. Il n’a pas fait semblant. Il n’a pas joué un jeu. Un jour, il a pris le chemin qui sera aussi le nôtre : il a quitté cette vie, ce monde, notre monde si concret, si digne d’amour ; il est descendu dans l’abîme le plus profond de l’homme, de ce que la Bible appelle le shéol ou l’hadès : les ombres de la mort. Et l’Église ne craint pas de s’arrêter là un instant, de contempler avec crainte, mais aussi avec une silencieuse douceur, cette descente divine dans l’immense impuissance humaine : le Christ nous a précédés jusque dans la mort ; il s’est laisser tomber entre les mains du Père et par là il a sanctifié tous les samedis saints de notre vie. Le silence de Dieu dans le repos de ce septième jour, en ce grand et saint sabbat, murmure déjà la nouvelle création du huitième jour. Et l’Église fait silence pour l’entendre.

 la suite ...

Partager cet article
Repost0
22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 10:16

 

Antonio Ciseri Ecce Homo

Ecce homo, d'Antonio Cerisi

Il a sué du sang d'homme à Gethsémani…

Partager cet article
Repost0
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 13:46

 

      Une enquête policière pour le temps de la Passion.


A partir d’un tableau de Hans Memling , retrouvez à l ’aide de fragments de texte les différentes étapes de la Passion.

Pour les petits et les grands ...

Portfolio

Memling_Hans_Scenes_from_the_Passion_of_Christ_1470_1 la passion du christ 2
Cliquez sur les images ci-dessus et ICI


Partager cet article
Repost0
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 09:43

 

Benoit Labre



Paroles de saint Benoît Labre

 

Benoit LabreÀ l'exception de deux lettres adressées à ses parents, nous avons très peu de paroles attribuées à Benoît Labre. 

Son propos le plus célèbre est sa réponse à la question : «Comment devons-nous aimer Dieu ? » — «Pour aimer Dieu, il faut trois coeurs en un seul. Le premier doit être de FEU envers Dieu et nous faire penser continuellement à lui, agir constamment pour lui. Le deuxième doit être de CHAIR envers le prochain et nous porter à l'aider dans ses besoins spirituels par l'instruction, le conseil, l'exemple et la prière. Il doit surtout s'attendrir pour les pécheurs. Le troisième doit être de BRONZE pour soi-même et résister sans relâche à un amour égoïste de soi. »            
 ( Dessin et texte tirés du dépliant Amettes 2004, A coeur ouvert )
Partager cet article
Repost0
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 22:20

 

Un lecteur m'écrit :

"Hier soir, j’ai téléphoné une première fois à la Mairie d’Avignon pour dénoncer cette attaque faite aux frais des contribuables contre la religion catholique. Comme l’on pouvait s’y attendre, je me suis fait prudemment éconduire.

Quelques minutes après, j’ai rappelé en changeant légèrement ma voix et en disant mon étonnement d’apprendre qu’une exposition antisémite était subventionnée par la mairie d’Avignon.Inquiétude extrême à l’autre bout du fil. Dénégations. Sommé de préciser mon propos, j’ai indiqué qu’une exposition montrait, pour s’en moquer, un juif en train d’agoniser atrocement dans un bocal d’urine. Confusion de mes interlocuteurs en apprenant ensuite que ce juif était Jésus-Christ. Y avait-il encore antisémitisme quand le juif ainsi avili et exposé aux outrages est aussi le dieu des chrétiens ?"

Michel Janva

Posté le 5 avril 2011 à 08h01 | Lien permanent 

Partager cet article
Repost0