Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

2 février 2020 7 02 /02 /février /2020 23:20
Partager cet article
Repost0
24 décembre 2019 2 24 /12 /décembre /2019 10:17

Fichier:Jean-Baptiste Marie Pierre - Nativity - WGA17676.jpg

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2019 4 05 /12 /décembre /2019 23:27

 

En ce jour-là, le Seigneur de l’univers préparera pour tous les peuples, sur sa montagne, un festin de viandes grasses et de vins capiteux, un festin de viandes succulentes et de vins décantés.

Sur cette montagne, il fera disparaître le voile de deuil qui enveloppe tous les peuples et le linceul qui couvre toutes les nations.

Il fera disparaître la mort pour toujours. Le Seigneur Dieu essuiera les larmes sur tous les visages, et par toute la terre il effacera l’humiliation de son peuple. Le Seigneur a parlé.

Et ce jour-là, on dira : « Voici notre Dieu, en lui nous espérions, et il nous a sauvés ; c’est lui le Seigneur, en lui nous espérions ; exultons, réjouissons-nous : il nous a sauvés ! »

Car la main du Seigneur reposera sur cette montagne.

 

Livre d'Isaïe 25,6-10a.

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2019 5 22 /11 /novembre /2019 09:56
Partager cet article
Repost0
21 septembre 2019 6 21 /09 /septembre /2019 09:38
Partager cet article
Repost0
14 septembre 2019 6 14 /09 /septembre /2019 09:07

C'est-à-dire ???
 


La vénération de la Sainte Croix, le 14 septembre, se rattache aux solennités de la dédicace de la basilique de la Résurrection, érigée sur le tombeau du Christ, en 335.

Le Christ a offert sur la Croix son sacrifice pour l'expiation des péchés de la multitude; la Croix est pour le peuple chrétien le signe de l'espérance du Royaume, que le peuple juif célèbre lors de la fête des Tentes. C'est dire de quelle lumière brille la Croix glorieuse de Jésus: objet de mépris, la Croix est devenue "notre fierté". Si l'arbre planté au paradis originel a produit pour Adam un fruit de mort, l'arbre de la Croix a porté pour nous un fruit de vie, le Christ, "en qui nous avons le salut et la résurrection".

Vers 615, sous le règne de l'empereur Héraclius Ier, les Perses s'emparèrent de Jérusalem et y enlevèrent la principale partie de la vraie Croix de Notre-Seigneur, que sainte Hélène, mère de l'empereur Constantin, y avait laissée. Héraclius résolut de reconquérir cet objet précieux, nouvelle Arche d'alliance du nouveau peuple de Dieu. Avant de quitter Constantinople, il vint à l'église, les pieds chaussés de noir, en esprit de pénitence; il se prosterna devant l'autel et pria Dieu de seconder son courage; enfin il emporta avec lui une image miraculeuse du Sauveur, décidé à combattre avec elle jusqu'à la mort. Le Ciel aida sensiblement le vaillant empereur, car son armée courut de victoire en victoire; une des conditions du traité de paix fut la reddition de la Croix de Notre-Seigneur dans le même état où elle avait été prise.

La suite...

 

Résultat de recherche d'images pour "FÊTE DE LA CROIX GLORIEUSE La vénération de la Sainte Croix, l"

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2019 7 08 /09 /septembre /2019 16:19

le 6300e article !!!

Partager cet article
Repost0
15 août 2019 4 15 /08 /août /2019 07:51

 

Partager cet article
Repost0
6 août 2019 2 06 /08 /août /2019 09:56
Partager cet article
Repost0
9 juin 2019 7 09 /06 /juin /2019 09:41
Partager cet article
Repost0
30 mai 2019 4 30 /05 /mai /2019 07:24

« C’est pour nous ouvrir la porte du ciel par son ascension qu’il est ressuscité dans son corps et monté aux cieux avec son corps » (Chromace d’Aquilée, Sermon 1, 95-101).

Célébrer l’Ascension ?

Égérie, qui nous a guidés à Jérusalem durant le Carême et les fêtes pascales, ne mentionne pas de célébration liturgique de l’Ascension le quarantième jour après Pâques, alors que chaque fois qu’une cérémonie a lieu à l’Imbomon, sur le mont des Oliviers, elle ne manque pas de rappeler que c’est le lieu d’où le Seigneur s’est élevé au ciel en présence de ses disciples. Pourquoi ce silence ?

En fait cette Quadregesima Ascensionis comme l’appelle plus tard Augustin, parallèle de la quadragésime du carême, commence à être célébrée à la fin du IVe siècle seulement ; jusque -là l’Ascension du Seigneur prend place dans la célébration de la Pentecôte ; c’est le cas à Jérusalem en 384.

En Orient, les premières attestations d’une fête de l’Ascension au quarantième jour sont celles de Grégoire de Nysse, à Constantinople, en 388, et de Jean Chrysostome, à Antioche, à la même époque.

Chromace, évêque d’Aquilée de 388 à 408, est le plus ancien témoin occidental, avec Filastre de Brescia (mort avant 397), de la célébration liturgique de l’Ascension le quarantième jour après Pâques, par un sermon qu’il prononça pour cette fête mais dont on ne peut préciser l’année ; leur contemporain Maxime de Turin reste fidèle à la célébration de l’Ascension lors de la Pentecôte. La célébration de l’Ascension séparée de la Pentecôte se généralisa ensuite assez vite.

Parce que c’est peut-être la première fois que cette célébration a lieu à Aquilée, Chromace l’exalte tout particulièrement commençant son sermon par le mot sollemnitas : « La solennité de ce jour porte en elle une grande grâce festive. C’est en effet en ce quarantième jour après sa résurrection, comme votre Dilection vient de l’entendre dans la présente lecture, que notre Seigneur et Sauveur, en présence de ses disciples, et sous leurs yeux, est monté au ciel avec son corps. » (Sermon 8, 1)

Le Christ est monté au ciel avec son corps charnel

Lisez la suite sur InfoCatho

Partager cet article
Repost0
12 mai 2019 7 12 /05 /mai /2019 10:06

Devoir de mémoire.

''puis vint cette voix
environ l'heure de midi
au temps de l'été
dans le jardin de mon père''

A voir ICI

 

 
 
 
-2:04

 
 
 
 

 

Partager cet article
Repost0
1 mai 2019 3 01 /05 /mai /2019 08:37

Je vous salue Joseph

Je vous salue Joseph, vous que la grâce divine a comblé. Le Sauveur a reposé dans vos bras et grandi sous vos yeux. Vous êtes béni entre tous les hommes et Jésus, l’enfant divin de votre virginale épouse est béni. Saint Joseph, donné pour père au Fils de Dieu, priez pour nous dans nos soucis de famille, de santé et de travail jusqu’à nos derniers jours et daignez nous secourir à l’heure de notre mort. Amen.

Vu ICI

Partager cet article
Repost0
21 avril 2019 7 21 /04 /avril /2019 06:45

Ange de la Résurrection par Fra Angelico

Partager cet article
Repost0
19 avril 2019 5 19 /04 /avril /2019 08:20

Pour suivre les scènes de la Passion du Christ selon Memling, c'est ICI ou LA.

 

En inscrivant une adresse dans "Newsletter",

vous serez informés de la parution des nouveaux articles.

 

Et maintenant, silence jusqu'à la Résurrection ...

Partager cet article
Repost0
18 avril 2019 4 18 /04 /avril /2019 18:19

Partager cet article
Repost0
18 avril 2019 4 18 /04 /avril /2019 08:56
Partager cet article
Repost0
14 avril 2019 7 14 /04 /avril /2019 09:09

 

 

On peut voir sur cette images ...et sur d'autres

Jésus assis sur un âne est acclamé par la foule qui agite des branches de feuillage.

Jésus est généralement  assis à califourchon et nu tête même si des influences orientales peuvent amener à le représenter assis de côté et couronné.

La monture devrait être petite puisqu’il s’agit d’un ânon « jamais monté » mais pour des raisons de proportion il est généralement, assez grand et blanc, gris ou même noir.

Les apôtres le suivent, Pierre en tête, mais ils ne jouent aucun rôle dans la scène.

La foule est dense et constituée d’hommes,  de femmes et d’enfants  de toutes conditions. Certains étalent leurs manteaux devant le Christ, beaucoup l’acclament en brandissant des palmes tandis que certains ont grimpé aux  arbres pour mieux voir. Selon un écrit apocryphe parmi eux on trouve  Zachée, le publicain de Jéricho, que Jésus avait déjà trouvé en haut d’un figuier (Lc 11).

 Cette entrée ressemble à un triomphe antique mais sur un âne. 

Lisez la suite...

 

Plein d'autres représentations ICI

Partager cet article
Repost0
12 avril 2019 5 12 /04 /avril /2019 17:57

DOCUMENT 

11 avril, 2019

Benoît XVI parle des abus sexuels dans l'Eglise : traduction française intégrale
 
Le pape émérite Benoît XVI a publié un long texte sur la crise des abus sexuels dans l'Eglise dans une revue catholique allemande, Klerusblatt, qui s'adresse surtout au clergé bavarois. Mais la portée du texte va bien au-delà, évoquant à la fois les causes du mal et la manière dont l'Eglise a réagi alors que Jozef Ratzinger était encore à la tête de la Congrégation pour la Doctrine de la foi.

La « monstrueuse » libéralisation des mœurs de mai 1968, la perte du sens de Dieu, l'impossibilité de fonder une morale dans un monde d'où Dieu est absent, le manque de considération pour la Présence réelle de Notre Seigneur Jésus-Christ dans l'Eucharistie, la morale de situation, l'existence d'actes bons en soi et mauvais en soi, la présence de « clubs » (ou de cliques) homosexuelles au sein de certains séminaires, tout est évoqué.

En particulier, l'insistance sur l'existence d'un bien et d'un mal objectifs reprend le thème central des « Dubia » adressés au pape François par les cardinaux Burke et Brandmüller, et feu les cardinaux Caffarra et Meisner.

Il faut noter que Benoît XVI utilise exclusivement le terme de « pédophilie », y compris – me semble-t-il – pour désigner des actes et des manières de penser qui ne se bornent pas aux agressions commises sur des enfants pré-pubères. Une lecture attentive du texte suggère qu'il voit cette « pédophilie » au sens plus large, visant aussi des adolescents comme toujours excusée dans une certaine mesure par l'anti-morale moderne, et répandue parmi les jeunes. S'il s'agit de la liberté sexuelle de faire ce que l'on veut avec qui on veut, du même sexe ou non – la seule exigence contemporaine étant le libre consentement, peut-être une certaine « égalité » d'âge et l'absence d'abus de la part de personnes ayant autorité – on comprend mieux. Mais il ne s'agit là que de mon appréciation. 

Le texte a paru en allemand et il est repris in extenso dans cette langue sur le site vatican.news.

Je l'ai pour ma part traduit depuis la traduction anglaise de Anian Christoph Wimmer publiée par EWTN et reprise notamment sur LifeSiteNews, mais pour éviter toute erreur, j'ai donc tout vérifié, ligne à ligne, au regard du texte allemand, et apporté quelques modifications. Cependant je ne maîtrise pas complètement cette langue et reporterai avec plaisir les corrections que des lecteurs germanophones voudraient bien me faire parvenir via le formulaire de contact de ce blog.

Pour l'agrément de la lecture en ligne, j'ai ajouté des alinéas. 

Comment vous dire le bonheur spirituel, intellectuel, linguistique que l'on ressent à traduire un texte de Benoît XVI ?

Ma traduction n'est pas officielle, et elle est certainement perfectible. Merci, si vous y faites référence, de renvoyer sur ce blog afin que cette précision soit claire pour tous. – J.S.


Du 21 au 24 février, à l'invitation du pape François, les présidents des conférences épiscopales du monde entier se sont réunis au Vatican pour évoquer la crise actuelle de la Foi et de l'Eglise ; une crise qui s’est fait ressentir dans le monde entier à la suite des révélations fracassantes d'abus cléricaux à l’égard de mineurs.

L’étendue et la gravité des incidents signalés ont très profondément troublé prêtres et laïcs, et elles en ont conduit plus d'un à remettre en question la Foi même de l'Eglise. Il était nécessaire de diffuser un message fort, et de chercher à prendre un nouveau départ, de manière à rendre l'Eglise de nouveau crédible en tant que lumière parmi les peuples, et force au service de la lutte contre les puissances de la destruction.

Comme j’ai moi-même eu à servir dans une position de responsabilité en tant que Pasteur de l'Eglise au moment de la manifestation publique de la crise, et pendant qu’elle se préparait, je me devais de me demander – bien qu’en tant qu'émérite, je ne porte plus directement cette responsabilité – ce que je peux apporter par ce regard en arrière en vue de ce nouveau départ.

Ainsi, après l’annonce de la rencontre des présidents des  conférences épiscopales, j'ai compilé quelques notes qui pourraient me permettre de contribuer quelques remarques utiles en ces heures graves.

Ayant pris contact avec le secrétaire d’Etat, le cardinal Parolin et le Saint-Père lui-même, il m’a semblé opportun de publier ce texte dans le Klerusblatt [un mensuel destiné au clergé des diocèses, pour la plupart de la région de Bavière].

Mon travail est divisé en trois parties.
 
(...)
 
Partager cet article
Repost0
7 avril 2019 7 07 /04 /avril /2019 09:24
L’héritage de saint Jean-Baptiste de La Salle en chiffres

 

Il a consacré sa vie à éduquer les enfants pauvres. Saint Jean-Baptiste de La Salle, dont on fête ce 7 avril le 300e anniversaire de sa mort, a été canonisé en 1900 et proclamé patron de tous les éducateurs chrétiens. Fondateur des Frères des écoles chrétiennes, également appelés Lassalliens, son rayonnement ne faiblit pas.

En France, le réseau lassallien représente près de 25% de l’enseignement congréganiste, soit plus d’un établissement sur cinq. Dans le détail, de la maternelle au bac +6, ils gèrent quelque 150 établissements et s’occupent ainsi de plus de 150.000 jeunes. Au niveau international, les Frères des écoles chrétiennes sont présents dans 79 pays et gèrent 1.500 « œuvres éducatives ».

Si 300 Lassalliens vivent actuellement en France, ils ne sont que 60 à travailler au cœur de ces établissements. Pour mener à bien leurs missions, ils s’appuient sur plus de 14.000 personnes (enseignants, animateurs, éducateurs, chefs d’établissement…). « Les Frères des écoles chrétiennes insufflent toujours autant mais c’est aussi parce qu’ils ont réussi à intégrer des laïcs qu’ils ont aujourd’hui trois siècles d’existence », confie un membre du réseau.

Inspirer l’esprit chrétien

Mais frère ou laïc, les mots de saint Jean-Baptiste de La Salle résonnent de la même manière pour tous : « Avez-vous une foi qui soit telle, qu’elle soit capable de toucher les cœurs de vos élèves et de leur inspirer l’esprit chrétien ? C’est le plus grand miracle que vous puissiez faire et celui que Dieu demande de vous, puisque c’est la fin de votre emploi. »

Source 

Partager cet article
Repost0
1 avril 2019 1 01 /04 /avril /2019 10:56

HuguesLe prénom Hugues vient du germain « hûg » qui signifie : intelligent. Il est fêté le 1er avril.

Abbé de Cluny durant 60 ans

Hugues naît en 1024. A l’âge de 16 ans, il rejoint le monastère de Cluny, en Bourgogne, contre l’avis de son père. Quatre ans plus tard, il est ordonné prêtre et, en 1049, devient abbé de ce couvent. Il le demeurera jusqu’à sa mort, 60 ans plus tard. Grâces aux immenses qualités intellectuelles de Hugues et à ses relations avec les grands de ce monde, Cluny est alors un centre spirituel d’une extrême importance, et constitue la maison mère d’un ensemble de soixante prieurés dont Hugues devient le responsable.

La plus grande église après Saint-Pierre de Rome

Grâce à son sens de la diplomatie et à ses qualités d’administrateur, Hugues parvient à accroître le rayonnement de Cluny et à développer les liens qui unissent son monastère avec les établissements religieux qui lui sont rattachés. De plus, Hugues fait édifier une immense église romane (détruite lors de la Révolution française), inaugurée par le pape Urbain II en 1095, la plus grande église de la chrétienté après Saint-Pierre de Rome. Hugues crée également, à Marigny, le premier couvent de femmes dépendant de Cluny. Il en confie la direction à sa sœur Hermengarde, et sa mère y est religieuse.

Le conseiller des grands

Hugues participe à de nombreux conciles et est le conseiller des papes Léon IX, Grégoire VII – il convainc l’empereur Henri IV de se rendre à Canossa – et Pascal II qui apprécient son sens de la diplomatie et ses qualités spirituelles, et entreprennent tous trois de réformer l’Eglise. L’abbé de Cluny est aussi envoyé en Hongrie, en Espagne et à Toulouse pour représenter les intérêts du Saint-Siège. Il prend part à la mise en œuvre de la première croisade. Sous l’influence de cet homme exceptionnel, la réforme clunisienne essaime dans toute l’Europe et contribue au renouvellement spirituel de l’Occident. A la fin du ministère d’Hugues, la règle de Cluny connaît son apogée et s’applique dans quelque 2000 établissements religieux répartis dans toute l’Europe, notamment en Espagne, en Italie et en Angleterre. Mort en 1109, Hugues est canonisé en 1120.

Lu ICI

Partager cet article
Repost0
25 mars 2019 1 25 /03 /mars /2019 12:30

Des milliers de représentations ...

Celle-ci, de qui ???

Partager cet article
Repost0
10 mars 2019 7 10 /03 /mars /2019 09:44

le récit biblique

On peut voir sur cette image...et aussi sur d'autres 

Deux personnages,  Jésus et le diable.

Jésus est le plus souvent debout face au diable qui lui parle et lui désigne des objets. Le diable est un  démon grimaçant couvert de poils, les pieds fourchus et avec des ailes de chauve souris, mais il peut aussi se cacher sous une forme plus humaine en prenant  par exemple l’habit  d’un moine.

La tentation la plus facile à mettre en image est la première, celle des pierres qui peuvent devenir des pains. Il suffit au diable de désigner un tas de pierres pour montrer à Jésus qu’il peut se servir de son pouvoir spirituel pour satisfaire ses besoins matériels.

La seconde tentation qui est d’éprouver  la protection divine en empêchant Jésus de se tuer en sautant du haut du Temple,  dissocie les deux personnages.  Jésus reste au sol tandis que le diable est parfois difficile à voir au sommet du Temple.

Pour la troisième il est impossible de montrer « la domination des royaumes de la terre » que le diable veut échanger contre son adoration, l’artiste les identifie avec de belles et riches villes.

Si un ange remplace le diable il s’agit de la suite du récit où il est dit que les anges « servaient Jésus ».

Vu sur Images de la Bible

Partager cet article
Repost0
6 mars 2019 3 06 /03 /mars /2019 12:11
Partager cet article
Repost0
6 mars 2019 3 06 /03 /mars /2019 11:00

Partager cet article
Repost0